Un matin de la mi-août

Rouvrir les yeux de temps en temps et reprendre la plume.

Manifestement elle est asiatique. Vu de face, son visage a une forme presque parfaite, n’était une base un peu trop large. À y regarder de plus près, sa peau n’est pas homogène : elle une belle couche de poudre blanc cassé qui veut cacher une petite grêle sur les joues, comme un souvenir de varicelle peut-être.

La bouche, elle, est parfaite. Peu large, très ourlée, les deux pointes de la lèvre supérieure qui montent vers le fossé qui fait la jonction entre la bouche et le nez sont rehaussées d’un rouge à lèvres carmin. À la faveur d’un virage, un rayon de soleil révèle des yeux non pas noirs mais d’une grande variété de marrons, de bois lumineux, comme l’œil du tigre, ma pierre préférée, inépuisable et toujours changeante.

Elle prend une inspiration et sa bouche mi-ouverte révèle des dents très blanches et légèrement écartées, les fameuses dents du bonheur.

J’essaie de ne pas la dévisager (et j’y parviens, tiens) mais je suis souvent hypnotisé par la beauté. C’en est quelquefois gênant.


Un homme devant moi dans la rue porte un pantalon de jean mal découpé, qui tombe comme un survêtement trop mou. Il rajuste tous les trois pas ce qui lui rentre dans le derrière, ou fait un écart d’une jambe pour ajuster la pesanteur à son besoin de ranger ses attributs.

Il doit porter un caleçon.


Bientôt la fin de l’été, les rues rafraîchissent déjà. Dans la rue que je remonte, une des seules voitures à être au soleil est grise ; elle doit capter la chaleur. Un chat noir ne s’y est pas trompé, qui s’est allongé de tout son long sur son toit et dort d’un sommeil apparemment profond.


Les minutes sont inépuisables pour qui aime avoir les yeux ouverts.

J’écris ce que j’ai sous les yeux, comme les autres peignent.

Sundborn ou les jours de lumière, Philippe Delerm

J’ai racheté Sundborn, perdu dans une autre vie, un déménagement ou un don pour faire de la place, je ne sais plus. Parce que Carl Larsson, et parce que Philippe Delerm.

Commentaires

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.