De 2017 à 2018

J’ai déjà dit que bonne année et tout ça. Cette année est une des rares où je vais prendre une résolution, parce qu’on sait tous que les résolutions ne se tiennent jamais (ou alors il faut être un surhomme).

Je m’amusais sur Mastodon avec le mot-clé du jour, #RaconteMoiUnMensonge, et je disais « Je suis un perfectionniste ». Et c’est profondément vrai, qu’on perçoit souvent les gens d’une manière alors qu’ils sont tout autres [1]. En l’occurrence, dans mon cas, j’entends de temps en temps des gens émettre une opinion sur moi qui est bien meilleure que ce que je sais de mon essence [2].

Case in point, comme on dit chez les perfides albionais : le perfectionnisme.

Ces derniers temps je me suis (enfin) rendu compte que je ne menais pas grand-chose à son terme. Je jette des trucs, ça reste des brouillons, jamais finis, qui emplissent des armoires sur Github [3] ou ailleurs [4]. Je butine, je papillonne, je trempe un pied ici et là [5] comme un empirique sans fond [6], sans spécialité, sans expertise. Ça fait bien illusion à n’en pas douter.

Le seul truc auquel j’ai su me tenir, c’est l’écriture semi-régulière dans ces pages. Maigre accomplissement. Oh, c’est toujours chouette de pouvoir dire « je blogge [7] depuis vingt ans, et encore, c’est mon troisième site, j’ai commencé avant celui-ci » – mais sur le fond ça nous fait une belle jambe. C’est un peu l’équivalent moderne du gars qui est resté le plus grand nombre d’années sur le banc sous le platane de la place de l’église.

Or donc, adoncques et toutes ces sortes de choses, 2018 c’est l’année où je vais faire des extensions pour des navigateurs ; j’ai une ou deux petites idées qui me gratouillent, et ma collaboration avec Gaël me donne envie de jouer encore plus. Voilà bien un endroit où je n’ai pas encore encombré de mon bruit les étagères bien rangées par les autres.

Paf, résolution. Fermez le ban.

Notes

[1Oui, en 2018 je vais émettre de grandes vérités profondément inédites. Et, oui, lecteur et lectrice nouvellement atterris ici, c’est de l’ironie. Je suis quatrième dan en ironie.

[2Ou, en creux, me piler la gueule, mais je vois faire, j’ai les noms. Je ne vous oublie pas.

[3Github : c’est un endroit où on entrepose du code (un peu) et des machins pas finis (beaucoup).

[4Au hasard : mon disque dur, des carnets, des bouts de papier, des photos qui servent de notes visuelles et qui viennent charger la carte mémoire de mon téléphone sans jamais servir à rien.

[5Et ce n’est pas si facile de butiner en papillonnant tout en trempant un pied. C’est un yoga mental, sans l’encens, finalement.

[6À l’instar de Michel Audiard, j’ai décidé de substantiver un adjectif. Il y a pire influence.

[7Blogger : néologisme pour dire qu’on écrit sur un site web au fil du temps, mais plus court à dire. (Cette note est dédiée à Goofy, le traducteur émérite sur Frama et ailleurs, pas l’ami de Mickey ; je ne le connais pas, l’ami de Mickey. Goofy me rappelle à juste titre que je devrais écrire « bloguer », et je m’engage à le faire la prochaine fois.)

Commentaires

  • Franck (7 janvier 2018)

    Ah ah, « Résolution » emprunté au latin resolutio « action de dénouer, désagrégation, décomposition d’un tout », donc en gros tu vas dissoudre, disperser, façon Raoul, j’ai bon ?

    Répondre à Franck

  • Gaël Poupard (8 janvier 2018)

    Personnellement pour gérer les résolutions multiples, j’utilise des media queries ;)

    Tous les ans, de nouvelles résolutions !

    Répondre à Gaël Poupard

  • Stéphane (8 janvier 2018)

    Vous êtes drôles tous les deux sourire

    Répondre à Stéphane

  • Emmanuel (8 janvier 2018)

    J’adore les définitions de résolution sourire
    Tiens, chez Littré, https://www.littre.org/definition/r%C3%A9solution

    La 10e est celle dont on parle présentement :
    « 10° Projet qu’on arrête, dessein que l’on prend. »

    Mais j’aime beaucoup la 8e :
    « 8° Terme d’harmonie moderne. On dit qu’un accord ou qu’une note fait sa résolution sur tel autre accord ou telle autre note, quand il doit être suivi immédiatement de cet autre accord ou de cette autre note, et qu’il s’agit d’une succession prévue à l’avance et ne souffrant guère d’exception. La sensible fait toujours sa résolution sur la tonique. »

    Do mi sol... do sourire

    La 12e est peut-être celle dont nous avons tous besoin, finalement :
    « 12° Fermeté, courage, décision. »

    Répondre à Emmanuel

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.