En réponse à : pascal weber

Je me suis retrouvé dans la situation inverse il y a quelques années. Je tenais à l’époque un restaurant pas très loin de Beaubourg dans lequel j’avais une clientèle d’habitués que je croisais souvent dans le quartier. Un soir en rentrant chez moi je croise, comme souvent, un groupe de visages familiers qui discute sur le trottoir. Je traverse donc la petite assemblée en distribuant quelques sourires et quelques amabilités comme je le fais habituellement avec mes clients. Un type sorti de nulle part m’attrape soudain par le bras et me tire à l’écart du groupe. Je m’aperçois alors que je suis entouré (...)

25 juin 2012 03:20
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.