Testament numérique, le retour

Ça fait longtemps qu’on n’en avait pas parlé, tiens.

À la faveur d’une discussion entre copains, me revient à l’esprit toute une littérature en ligne :

Mis à part que je n’ai pas remis à jour mon testament numérique depuis des années (c’est mal), des choses ont changé depuis 2017. Karl a eu une mandarine de 5cm de diamètre jouant des coudes avec [ses] lobes cérébraux, par exemple. La soudaineté de tout ça fait évidemment un peu réfléchir. Quant à moi j’ai eu cinquante ans et ma fille seize. Elle est d’accord pour devenir mon exécutrice numérique.

Il me reste à faire le nécessaire. Allez, au travail, je me donne six mois.

Post-scriptum : Éric a écrit une suite, Lais­ser les clefs en partant.

Commentaires

  • Soph (17 février 2021)

    “Make no monuments or mortal crowns
    Or speak my name again when you lay me down”
    Kev Carmody — Eulogy (for a black person)
    https://www.kevcarmody.com.au/cannotbuymysoullyrics

    Répondre à Soph

  • Franck (jeudi dernier)

    Je me souviens de l’atelier que tu avais animé à Paris-Web (seul ou pas, je ne me souviens plus), et j’ai repensé à ce sujet il y a quelques jours.

    Il faudrait moi aussi que je m’y colle, a minima fournir le mot de passe de mon coffre numérique à la personne de confiance choisie.

    Répondre à Franck

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.