nota-bene.org > Français > Billets longs, billets courts

Billets longs, billets courts

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 3 janvier 2017

URL courte : http://nota-bene.org/1173

2 commentaires

Lecteur pressé, passe ton chemin, c’est le joyeux cirque de la concision qui passe.

Je lisais le dernier billet de Marie, Wake up from the illusion et deux phrases m’ont sauté aux yeux :

J’allais justement m’excuser de vous infliger un billet de blog aussi long et aussi touffu, et puis j’ai réalisé à quel point c’est idiot : si vous êtes encore là, c’est que ça vous intéresse, et moi, ça me fait du bien d’écrire, donc pas besoin d’excuses entre nous !

[…]

Je lis de nombreux blogs, écrits par des gens issus d’univers très différents ; et je suis frappée de voir à quel point tout ce petit monde se donne du mal pour que le moindre de leurs billets soit court, utile et positif, un peu comme si le net se transformait peu à peu en grand centre de développement personnel pour les nuls, en grande machine à simplification et à primarisation.

C’est tout à fait vrai.

Il y a quelques années un mien camarade trouvait que je mêlais trop mes contenus, et que je pourrais par exemple mettre mes photos sur un autre serveur, ou à tout le moins les exclure du fil RSS principal du site [1]. Je ne l’ai jamais fait. J’aimerais vous dire que c’est une démarche holistique mais je dois à la vérité de dire que c’est plutôt la flemme qui, comme un gentil bourreau de mes bonnes intentions, a fait son office habituel.

Qu’est-ce que je voulais dire, déjà ?

Ah oui : la longueur d’un article, moi, je m’en fous comme de ma première diarrhée [2]. Pendant un temps, je n’osais pas publier si un billet n’était pas assez long, vous privant ainsi de ma prose chronophage et dilatoire [3]. Maintenant j’écris ce que je veux et bast, si tu n’aimes pas, passe ton chemin.

Le texte c’est comme le sexe : parfois c’est un petit truc rapide et pulsionnel, et parfois on prend son temps et on savoure chaque mouvement de la langue.

Voilà c’est dit. Cachez les yeux des enfants.


Notes

[1C’était à l’époque où je bloggais des trucs plus ou moins pertinents pour nos métiers du Web front-end. Cette époque est heureusement finie, je suis revenu à des contenus complètement inutiles pour le reste du monde mais qui me font du bien, parce qu’ils doivent sortir. Comme on dit en anglais, better out than in.

[2D’aucuns lecteurs subtils auront rapproché cette phrase a priori rébarbative du terme « logorrhée » qui me qualifie assez bien, selon des sources dans les milieux autorisés.

[3Ça veut dire que je te fais perdre du temps, lecteur flemmard qui ne cherches pas dans un dictionnaire — aucun lien avec les fonctions digestives que le mot « diarrhée » aurait pu t’évoquer, lecteur de peu de foi(e).


Commentaires

    • 3 janvier 2017

    Et là, je ne puis que me demander : le titre de ce billet doit-il lui aussi être caché des yeux des enfants à qui on aurait appris les joies de la contrepèterie ?

    Répondre à Pierre

    • 3 janvier 2017

    Pierre : Ah non, même pas. L’accroche, en revanche… clin d'œil

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile