nota-bene.org > Sur le web > Paris Web 2011 c’était... bien !

Paris Web 2011 c’était... bien !

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 20 octobre 2011

URL courte : http://nota-bene.org/505

4 commentaires

Comme tous les ans depuis six ans (déjà !), les transports en commun trop chauds et l’air trop froid sont un signe sûr que Paris Web est en route. Cette année sans grèves, on ne peut pas tout avoir.

Je lisais chez Franck :

j’avais croisé des déjà grands noms du web et je frôlais les murs

Comment expliquer que nous qui étions sur scène pas loin desdits « grands noms » nous n’en menions pas large ?

Nous étions des groupies (en tout cas moi j’étais et je serai toujours une groupie), il suffit pour s’en convaincre de relire la genèse du projet :

Imaginez vous asseoir autour d’une table à trois, lister tous les noms qui vous viennent spontanément comme les orateurs de la conférence francophone idéale que vous aimeriez voir, puis les contacter un à un et les voir tous accepter spontanément.

Et pour cette sixième année, même si les uns et les autres on se sent maintenant davantage « en famille » qu’en représentation, je reste très honoré que tous ces « notables » m’acceptent dans leur cercle. [1]

Tâchons de nous calmer un peu et de résumer, tant que faire se peut.

Un début de maturité des métiers

Ce qui m’a frappé, c’est la fréquence des mots « bonnes pratiques », « industrialisation », apportée sans doute en partie par le thème (KISS) mais pas seulement. Pour n’en reprendre que quelques-unes : la conférence de Thomas Parisot (« Industrialisation de l’intégration Web : la révolution de l’artisan devenu ouvrier »), celle d’Élie et Laurent(« Accessibilité : soyons agiles »), celle de Denis (« SEO, mobilité et accessibilité : la sainte trinité d’un développement Web inclusif ») notamment.

Ah oui, la mienne aussi. (au passage, merci à Mat pour —comment déjà ?— sa « question brute » sur la couleur : quand on travaille chez Orange on veut pouvoir expliquer tout le travail d’accessibilité délicat avec une telle charte, et je ne savais pas comment raconter toute cette histoire pour bien montrer les cheminements et l’intégration des contraintes)

Des conférences excellentes

Faut-il le rappeler ? À Paris Web on voit des interventions de niveaux variés, mais à part quelques moments délicats l’impression d’ensemble est à chaque fois qu’on assiste à un moment exceptionnel.

Ainsi cette année, Robert Nyman et Peter-Paul Koch : un régal.

Et puis un jour j’adorerais avoir la classe d’un David Rault, mais il ne faut pas rêver. [2]

Enfin mention spéciale aux Lightning talks, moment de folie pure organisé par Robin et Daniel, et à la frénésie qu’ils ont déclenchée. Une grande réussite, ce n’était pas gagné.

Karl découpe une jambe de pantalon et fait un étui pour son ordinateur portable

J’aimerais détailler tout ce que je tire de ces deux jours, mais il va falloir laisser décanter.

Une pensée pour Stephanie Troeth, coincée à Londres pour des raisons de paperasse, qui nous a bien manqué.

De l’improvisation

Je profite d’avoir la parole (!) pour remercier le staff de Paris Web pour nous avoir permis, à Denis et à moi, d’improviser un atelier qu’on aurait voulu nommer « Accessibilité agile en action », pour illustrer plusieurs conférences sur le sujet par la pratique.

Au final ç’a été un genre de fourre-tout où l’on a pu à bâtons rompus discuter des 4 façons de faire un lien accessible, avantages, inconvénients... ça donne envie, hein ?

Bref merci le staff. Je reviens à vous juste après l’envolée lyrique qui arrive.

La quête d’un idéal

« Accessibilité, qualité et design » disions-nous en 2006.

Cette année, à force de persévérance et avec l’aide de sponsors intelligents, les conférences ont été intégralement vélotypées (si c’est un néologisme je m’en excuse, il est tard) et traduites en langue des signes, dans les deux amphithéâtres.

Cette année, malgré son appréhension visible, Sophie a fait une conférence.

Je me suis dit que j’étais dans un rêve et je n’y croyais pas.

“Je veux un vrai sous-titrage”, démarrage de la conférence de Sophie

À ma connaissance c’est la seule conférence web au monde où il y a la LSF tout le long des conférences. Quelle joie de voir au moins six personnes sourdes participer, montrer à ceux qu’il faut encore convaincre qu’elles parlent et pensent au moins aussi vite que vous (question d’une fille sourde dans l’assistance à la table ronde des navigateurs qui laisse pantois le reste de l’assistance).

Saluons au passage le boulot formidable des vélotypistes et des interprètes LSF. Voir des dizaines (centaines ?) de personnes entendantes dire bravo en LSF, il faut le voir pour le croire. Applaudissements mérités.

Cette année Paris Web a touché du doigt l’idéal que nous voulions porter en fondant l’événement, je ne saurais jamais assez le répéter. Le staff mérite une accolade énorme.

Une petite anecdote : l’un des participants m’interpelle samedi pendant les ateliers, et tape sur son clavier en disant que pendant deux jours (je cite) « j’étais comme vous ». Il ne faut pas me faire ça après trois jours d’émotion et de manque de sommeil, j’ai été bien cueilli. sourire

De l’amour

Que vous dire d’autre, au risque comme tous les ans de me faire traiter de Bisounours ?

Ravi encore et toujours de rencontrer de nouvelles personnes (Denise Jacobs, par exemple, qui a un splendide karma), de rencontrer en vrai des gens que je suis en ligne depuis longtemps, de revoir mes copains/collègues/confrères/auteurs favoris/artistes que je vois si peu souvent.

Je continue à trouver que ces trois jours passent à une vitesse folle, pas une minute n’est en trop.

Finissons par les copains du staff. Cette année j’ai complètement coupé le cordon et retrouvé le plaisir de la surprise, comme « quelqu’un du public ». Effectivement vu de l’extérieur l’organisation est parfaite, je suis très heureux d’avoir vu ça et très fier de connaître les belles âmes du staff.

Très heureux comme tout le monde d’avoir vu ça, très heureux d’avoir passé trois jours pile à l’endroit où on se sent chez soi, en famille. À Paris Web, on est pile à l’endroit où il faut être. Très honoré de faire partie de cette famille, vraiment et sincèrement.

Merci à tous pour toute cette intelligence, toute cette rigolade, tout cet amour. Je me suis régalé comme un fou. Vivement l’année prochaine !


Crédits photos : photo de Karl par Franck, photo de Sophie par Jean-Philippe (je suppose)


Notes

[1Il y a dix ans, je regardais les blogueurs de San Francisco, et chaque nom comportait un lien vers le site de chacun de leurs copains. Maintenant une petite vanité me fait penser que je pourrais être pas loin de pouvoir faire de même... une vague impression d’être arrivé quelque part en bonne compagnie...

[2Rien à voir, mais au passage allez jeter un œil à son magnifique livre sur Roger Excoffon, j’ai eu le tort de l’ouvrir hier soir pour le feuilleter, j’y ai passé une heure.


Commentaires

    • 20 octobre 2011

    Stéphane, président !

    (ahem)

    Répondre à JulienW

    • 20 octobre 2011


    Merci pour ce compte-rendu Stéphane !


    « Ce qui m’a frappé, c’est la fréquence des mots « bonnes pratiques », « industrialisation », apportée sans doute en partie par le thème (KISS) mais pas seulement. »


    Sur le même thème, le samedi un étudiant qui filmait les ateliers est venu vers moi en fin de journée. Je lui demande s’est passé la journée, et là, il me dit, « je ne comprends pas grand chose aux interventions, en tout cas, il y a un mot qui revient systématiquement chez chaque orateur, c’est accessibilité ».

    Répondre à Sébastien Delorme

    • 24 octobre 2011

    Hello.
    Encore bravo pour tes prestations à Paris Web.

    Petite question : concernant votre solution Confort de lecture, j’ai cru entendre que vous vous étiez basés sur la solution développée par SQLi, c’est bien ça ?

    http://www.confortdelecture.org/index.php?id=15

    Merci.

    Répondre à Yann

    • 31 octobre 2011
    • en réponse à Yann

    Merci pour tes compliments sourire

    Non, on ne s’est pas basés sur la solution de SQLI. On a évidemment réfléchi aux mêmes choses, mais le code est 100% différent pour des questions d’architecture : centralisation via portail en PHP dans lequel des contenus ont été déversés d’une part, ou bibliothèque Javascript distribuée d’autre part.

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile