En réponse à : Stéphane

cyberschtroumpf : Chez nous on a de la chance, il n’y a pas de cheffaillons.
On entend une grosse inquiétude quant au risque psycho-social, que censément on peut réduire en permettant aux gens de se voir pour éviter la « rupture du lien social » (ce n’est pas exactement la formule, je ne sais plus ce que c’est, d’où mes guillemets).
Bonne remarque pour les professionnels de la restauration.

26 octobre 2020 23:23
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.