Le chemin de l’école buissonnière

Mon petit garçon marche tout seul, d’un bon pas ; ils nous précède à l’orée de la forêt, la main gauche chargée d’un bouquet de fleurs sauvages en vrac, comme les font les enfants.

On ne peut pas le perdre avec son gilet rouge et sa casquette blanche.

Le temps de le prendre en photo puis je lui demande de nous attendre, on ne va tout de même pas prendre de risques.