Année 2001

(14 articles en 2001)

  • Chaud de la bitte (19 février 2001)

    Entendu dans la rue :
    Je suis chaud de la bitte, je vais te déchirer les jambes.
    Amusant comme quand on est jeune on se vante de ce qu’on ne fait pas et quand on vieillit on tait ce qu’on ne peut pas faire...

  • Ministères tartuffes (23 février 2001)

    Daniel Cohn-Bendit accusé d’avoir, à l’instar de Patrick Font, joué avec des enfants quand il était éduc. Ségolène Royal s’offusque, en tant que Ministre déléguée à la Famille et à l’Enfance.
    Quelle tartufferie. Quand j’étais à l’Education Nationale, elle avait demandé qu’on fasse diligence à dénoncer et à punir les pédophiles (dans le genre "charité bien ordonnée commence par soi-même").
    Si vous saviez la réalité de la situation et la frilosité de l’administration !
    Un jour je ferai un article. Ah (...)

  • Euro et modernité (5 mars 2001)

    Vous avez entendu la pub pour l’Euro à la radio ?
    On vous y annonce que dans six mois c’est l’Euro, qu’il s’agit de pas mollir, et qu’entretemps on peut toujours se renseigner, il y a un numéro vert et un site web, je cite, "le site web de l’euro" .
    Dommage qu’on ne nous donne ni le numéro vert à appeler ni l’URL à taper !
    J’aime la communication des énarques...

  • La tête de l’emploi (8 mars 2001)

    Il pleut sur Paris ce soir. C’est beau.
    Je cherche le web bar (rue de Picardie), je croise un petit vieux, Parigot casquette. Je lui demande la rue, et tout de suite, il me dit :
    C’est pour le web ?
    Mince, je dois avoir la tête de l’emploi !

  • Citoyen ! (12 mars 2001)

    J’ai été voter aujourd’hui, comme un bon petit citoyen.
    Croisé une femme qui ressemble à s’y méprendre à Arlette Chabot.
    Pensé à tous les "commentaires à chaud" dont les journalistes politiques vont s’enorgueillir.
    Rêvé d’un monde où la politique s’occupe des hommes, et non de jeux de pouvoir...

  • C’est du sport (14 mars 2001)

    Hier soir je passais près du Parc des Princes —enfin, j’étais dans le métro. Trois stations avant d’arriver, les CRS étaient déjà partout. Et pas, comme d’habitude, des groupes de deux en prévention, non. Des groupes de six, en tenue de combat (Protège-tibias, casques, matraques de "maintien de l’ordre").
    Dans le métro, j’étais face à deux loulous qui les appelaient "nos amis" et qui discutaient de tel couteau autorisé par la police mais mortel quand même.
    J’ai eu presque envie de pleurer devant toute (...)

  • Strapontins (2 avril 2001)

    Une jeune femme a le malheur de faire remarquer à une dame qu’en cas de foule, on ne doit pas utiliser les strapontins.
    De quoi je me mêle ?, répond la gentille douairière.
    Le métro est un microcosme où les manières en prennent un rude coup.

  • Avion-espion (4 avril 2001)

    T’es un méchant, t’as pris mon ciel avec ton bête avion-espion-euh !
    Ben toi t’es un méchant paske tu l’as fait tomber, mon n’avion, et pis même t’as été regarder dans le n’avion de moi si y’avait pas des secrets militaires-euh !
    Il n’y a pas à dire, on se sent rassuré quand les puissants de ce monde communiquent entre eux...

  • Nonchalances (25 avril 2001)

    Le soleil tourne et avec lui les zones chauffées de la couette (la fenêtre faisant tomber les rayons pile sur le lit).
    Dans la journée Paname, notre minette, a dû changer trois fois de place pour rester à se dorer la pilule.
    Quelle épreuve que cette vie-là.

  • Soleil ! (1er juin 2001)

    Un homme debout sur le seuil d’un bar regarde d’un oeil gourmand une belle jeune femme élancée qui passe sur le trottoir d’en face.
    Et sourit.
    Le soleil fait du bien.

  • GPL (12 juillet 2001)

    Cet après-midi j’ai lu dans le métro la une d’un journal parisien :
    Une voiture au GPL explose.
    Et juste en-dessous, une publicité :
    Reprise de votre ancienne voiture 20.000 FF !
    Si ce n’est pas du raccourci saisissant, ça !

  • L’homme virtuel (14 juillet 2001)

    Michel Serres a répondu à une interview du Monde interactif sur le virtuel, et il explique (en gros) que c’est la nature même de l’homme qui le pousse au virtuel, des mathématiques des Anciens au cinéma des générations qui nous précèdent... C’est très rassurant, rafraîchssant, ce que vous voulez...
    Chaque fois que je lis une interview de Serres je suis abasourdi par l’apparente simplicité de ce qu’il (...)

  • Aux âmes bien nées... (11 août 2001)

    Ce soir il y a un match au Parc des Princes, qui est comme vous le savez peut-être près de chez moi.
    Des enfants de dix ans qui se dirigent vers le stade rassurent les fans adultes du PSG : Nous on les aime pas les gens de Marseille.
    Aux âmes bien nées, la valeur n’attend pas le nombre des années, disait-on ?

  • Mayol (24 décembre 2001)

    Jacques Mayol vient de mourir.
    Pourquoi est-ce que ça m’attriste autant ?
    Peut-être que c’est l’idée qu’un homme qui a réalisé un certain nombre de ses rêves renonce à tous ceux qui peuvent lui rester en se suicidant...
    Joyeux Noël.