En réponse à : Basile

Salut Stéphane,
Le trajet, du chien du sabotier au numérique : de sac à puces à cartes à puces ! ;D
Ton parallèle m’amuse.
Digital aux heures ouvrées, je suis un manuel invétéré durant mes temps libres, que je passe autant que possible à apprendre et travailler le cuir chez… un bourrelier ! Oui, oui, à l’ancienne, dans un antre empli de cuirs et de peaux, d’odeurs, de musiques ou de silences, de discussions, de coups de bourre et de coups de sang aussi (comme quoi l’enfer, c’est parfois les antres).
La principale différence que j’y perçois ? La concentration. Dans le digital, rien ne passe par le corps et (...)

26 mars 11:34
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.