nota-bene.org > 36 15 ma vie > Rendez l’antenne !

Rendez l’antenne !

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 8 mars 2004

URL courte : http://nota-bene.org/46

3 commentaires

Un courrier que j’envoie "en bon voisin" à une sympathique dame de ma résidence. Surtout ne pas sourire en l’écrivant...

Madame,

À la suite d’une méprise vous avez cassé l’antenne de ma voiture en décembre dernier. Je me permets de vous rappeler brièvement les faits ci-dessous :

Je suis rentré en début de soirée, un soir des vacances de Noël, et j’ai trouvé une voiture sur ma place de parking (numéro 53). J’ai donc posé un papier sur le pare-brise de cette voiture pour lui demander de bien vouloir me signaler son départ, et j’ai emprunté votre place (numéro 54), non sans avoir mis en évidence un papier sur mon tableau de bord où était écrit précisément ceci : « Place 53 occupée, en cas de problème je déplacerai ma voiture. Merci. » et vous indiquant mon numéro de téléphone (en sachant que votre place est souvent inoccupée, mais en souhaitant tout de même rester correct comme il se doit).

Vous m’avez bien appelé, mais le lendemain matin, et vous avez demandé fort malaimablement à ma compagne quand nous comptions bouger notre voiture.

Je suis donc descendu au parking, d’où je vous ai rappelée pour m’étonner de l’état de mon antenne.

Vous m’avez alors avoué que, dans l’agacement de la nuit, vous l’avez purement et simplement brisée. Enfin vous m’avez expliqué que vous n’aviez pas vu le papier, alors que la voiture est sous un lampadaire. Soit, la colère vous aura égarée.

J’ai donc dû faire changer mon antenne chez un garagiste. J’ai aussi dû, en urgence le lendemain, changer mes essuie-glace : en effet l’essuie-glace côté chauffeur était cassé, vous l’aviez retourné sans ménagement.

Mes essuie-glace étaient assez anciens, vous m’avez juste forcé à les changer un peu plus tôt. Pour vous citer, « en bons voisins », je ne vais donc pas vous demander de me les rembourser.

En revanche, et toujours « en bons voisins », je vous prie de trouver ci-joint la facture du garagiste pour le changement de l’antenne de ma voiture. Il va de soi que puisque nous sommes entre bons voisins vous voudrez bien me la rembourser. Je ne porterai alors pas plainte contre vous pour acte de vandalisme.

Certain que ce malentendu sera vite dissipé par cette démonstration de bonne volonté mutuelle, je vous prie d’agréer, Madame, mes salutations distinguées.


Commentaires

    • 9 mars 2004

    Cette histoire d’antenne, une belle parabole semble-t-il sur le quotidien d’ êtres déshumanisés qui voient leur voiture / leur vélo / leur garage / leur porte ou portail ... comme sujet et qui prennent pour objet leurs proches, leurs bons voisins, ...

    Nothing special me direz-vous, mais justement c’est là que ça fait quand même un peu mal (j’aime comparer ce qu’une certaine morale juge incomparable) une place de parking vaut-elle plus, égal ou moins qu’une place à la crèche ou dans les bras de sa/son chéri/e ?

    D’ailleurs cela se traite-t-il en termes comptables ?
    Oui, réveillons-nous, nous sommes à l’ére de "l’horreur économique".

    Madame, gardez l’antenne mais rendez le micro !

    Nota plutôt bene : un "nouveau" scythe carrément pas béotien !

    Répondre à françois

  • L’antenne, une parabole ? clin d'œil

    Tu sais, en même temps il y a une raison ou deux qui expliquent son geste (je n’excuse jamais la violence, mais ça n’empêche pas de chercher à la comprendre) : en particulier, j’ai remarqué que la région parisienne, comme sans doute pas mal de grandes zones urbaines, ça rend bête.

    Les incivilités se multiplient et les gens deviennent intransigeants pour des broutilles. Si la même anecdote s’était passée dans mon patelin de naissance (Romorantin-Lanthenay, ses usines Matra fermées, son parc municipal), on aurait été gentiment frapper chez le voisin et tout aurait été réglé en trente secondes avec le sourire...

    Une copine à moi vient de repartir en province après quelques années de vie parisienne (coucou Kidy !), et elle me parle du bonheur à entendre les gens ne plus évoquer l’incivilité ambiante : à la place, ils te racontent ce qui pousse dans leur jardin...

    J’ai une attaque d’amélipoulinisme aujourd’hui, tiens...

    Répondre à Stéphane

    • 22 mars 2004

    Je sais ce qui est arrivé.

    Pendant tous les jours du mois dernier, les propriétaires de "l’autre voiture" (celle qui était garée sur ta place de parking ce soir là) se sont garés sur la place de cette brave dame. La veille, elle a pris son courage à deux mains pour aller leur demander de ne pas continuer. Ils l’ont bien sûr insultée copieusement, mais ensuite, par peur de représailles de sa part, ont tout de même trouvé plus malin de squatter la place adjacente = la tienne...
    La brave femme, trouvant une fois de plus une voiture sur sa place le soir même (un autre modèle, en plus, comme quoi les méchants sont en plus dotés de 2 voitures !!) n’avait aucune raison de chercher une éventuelle note sous l’essuie-glaces (qui eut d’ailleurs sans doute contenu d’autres insultes). Le message était clair : "on vous emmerde". Elle a répondu courageusement en cassant quelques menues pièces qui dépassaient.

    [Notez que mon histoire n’invalide aucune des remarques faites sur le niveau de civilité du voisinage qui varie selon les endroits.]

    Répondre à kubicle

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile