nota-bene.org > 36 15 ma vie > Cadences

Cadences

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 2 novembre 2011

URL courte : http://nota-bene.org/507

4 commentaires

... et drôles d’horaires...

J’écris plutôt bien, en quantité et en qualité, entre minuit et une heure. Quand l’esprit s’est vidé des questions de la journée, quand les tâches domestiques se sont calmées, quand tout le monde est couché et que je redeviens le maître solitaire de ce qui m’entoure.

Mon souci ? C’est profondément incompatible avec une vie de bureau.


Commentaires

    • 2 novembre 2011

    C’est aussi, hélas, profondément incompatible avec notre rythme biologique calé sur la lumière du soleil. Devant ton écran à minuit, les photons entretiennent l’illusion qu’il fait jour et préviennent l’endormissement. Une fois que tu as terminé d’écrire, tu n’as pas envie de dormir et il te faut attendre le prochain train qui passe toutes les 1h30 environ. Le décalage blogaire en quelque sorte. ;-p

    Répondre à padawan

    • 2 novembre 2011
    • en réponse à padawan

    aaaah c’est donc pour ça que j’arrive à rester des heures éveillé devant un ordi, mais pas à lire sourire

    Répondre à Juju

    • 3 novembre 2011

    Pour moi aussi c’est le créneau minuit-2h qui est le plus productif.

    Pour ce qui est du rythme biologique, si l’on n’a pas d’autres contraintes que travailler, volet fermé et avec de bon rideau, on peut tout à fait recréer l’obscurité en pleine journée pour dormir.

    Mais dans ce cas, se pose la question du décalage de notre pic de productivité.

    Répondre à Nickko

    • 3 novembre 2011
    • en réponse à padawan

    C’est pire : je me suis relevé sourire

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile