L’instrument

De la musique, des musiciens, et des rapprochements du vendredi quand l’esprit est oisif.

Lire Philippe Labro, Jean Echenoz, Annie Ernaux, ou, quand on a la chance de pouvoir lire en anglais dans le texte, David Lodge, Salman Rushdie, Kazuo Ishiguro, Terry Pratchett, c’est apprendre ce qu’au fond on savait déjà, se voir démontrer de façon éclatante que la langue peut être un instrument de musique.

Un jour où je discute avec un pote, musicien amateur, je dis que je ne supporterais pas la corvée de prendre une guitare tous les jours. Oui, me répond-il, mais justement, ce n’est pas une corvée, c’est au contraire un plaisir quotidien.

En écrivant quand je m’en laisse le loisir, je comprends : après tout, voilà plus de vingt ans que je fais mes gammes d’écriture.

Commentaires

  • Sacrip’Anne (10 novembre 2014)

    Et Colette ! Lire Colette et entendre la langue jouer des mots, se jouer de nous, rhalala. Lire Colette, tant qu’on peut.

    Répondre à Sacrip’Anne

  • Stéphane (10 novembre 2014)

    Sacrip’Anne : j’en suis resté aux Dialogues de Bêtes, mais je vais lire le reste. Ces temps-ci plusieurs indicateurs m’y poussent (Lire notamment, et toi à l’instant).

    Répondre à Stéphane

  • yann (11 novembre 2014)

    Pas une contrainte, je confirme !!!

    Un exutoire, un plaisir, une envie, un besoin, un contact, une madeleine de Proust, tout ça à la fois !

    Ma guitare...Mes guitares...

    Mes compagnes de route... pour toujours.

    sourire

    Répondre à yann

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.