Tuteur et filleul⋅e

Je vais tâcher d’aider quelqu’un de façon un peu structurée, on verra ce que ça donne. Comme le disait Paris Web la semaine dernière : cultivons le Web de demain !

Aaron Gustafson est un mec que j’aime beaucoup, non seulement pour tout ce qu’il a fait pour le Web mais aussi en tant que personne. Cool, pédagogue, gentil – enfin bref, plein de choses. Il y a un petit moment il écrivait vouloir mentorer des gens :

I didn’t get to where I am in my life and career on my own. I have a ton of respect and admiration for the folks who’ve helped and mentored me along the way. […] the dozens upon dozens of folks I owe my career to […].

Recognizing all of this, I’ve made a concerted effort to “pay it forward” by finding opportunities for others to hone their craft and improve as professionals.

Traduction grossière :

Je ne suis pas arrivé où j’en suis dans ma vie et dans ma carrière tout seul. J’ai une tonne de respect et d’admiration pour les gens qui m’ont aidé et mentoré tout le long. […] douzaine après douzaine de gens à qui je dois ma carrière […].

Reconnaissant tout ça, j’ai fait un effort concerté pour le « payer vers l’avant » [1] en trouvant des occasions d’aider d’autres personnes à affiner leur art et à devenir meilleures professionnellement.

Je pense comme Aaron, depuis très longtemps. J’ai contribué à Evolt [2], à Pompage [3], à Openweb [4], à Paris Web [5] bien sûr, et j’aide des gens deci-delà quand je peux. J’ai eu des apprenti⋅e⋅s, des étudiant⋅e⋅s ; je les ai regardé⋅e⋅s éclore et je suis épaté de ce qu’iels deviennent.

Mais comme ça fait longtemps que je n’ai pas eu d’apprenti⋅e, et que j’ai toujours la même grande passion pour ce Web qui m’a fait, j’ai encore envie de redonner à cette communauté en apportant comme je peux un peu d’aide à des gens qui (justement) peuvent avoir besoin d’aide.

Ce que je sais à peu près

Là où mon aide peut se révéler utile (j’espère), c’est dans ces domaines :

  • accessibilité web (développer votre culture technique et sociétale, mais aussi évangéliser, faire adhérer des gens à la démarche),
  • réflexion sur les métiers, leurs interactions, et comment avancer ensemble,
  • user advocacy (autrement dit se faire l’avocat de l’utilisateur),
  • prise de parole publique à l’oral ou à l’écrit, transmission du savoir,
  • recul sur les métiers du Web (par exemple quand on est jeune on peut paniquer, on peut avoir besoin d’aide pour ne pas perdre pied),
  • compréhension de l’écosystème : les standards, la qualité, pourquoi, comment, etc.
  • bloguer, bricoler, ne pas se cantonner à Facebook ou Medium.

J’ai fait quelques trucs dans ma carrière (des conférences, des préfaces, quelques articles sérieux) ; si vous pensez pouvoir bénéficier des choses que je sais et devenir mon⋅ma filleul⋅e, alors causons.

J’aime partager ce que je sais, et mon expérience montre que ça m’a toujours aidé, en retour, à structurer ma connaissance et mon discours. Nous aurons appris des deux côtés. Je vous propose donc d’être votre tuteur jusqu’en juin 2019.

Ce que je cherche chez un⋅e filleul⋅e

De votre côté, voilà quelques aspects possibles :

  • vous aimez le Web,
  • vous faites du front-end, ou du design, ou de la conception, ou ce que vous voulez en fait clin d'œil
  • vous avez envie de faire des sites accessibles mais tout ça est bien compliqué,
  • vous aimez tellement le Web que vous voulez toujours en parler autour de vous, mais vous aimeriez bien en parler publiquement, sur un blog ou en conférence,
  • vous n’oseriez jamais parler en public mais pourtant, qu’est-ce que vous aimeriez le faire.

Ce ne sont que des possibilités, la seule que je recherche vraiment c’est que vous soyez curieux⋅se et ouvert⋅e. L’important c’est qu’on s’entende bien :

  • Si ça ne marche pas, on arrêtera sans autre forme de procès, et je n’irai pas vous en rendre publiquement responsable.
  • Et si ça marche, j’espère qu’on apprendra mutuellement quelque chose !

Je ne cherche pas un profil spécifique (garçon, fille, trans, autre, couleur de peau, âge, handicap, pas de distinction : vous êtes humain⋅e, ça me va bien), l’important c’est que vous pensiez avoir besoin d’aide, et que vous pensiez que je peux être un bon profil pour vous aider. Je préférerais évidemment aider quelqu’un qui a besoin d’aide plutôt que quelqu’un de (par exemple, liste non exhaustive) brillant, aisé, chanceux, qui réussira très bien sans l’aide d’un vieux de la vieille comme moi.

Comment postuler ?

Je pique ici encore l’idée d’Aaron : le plus simple c’est [mise à jour en novembre : fini, à la prochaine fois] avant la fin du mois d’octobre (histoire de passer une petite année scolaire ensemble). Dites-moi ce qui vous passe par la tête : une déclaration d’amour pour le Web (ou pour Tim Berners-Lee, je prends aussi !), une présentation de vous et de ce que vous cherchez, bref quoi que ce soit qui vous semble pertinent.

L’important c’est d’être honnête : nous allons passer une année scolaire à échanger, autant que ça se passe bien niveau personnalité et affinités [6]. Je prendrai un⋅e ou deux filleul⋅e⋅s, et nous trouverons ensemble les modalités au fur et à mesure (certain⋅e⋅s préfèrent le téléphone, d’autres un verre, d’autres du chat ou de la vidéophonie, d’autres encore le mail…). Si vous êtes en France, il y a même moyen qu’on se croise ; encore plus en région parisienne. Mais ce n’est vraiment pas obligatoire, vous pouvez être à l’autre bout du monde, ce sera bien aussi.

Si vous pensez que je peux vous aider à construire votre carrière ou votre projet dans le Web, causons !

[Mise à jour de novembre : j’ai deux filleuls, et un troisième qui s’est glissé dans les interstices.]

Notes

[1Note de traduction : le contraire de rembourser, en somme. Faire passer aux suivants ce qu’on vous a donné.

[2Evolt était une grosse communauté en ligne où j’ai été membre du comité éditorial de nombreuses années.

[3J’ai traduit pour Pompage et administré le service un petit moment.

[4J’ai rédigé pour Openweb et l’ai co-présidé quelques années.

[5Il paraîtrait même que je l’ai fondé et que j’y parle encore souvent.

[6Et puis je n’aime vraiment pas la malhonnêteté.

Commentaires