nota-bene.org > 36 15 ma vie > Un point de carrière

Un point de carrière

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 18 novembre 2015

URL courte : http://nota-bene.org/1058

1 commentaire

En ce moment je lis des annonces d’emploi, je rencontre des gens, des RH qui me font refaire mon CV, qui me disent qu’il n’est pas très valorisant et m’apprennent à me mettre en valeur…

Le plus gros de mon activité est de m’asseoir et de regarder l’écran de mon ordinateur, de faire défiler des pages et des pages d’annonces, d’écrire des mails… Tiens finalement ce n’est pas si différent de ce qu’on fait quand on travaille…

Je lis beaucoup, en particulier les blogs des copains que j’avais négligés.

Dimanche Stéphanie écrivait ça :

Il y a des moments comme maintenant où “tout est possible”. C’est un peu grisant, cette liberté de l’indépendant. Effrayant, aussi. Y a-t-il encore un marché pour mes compétences ? Serai-je capable de me positionner comme il faut, pour faire des choses qui me correspondent, et dont les gens ont besoin ? L’année à venir sera-t-elle en continuité avec les dernières (blogs, médias sociaux, consulting, formation…) ou bien en rupture totale ? Si je m’autorise à tout remettre en question, quelles portes pourraient s’ouvrir ?

Je fais en creux un bilan du même ordre. Cependant je n’ai pas pensé aux portes qui s’ouvrent, même si je regarde autour de mon champ de compétences, autant « au bord » de ce que je sais faire que plus loin, là où je pourrais vouloir aller.

Une RH m’aide à définir ce que je sais faire et ce que je veux faire (la vieille recette du « dans 5 ans, dans 10 ans » qui vaut ce qu’elle vaut).

Je me sens inemployable. Matthias me disait il y a quelques jours que si je suis inemployable, alors tout le monde l’est. C’est gentil mais mes compétences se sont rouillées, je ne suis ni chef de projet ni plus véritablement expert [1], et j’ai été encadrant d’une équipe si facile à encadrer que je ne peux pas prétendre être bon dans ce domaine non plus.

Je vous passe les détails des offres que je regarde. Mon âge, mon niveau de rémunération, correspondent à des postes dont la majorité n’est pas sexy. J’ai mangé mon pain blanc.

On va décider de croire que les portes sont ouvertes.

Mise à jour du 22 novembre : On me dit par d’autres chemins que j’exagère dans cet article. Alors oui, rationnellement je sais que j’ai des compétences (évangélisation, très bon relationnel, anglais courant, etc.) mais mon ressenti quand j’écrivais cet article était sans doute lié à la tristesse épidermique qui plombait tout mon entourage (et une bonne partie de la France métropolitaine) après le 13 novembre. La tristesse s’insinue en tout.


Notes

[1J’ai même été légèrement à côté de la plaque lors du dernier atelier de Denis à Paris Web, alors tu vois bien.


Commentaires

    • 18 novembre 2015

    Je suis passé par le même chemin après Opera. Et il se reproduira de nouveau. Je pense que l’une des angoisses (que nous ne voulons pas admettre) tient à l’apprentissage. Remettre l’ouvrage sur le métier. Je suis reparti à zéro (c’est un premier mensonge) quelques fois, ce sont des périodes très éprouvantes et très enrichissantes.

    Astrophysique -> Web (pisseurs de code).

    * > (Web+éducation)

    * > Web Privé Directeur Technique (cahier des charges, clients)

    * > W3C Standard et QA des specs (grand saut dans le vide)

    * > Re-Agence Web mais gestion d’une équipe de 20 développeurs.

    * > Opera (gestion de contacts, évangélisation, etc.)

    * > Mozilla (même chose que Opera, mais développement réel en Python, JS et même j’essaie de me mettre au C++. J’ai bien dit j’essaie.)

    Il y a bien sûr de la continuité et dans chaque nouveau tournant, il y a tout ce que l’on apporte de l’expérience précédente, bien que parfois cela n’a pas grand chose à voir. À chaque fois, j’ai eu peur de pas faire le taf, à chaque fois, je me suis dit que personne ne voudrait me recruter, que j’étais nul.

    À chaque fois, je me suis pris des bleus. Mais la vie professionnelle, cela ressemble un peu à un match de rugby. Le travail de fond se fait dans la mêlée et dans les entraînements. L’essai ce sont quelques chandelles au cour de la carrière. Le reste se fait sous la masse et bien souvent hors vue.

    Le problème est quand on vieillit, on se fatigue des coups et des courbatures. Et pourtant, c’est bien quand même.

    Répondre à karl dubost

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile