nota-bene.org > Sur le web > Intégrateurs, montez au front - Paris Web 2009

Intégrateurs, montez au front - Paris Web 2009

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 19 octobre 2009

URL courte : http://nota-bene.org/361

14 commentaires

Mots-clés (tags)

Ma conférence à Paris Web 2009 à la mode de chez David...

L’année dernière David Larlet proposait un résumé de sa conférence, y compris les adresses mentionnées, et c’est une fieffée bonne idée, que je reprends gentiment à mon compte, pour la peine.

Intégrateurs, montez au front !

L’idée de cette conférence est de faire un état des lieux de la profession, et d’esquisser quelques pistes pour atténuer le mal-être rampant qu’on ressent dès qu’on parle à un intégrateur.

Mon premier HTML

Au début, on a tous commencé pareil. J’ai récupéré sur une disquette Internet Assistant for Microsoft Word 95, à l’époque où j’achetais l’Office au prix fort (autant en profiter).

Deux pages, un lien

J’ai écrit deux pages, cliqué sur la première et boum ! J’avais un site web sur ma machine ! J’étais un dieu vivant !

Wanted !

Maintenant c’est différent : tout est plus compliqué... on reçoit des annonces (et celle que j’ai présentée était réelle) incroyables, qui demandent d’être chef de projet, développeur front, back, d’être bilingue anglais, de savoir faire de la communication. Oh et puis un détail : La connaissance de Photoshop ou Gimp et du moteur de recherche Verity est un plus !

N’importe quoi

Bien sûr, une fois que vous serez embauché, vous pourrez faire n’importe quoi : il est même possible que personne ne remarque vos bêtises, rassurez-vous !

Le web dev front aujourd’hui

Blague à part, le « web dev front » aujourd’hui doit être très bon en HTML, Javascript, CSS, avoir de bonnes notions d’accessibilité, de découpe et d’optimisation d’images, des notions de back-office et de performance....

Il doit savoir faire des mails en HTML, faire preuve d’une bonne connaissance de l’historique et des spécificités des clients mails.

Et tant qu’à faire, il doit avoir des notions de référencement naturel associées à tout le reste. (merci à Vincent pour ces deux dernières remarques).

Un petit sondage

J’ai décidé de faire un petit sondage en passant par les machins de 140 caractères à la mode, et à ma grande surprise 40 personnes en tout ont répondu.

Merci à...

Mes remerciements sincères à Adrien Leygues, Augustin Chassine, Aurélien Levy, Capucine Leccia, Carine Gabrielli, Christophe Andrieu, Dan Bernier, Éric Daspet, Éric Le Bihan, Étienne Brackers, Fabien Basmaison, Geoffroy Pierret, Goulven Champenois, Jacques Pyrat, Jean-Christophe Pagnon, Jonathan Gely, Julien Dubois, Julien Verkest, Karen Chevallier, Laurent Planes, Marie Alhomme, Marie Destandau, Nicolas Froidure, Nicolas Hoizey, Nicolas Le Gall, Nicolas Viot, Noëlie Amiot, Olivier Gendrin, Pascal Gautronneau, Pierre-Antoine Delnatte, Pierre Bernat, Romy Duhem-Verdière, Rudy Rigot, Samuel Laulhau, Sandrine Perenes, Stéphanie Leduc, Thomas Parisot, Vincent Lambert, Vincent Valentin, Yves Van Goethem.

Ils m’ont apporté des éclairages précieux sur plusieurs points.

4 écosystèmes

Le sondage m’a permis de me rappeler que les milieux où vivent les intégrateurs sont plus variés que les simples grosses web agencies avec lesquelles je travaille actuellement.

La grosse agence

Dans la grosse agence, vous êtes au milieu d’une équipe d’intégrateurs, la « petite main » en bout de chaîne qui constate les dégâts.

La startup

Au contraire, dans la startup, vous êtes le maillon central de la chaîne : toute l’attention de votre société se focalise sur vous. Résultat ? Beaucoup de stress...

La grosse boîte

Le véritable problème de la grosse boîte (comme celle où je travaille) c’est que le web en est rarement l’activité principale. La couche client est un sous-produit du système d’information (et je n’exagère pas). Nous en reparlerons plus loin.

Prestataire en chaîne

Le prestataire en chaîne (tiens je m’aperçois que j’ai beaucoup dit « chaîne », c’est curieux. Tâchons de changer d’expression avant que ça ne se voie.), c’est soit le free-lance, soit la petite agence. On retrouve ce prestataire au milieu d’une enfilade de gens, avant et après lui : difficile dans ces conditions de faire valoir vos capacités de conseil.

Beaucoup de frustrations

On vient de le voir, ce métier est souvent générateur de frustration : on n’est pas au bon endroit. En fait il y a même plus de frustrations que ça :

Frustrations techniques

La réponse majoritaire au questionnaire est celle-là : tous les intégrateurs ont des frustrations techniques, en particulier liées incompatibilités entre navigateus, et par dessus tout à cause d’un pauvre vieux navigateur qui est en train de prendre sa retraite un peu trop lentement au goût de... tout le monde. Bon, disons-le tout de suite : tout le monde tire à boulets rouges sur IE6, mais c’est lui aujourd’hui comme c’était Netscape 4 il y a quelques années, et comme ce sera un autre navigateur dans quelques années, donc je n’ai pas envie d’accabler Microsoft. (vous avez dû le voir si vous étiez présent à la table ronde de vendredi, j’aurais tendance à prendre la défense des gens de Microsoft parce que tout n’est pas blanc ou noir).

Les intégrateurs se plaignent aussi beaucoup des mauvais choix technologiques faits en amont : ils arrivent trop tard et ne peuvent que constater que le design ne va pas être intégrable, que la technologie utilisée n’est pas bonne ou pas suffisamment mûrie (tiens, au hasard, faire de l’ajax pour rien, parce que c’est web2.0, vous l’avez déjà entendu, non ?).

Frustrations relationnelles

Un extrait verbatim de réponse au questionnaire, que j’aime bien :

Des clients qui ne comprennent pas pourquoi c’est si cher alors que leur neveu peut faire la même chose, ou presque. Je travaille essentiellement sur ce « presque ».

Les clients et/ou la hiérachie, selon la situation, ne comprennent pas la complexité du métier. Or sans savoir qu’il y a d’énormes contraintes techniques, le client ne peut pas comprendre ce qui fait votre plus-value par rapport à son neveu.

Ou plutôt : la première fois il va même aller parfois, le pervers, jusqu’à faire faire le site par son neveu. Si tout se passe bien, il va comprendre assez vite pourquoi vous, c’est votre métier.

Nate Koechley (Yahoo) appelle le web l’environnement de développement le plus hostile du monde, et une fois qu’on passe par-dessus le sensationnalisme de l’expression, c’est assez vrai. Aucun autre environnement de développement n’est aussi compliqué, et en même temps aussi facilement cassé chez le client.

Frustrations statutaires

L’intégrateur est systématiquement moins payé qu’un « vrai développeur ». Le développeur back (celui qui connaît les langages serveur) a souvent un diplôme en poche : une formation à Java par exemple, on sait faire. L’intégrateur, lui, est souvent un autodidacte, dans un milieu où les bonnes pratiques d’aujourd’hui bouleversent celles d’hier qui pourtant étaient si bonnes.

Encore un extrait de verbatim : « tout le monde peut faire ça, mettre des textes en gras » : c’est réducteur et triste d’entendre ça. Le travail d’intégrateur, comme on le disait juste avant, ne se perçoit vu du commun des mortels qu’à travers les petites choses ; petite choses qui ne semblent pas bien compliquées. Pourquoi voulez-vous alors qu’on considère votre métier ?

Enfin, avec la segmentation des tâches qui arrive de plus en plus, le milieu se complexifiant, vient un esprit de castes. Pour les développeurs back, Le HTML, ce n’est pas mon rôle, c’est celui des intégrateurs. (lu chez Karl).

Mais aussi des points positifs !

... tant mieux, il y a quand même des points positifs !

Compétences

C’est un système assez curieux : on l’a vu plus haut, c’est facile et n’importe qui peut faire du HTML, de la CSS, etc. Pourtant, quand ça casse, arrive assez vite le phénomène suivant : vous êtes capable, vous intégrateur, de réparer. D’un seul coup, quand quelque chose casse, le développeur back (ou, plus amusant, le client lui-même) avouera assez rapidement que le HTML c’est du chinois. Une fois qu’il aura tenté de réparer en copiant/collant 40 lignes de CSS, si tout se passe bien on finira par vous appeler à la rescousse.

On assiste alors au curieux phénomène de la reconnaissance tardive : finalement, ce n’est pas si facile. Oh comme vous êtes fort, vous autres intégrateurs, comment faites-vous pour vous débrouiller de cet embrouillamini ?

Ambiance

(Christophe trouvait marrant de faire une image à l’antithèse du discours que je tenais à l’oral... je n’ai pas pu résister, ce type me faisait une clé au bras et il a une force herculéenne...)

Un très gros point positif, c’est l’ambiance : tout le monde trouve que c’est un milieu fun, où on s’éclate (comme on dit chez les jeunes) ; c’est un milieu chargé de passion, plein d’énergie et de nouveauté.

Pas pour n’importe qui

Dans l’ensemble les sondés ont résumé de la même manière leur métier : il faut être rigoureux, très curieux, passionné on vient de le voir, faire preuve de souplesse et de polyvalence.

Et dans le même temps presque tous me disent que c’est à la portée de tout le monde, puisqu’il suffit de posséder les qualités que je viens d’énumérer... Quand on prend du recul, ce ne sont pas des qualités si fréquentes que ça (regardez autour de vous !).

Comment améliorer les choses ?

On a vu que l’intégrateur entretient avec son métier un rapport de je t’aime / je te hais. Tous les intégrateurs que je connais se plaignent de leur métier, alors que tous l’adorent !

Devenez expert

(prendre ici une voix enjôleuse, comme si je vendais du Petrole Hahn)

Ma solution, je l’ai trouvée en devenant expert chez France Télécom !

Bien, ça c’est fait. En fait au-delà du gag, l’origine de cette conférence était là : pourquoi je ne connais que des intégrateurs qui se plaignent alors que j’ai un tel plaisir à faire ce travail ? En cours de route la réponse est devenue claire : je fais moins d’intégration qu’eux !

La méthode se décline en quatre points :

Envoyer un mail

Envoyez un mail à chaque fois que vous sentez qu’on va à la catastrophe, expliquez que « ça ne va pas aller parce que ». Surtout, évitez de prendre un ton râleur : gardez le sourire et dites sur le ton le plus constructif possible ce qui n’ira pas, et pourquoi, et ce qui aurait dû être fait (ou ce qu’il est encore possible de faire).

Faire constater après

Faites constater que vous aviez vu juste, là encore en évitant le ton de cour d’école (c’est souvent tentant, mais bast, nous ne sommes plus des enfants, Priscilla, sentez-vous sous ma poitrine velue mon coeur qui palpite mais je m’égare et revenons à vos moutons, que vous avez si doux). Expliquez à nouveau ce qui aurait dû être fait pour éviter les problèmes.

Répéter...

Armez-vous de patience. Répétez, répétez, répétez... En anglais on dit Rinse and repeat, je ne connais pas d’équivalent français mais c’est exactement ça : rincez, frottez, rincez, frottez... On ne vous écoutera pas tout de suite.

Au bout d’un moment...

Tout de même, au bout d’un moment, vous avez de fortes chances d’être sollicité en amont. Gloire, argent, femmes, et voluptés infinies, vous voilà devenu un expert !

Par exemple : j’appartiens à une cellule d’expertise de 80 personnes environ, qui connaissent très bien l’architecture du système d’information, les arcanes de Java, etc. etc., ainsi que l’équipe à laquelle j’appartiens dont la spécialité est l’accessibilité. Au quotidien, nous jonglons entre la communication, la formation, le Javascript, le HTML, la colorimétrie, etc. Bref, c’est varié au possible.

Attention cependant à ne pas vous laisser cantonner dans un rôle d’accompagnement à maîtrise d’ouvrage : la compétence technique se perd vite, et si vous ne vous débrouillez pas pour garder les mains dans le cambouis, vous ne saurez bientôt plus donner de conseils pertinents à vos clients.

Au passage, un autre type d’experts concernés par cette démarche, c’est ce qu’on appelle les UX, pour User Experience. Une partie des UX vient de l’intégration, et comprend très bien les limites, les contraintes et les forces du web.

Sur le métier, et sur ce qu’il faut faire pour être reconnu sur sa compétence maîtresse, je vous invite à lire l’article de Paul Carvill, Why front-end developers are so important to the future of businesses on the web (qui, au passage, met du baume au cœur).

Vous noterez que cette démarche de notification des problèmes possibles peut aussi s’appliquer au « prestataire en chaîne » : vos clients peuvent finir par vous solliciter en amont, s’ils savent où est leur intérêt !

Paris-province

Les gens qui ont quitté la grande ville pour la province vous le diront : le salaire est inférieur, mais la qualité de vie est bonne, et la reconnaissance de votre compétence est meilleure (ça tombe bien, si on veut vous remplacer il faut aller chercher à plus de cinquante bornes). Inversement, la piètre qualité de vie à Paris est compensée par un salaire plus élevé, et la facilité à claquer la porte ici aujourd’hui pour aller travailler là demain : de nombreuses agences ont pignon sur rue dans le quartier.

Quelques citations

L’intégrateur, le saviez-vous, est aussi poète à ses heures. Nous l’allons montrer incessamment :

Je continue à former des nouveaux...

Je continue à former des nouveaux car au fond j’y crois.

C’est très important : j’ai coutume de dire que les intégrateurs sont des sabotiers, ils font quelque chose d’évident mais ils sont les seuls à savoir polir le bois de cette manière-là, souvent chacun à sa manière. Cette dimension artisanale est très présente, et nécessaire dans un métier qui évolue si vite : l’apprentissage, le compagnonnage si vous voulez, est crucial pour apprendre. Mieux, il force les « enseignants » à sans cesse se remettre en question pour pouvoir répondre aux nouveaux.

25% du travail, c’est de la veille

Au moins 25% du boulot se situe dans un vrai travail de veille qui passe souvent au second plan.

Encore un aspect très important de ce métier : la veille technique est primordiale. Éric disait à Paris Web 2006 que si vous ne veillez pas, votre patron ne pourra que se défaire de vous dans 5 ans, quand vous ne serez plus capable de rien après avoir été bien pressé.

C’est la crise, et votre entretien de progrès est l’occasion de vous dire que vous ne pourrez malheureusement pas être augmenté ? Profitez-en pour dire qu’à défaut, vous souhaitez bloquer une partie de votre temps hebdomadaire en temps de veille technique ! Annoncez que votre but est de devenir le référent technique, qualité, standards de votre équipe.

Être un bon intégrateur...

Être un bon intégrateur ça demande d’être obstiné, ambitieux, optimiste et humble aussi.

J’ai mis cette citation pour la bonne bouche, parce que ça m’a vraiment frappé : les intégrateurs ont une posture très marquée d’humilité par rapport à leur compétence autant que par rapport à leurs confrères. C’est très salutaire, je trouve.

Si vous n’aimez pas ça...

Si vous n’aimez pas ça, pitié, faites autre chose mais ne faites pas ce métier-là mal.

Avec son accord j’ai mis sa tête j’ai mis sur cette page la photo de Christophe, et j’en profite pour le remercier vivement (faites la ola devant votre écran, c’est pour la bonne cause) : merci du fond du coeur à Christophe Andrieu, illustrateur de talent, en plus d’être intégrateur, qui s’est plié plus ou moins à mes quatre volontés (ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit !).

Pour revenir à notre sujet, Christophe a raison : le manque de reconnaissance de ce métier vient aussi de tous les arrivistes qui sont venus travailler vite et mal (dans les années 2000, oulàlà, vous auriez vu ça) parce que c’était l’endroit où coulait l’argent facile. Heureusement c’est moins vrai aujourd’hui ; cela dit j’ai peut-être une vision faussée du milieu vu que je ne suis plus en agence depuis de nombreuses années, n’hésitez pas à me contredire.

Et vous ?

C’est alors que je me tourne vers la salle encore un peu dans la torpeur du matin, et je leur propose de partager leur expérience : comment, vous, vous améliorez votre expérience d’intégrateur ?

... Vous le saurez en regardant la vidéo mise en ligne très bientôt par nos amis de Paris Web, bien sûr !

Quelques notes

J’aurais aimé mentionner à l’oral qu’une source de réflexion de cette conférence me vient des intégristes et de leurs deux articles, Les intégrateurs sont-ils des développeurs ou des designers ? et La partie immergée de l’iceberg. Voilà qui est fait !


Commentaires

    • 19 octobre 2009

    Merci pour tout ce travail.

    Et un grand félicitation également à l’illustrateur !

    Répondre à Bast

    • 20 octobre 2009

    Hello Steph,

    des petits compléments issus de mon boulot dans la même grande boîte que toi.

    J’ai l’impression que le vent tourne...
    En effet, j’ai rencontré 2 évènements, assez récents il est vrai, des projets web ambitieux et le développement agile, qui me font penser que les choses tournent... dans le bon sens.

    Je m’explique.

    D’abord, nous nous sommes amusés à faire de grand projets web (chers et en bonne visibilité pour résumer). Et au cours de ces derniers mois nous (je parle du grand nous, genre les équipes commerciales, la MOA, la MOE) nous sommes rendu compte à plusieurs reprises que nous avions sous-estimé la difficulté de la couche client.

    En effet, nous avions traité cela comme un livrable d’entrée comme un autre. Aussi neutre et facile à dompter que la définition technique des échanges entre 2 briques de notre SI.

    Mais le félin ne s’est pas laissé dompter facilement. Je vous passe les aléas classiques entre difficultés d’intégration et de correction (Stéphane décrit ça mieux que moi). Mais c’est surtout au final où la découverte a été le plus grande.

    Les acteurs métiers ont mis leurs exigences les plus hautes sur la couche cliente ! Pauvre de nous qui nous concentrions sur l’architecture logiciel et les règles de gestion.
    Donc on s’est réorganisé, on a demandé à des webdesigners (je ne sais pas si c’est le terme adéquat, mais c’est comme cela qu’on les appelle autour de moi) de rejoindre nos équipes histoire de nous aider à corriger tout cela.

    Un fois cela corrigé, on nous annonce que l’on a des doutes sur l’ergonomie de la solution.... Et là on entend distinctement un feulement plutôt satisfait…

    Deuxièmement, la mise en place de l’agilité - ou plus précisément du développement en méthodes agiles - et tout particulièrement des principes de l’extreme programming, nous impose d’avoir une équipe qui possède toute les compétences.

    Cela peut paraitre évident, mais dans une grosse boite, où la division du travail est une règle d’or, cela parait plutôt révolutionnaire.
    D’ailleurs on n’y arrive pas complètement... mais c’est un autre sujet.

    Bref, l’utilité d’un intégrateur au sein de nos équipes se pose et est envisagé. Cela se fera probablement en plusieurs étapes... mais j’y travaille et même ma MOA préférée me le réclame.

    A suivre donc...

    Reste que des bruits de couloirs disent que le prochain gros projet se fera main dans la main avec une agence web.

    Vivement 2010 !

    Répondre à Marc THIERRY

    • 20 octobre 2009

    Incroyable de justesse !
    Je suis débutant en métier du web, après avoir trainer du côté de l’imprimerie et du packaging.
    Et franchement l’intégration est pour moi un poste clé (je finis actuellement mon contrat de professionnalisation) et j’ai pu me rendre compte rapidement de la difficulté du métier et des compétences qui y sont associées.

    Merci pour cet article très convaincant et juste.

    Répondre à Mugen

    • 20 octobre 2009
    • en réponse à Bast

    Fais-le connaître, il n’est jamais contre un peu de publicité !

    Christophe Andrieu, dit STPO, illustre illustrateur, intègre intégrateur.

    Répondre à Stéphane

    • 20 octobre 2009

    Hello !

    J’aurais rajouté également des connaissances générales en architecture back et front, c’est d’autant plus vrai qu’il faut savoir ce que l’on échange (json, xml etc..), part quel support, c’est à dire HTTP dans la plupart des cas ou encore avec qui (flash, php, .net ...)

    Je rajouterai également que nous avons besoin d’une grande capactié d’écoute et de compréhension des métiers qui nous entourent, on voit de tout :
    du chef de projet au directeur associé, en passant, par le flasheur, le graphiste, le dév. back ou encore le concepteur / rédacteur et j’en passe.

    Mes 2 cents de mecs qui n’a pas rédigé / présenté cette belle présentation =)

    Bises

    Répondre à Voulf

    • 20 octobre 2009

    "Avec son accord j’ai mis sa tête"... Ah ! Qu’en termes galants ces choses-là sont mises !
    =]

    Répondre à STPo

    • 20 octobre 2009
    • en réponse à STPo

    Il était tard tandis que je parlais comme une grenouille.

    Tu as raison, je devrais reformuler sourire

    Répondre à Stéphane

  • Voilà c’est corrigé. Note à moi-même : changer le style de <ins> pour éviter qu’il ne ressemble tant que ça à un lien...

    Répondre à Stéphane

    • 21 octobre 2009

    Je m’en veux un peu de ne pas être venu à cette conférence (j’étais à celle de Christophe Zlobinski-Furmaniak : “Utilisabilité : quand le webdesign rencontre le marketing.”). Cependant j’ai « obligé » (niak niak) mes deux compatriotes intégrateurs m’accompagnant à assister à ta conférence, et en sortant ils avaient des étoiles dans les yeux.

    Félicitation pour cette analyse remarquable ! En lisant ton article j’ai vu ma carrière d’intégrateur défiler. Comme énoncé dans un commentaire au dessus, je pense que le métier évolue dans le bon sens, avec les nouveautés HTML5 et CSS3, seuls les “veilleurs” arriveront à sortir du lot.

    De plus, si les méthodes agiles arrivent vraiment à s’ancrer dans l’esprit des agences françaises, je pense que l’intégrateur à tout intérêt à être le plus précurseur possible dessus, surtout dans les petites et moyennes agences.

    Merci en tout cas pour cet article, à faire lire et relire à son entourage, hop un nouveau lien dans mes marque-pages.

    Répondre à Eric Giovannetti

    • 1er novembre 2009

    Un grand merci pour cette conférence. Cette impression d’être compris et d’entendre quelqu’un dire tout haut ce que vous marmonnez dans votre coin et un réel plaisir.

    Merci encore.

    http://www.olivierkeul.fr

    Répondre à Olivier

    • 3 novembre 2009

    Merci pour cette conférence et son compte-rendu précis et tout aussi charmant.

    Répondre à tetue

    • 3 novembre 2009
    • en réponse à tetue

    Charmant, charmant... vous en êtes une autre, chère madame sourire

    Répondre à Stéphane

    • 30 novembre 2009

    Je n’ai pas pu venir à ce fabuleux rassemblement qu’est Paris-Web cette année mais j’y retrouve toute l’ambiance en lisant ton post.

    Ca fait plaisir de lire ce genre de chose car on se sent moins seul. J’aurai beaucoup à dire sur mon expérience d’intégrateur car je viens de passer de la grosse structure (800 personnes avec une équipe de 6 intégrateurs à gérer), à la mini structure de 6 personnes avec moi en solo et un webdesigner pour défendre nos valeurs ^^

    Et ben je peux te dire que j’avais sous estimé le choc que cela me produirait...
    Tout est à refaire pour moi. J’avais atteint ce fameux statut de "référence" dans mon ancienne boite après moult efforts et je suis maintenant reléguer au rang de simple exécutant de choses "faciles" et simple à faire sourire

    Mais ne t’inquiètes pas ! Comme tu le dis si bien, je suis obstiné, rigoureux et passionné sourire Ce n’est qu’une question de temps... Un jour viendra mon heure de gloire, je vois déjà la lumière des projecteurs se profilé au loin au bout de 5 mois d’ancienneté.

    Bon courage à toi l’artiste dans cette super structure qu’est Orange sourire

    Vives les intégrateurs !!!!!

    Répondre à @meudah

    • 14 mars 2010

    Excellent ! C’est effectivement bon de se sentir compris !

    Répondre à CanalCoffee

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile