nota-bene.org > 36 15 ma vie > Une vie de chien : 1995-2007

Une vie de chien : 1995-2007

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 26 novembre 2007

URL courte : http://nota-bene.org/195

5 commentaires

Ma chienne vient de mourir. Ne me taxez pas de sentimentalisme, ce n’est pas encore le moment.

Il y a eu douze ans en mars que Nuala est entrée dans ma vie.

(Mise à jour : ma mère m’a appris il y a quelques jours qu’en fait elle n’avait que dix ans ; elle était née en 1997. Freudisme à deux balles : je ne pouvais pas imaginer qu’elle était si jeune, je devais l’oublier pour ne pas voir combien sa vie a été courte.)

Une petite chienne noire avec une petite voix qui couine, grosse comme une tête de Labrador.

Elle a pris une grande place dans ma vie, puisque justement c’était un Labrador, et qu’au quotidien ça demande de faire une heure de balade pour épuiser un peu l’énergie débordante des chiens à forte croissance.

Ce qui est étonnant avec cette variété, c’est leur besoin d’être toujours tellement près de vous qu’ils peuvent se faire tout petits, même avec leurs quarante kilos. Tout plutôt que d’être loin de vous. C’est de l’amour sur pattes.

Et puis la vie a fait que j’ai dû quitter la maison où je l’ai élevée, et je devais m’en défaire, premier déchirement. Mes parents, grandes âmes, l’ont prise en charge alors qu’elle avait quatre ans, même si ça ne les arrangeait pas [1].

Je pouvais donc encore la voir, les trop rares fois où je « rentre à la maison. » [2]

Nuala a vieilli, bien tranquille dans une grande maison. Et elle continuait à m’accueillir comme personne d’autre de la famille, ce que je prenais pour l’affection particulière qu’on a pour son maître et qu’elle n’oubliait pas, malgré mon « abandon ».

La dernière photo, juillet 2007 (aucun intérêt)

Elle a commencé, comme tous les vivants, à perdre un peu la vue, à moins bien entendre... et puis à avoir des complications médicales, un espèce de kyste dans la narine, à un endroit qu’on ne peut soigner qu’en ouvrant le crâne. Mes parents ont décidé de la laisser comme ça. Douze ans pour un Labrador, c’est assez vieux. Ce n’est pas le moment de lui infliger un cursus chirurgical laborieux et interminable.

Dans la nuit de vendredi à samedi elle a fait une grosse hémorragie, et samedi matin mes parents l’ont emmenée chez le vétérinaire pour mettre un terme à l’inévitable. Ils l’avaient tellement adoptée qu’au téléphone ils étaient sans doute plus tristes que moi.

Faute de m’être préparé à l’idée, je suis presque resté sans émotion sur le moment. C’est alors que ma petite fille de trois ans me dit Je suis triste et Papa est triste parce que Nuala est morte, on ne la reverra plus jamais. Là il faut prendre sur soi, parce qu’elle est moins triste qu’elle ne le dit, mais d’un seul coup une bouffée d’émotion vous emporte, et ce n’est pas facile de ne pas pleurer.

Hier après-midi, en passant au centre commercial, nous nous sommes arrêtés à l’animalerie, les petits adorent. Il y avait deux Labradors de quatre mois. Je n’ai pas pu rester devant leur box.

J’avais coutume de dire qu’à la maison il y a toujours eu des chiens depuis la naissance de mon frère. Ce n’est plus vrai, Nuala était la dernière. Fin d’une histoire.


Notes

[1Une chose surprenante : ils ont commencé par la trouver volumineuse à chaque fois que je venais chez eux avec elle, jusqu’à ce qu’elle habite chez eux ; là elle n’était plus encombrante. Quand je vous disais que les Labradors savent se faire tout petits !

[2Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais même quand on est un grand garçon avec une femme et des enfants, quand on va rendre visite à ses parents on continue à « rentrer à la maison. »


Commentaires

    • 26 novembre 2007

    Mais oh ! Ca va pas de raconter des trucs tristes comme ça ? J’ai la gorge nouée, maintenant...

    Je redoute de plus en plus le jour où mon chien de chat (du genre je suis sa mère, bien exclusif, et qui le montre beaucoup) va disparaitre...

    Répondre à Cedric

  • izo

    • 26 novembre 2007

    ben merde c bien triste .

    Répondre à izo

    • 29 novembre 2007

    Il y adouze ans Nuala est entrée dans ta vie....
    Et dans la famille depuis que les parents l’ont "adoptée"....Nous venons de lire ceci et tu n’es pas plus sentimentaliste que nous en train de pleurer et.... c’est la vie diront certains mais pour nous qui n’avons jamais vécu avec elle, elle était le "nounours" de la famille, nous qui sommes à côté nous allions la voir quand les parents s’absentez... elle va nous manquer car tu sais ce que représentent pour nous les animaux de la famille, ils sont membres à part entière de cette famille... mais je sais aussi ce que cela fait de perdre sa "petite" bête, ma Minette est partie il y a quatre ans... il faut juste se dire qu’elles ont été choyées et aimées et que ceux qui ne comprennent pas ceci passent leur chemin.
    Je n’ose pas imaginer quand mes deux "puces" feront de même alors profitons de chaque jour comme si à lui seul il représentait une vie....

    Répondre à Marie

    • 3 décembre 2007

    Ah bin zut. Moi aussi, un matin je l’ai retrouvé à terre, les papates en l’air, l’animal qui partageait ma petite vie. Je me suis sentie bête d’avoir une telle envie de pleurer, soudain. Mais voilà, on les aime, ces bougres d’animaux !

    Tendres bises.

    PS : ça ne m’empêche pas de détester cordialement les chiens, et de leur préférer feu mon rossignol du Japon, hein.

    Répondre à tetue

  • Pol

    • 4 décembre 2007

    La vie n’est qu’une longue perte de tout ce qu’on aime.

    Répondre à Pol

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile