nota-bene.org > Livres > Livre pas-électronique, le retour

Livre pas-électronique, le retour

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 13 avril 2016

URL courte : http://nota-bene.org/1150

2 commentaires

Pour la première fois, je suis confronté à un livre écrit trop petit pour mes yeux qui commencent à accuser leur âge, ce qui me repose la question de la liseuse.

Je viens de commencer The Constant Gardener de John Le Carré. J’avais adoré L’homme qui venait du froid, brilant récit d’espionnage qui a dynamité en son époque la façon de raconter des histoires et le sempiternel « eux/nous » des romans d’espionnage occidentaux, où le bloc de l’Est regroupait tous les méchants, et l’Ouest jouait la bande des chevaliers blancs.

Donc, trouvant par surprise dans une solderie The Constant Gardener, je l’achète. Jusque-là, rien que de très banal.

Et là, je découvre que c’est écrit petit, très petit. Pour la première fois de ma vie j’ai besoin de mes lunettes de vieux pour pouvoir lire un livre sans effort. Me reviennent alors en mémoire les réflexions d’Antoine, d’Emmanuel, d’Éric [1] : l’intérêt de la liseuse, c’est de pouvoir adapter la taille et la forme de la police à tes yeux.

Hé bien je le note. C’est la première fois qu’un livre me force à penser « tiens, une liseuse, ce serait peut-être mieux » plutôt que de défendre dur comme fer le papier.

Cela dit, je ne suis pas sûr que j’aurais trouvé mon bouquin à 1 ou deux Euros. Mais voilà, il y a un début à tout.


Notes

[1Je ne sais pas pour vous, mais moi je trouve toujours très classe de pouvoir faire des liens vers les sites de tous les copains, bien mieux que vers une page Facebook ou un profil Twitter : on a l’impression de connaître « ceux qui savent » et de faire partie d’une élite hors du commun des mortels. Pas vous ?


Commentaires

    • 14 avril 2016

    Pour les liens tu as raison, c’est beaucoup mieux que les liens vers facelivre.

    D’ailleurs à la bibliothèque, elles m’ont vanté le rayon des grands caractères (vexée comme un pou, j’suis pas une petite vieille moi ! ) et je leur ai demandé si elles avaient l’agrandi (et toc, moi aussi j’connais un rayon ! )

    des bisous.

    Répondre à cyberbaloo

    • 19 avril 2016

    Par curiosité, quelle édition du bouquin ? Pourrais-tu joindre un photographie d’une page (avec, par exemple, une règle millimétrée posée dessus comme indicateur) pour se faire une idée de la taille du texte ?

    Répondre à Emmanuel

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile