En réponse à : Marlene

Je l’appelais […].
Je fus une fan de Pierre Lazuly, puis une amie de […].
C’était un grand modeste, et pourtant un mec brillant, passionné.
On travaillait tous deux dans cet endroit qu’il détestait. J’ai du mal à penser qu’il ne partira plus pêcher le bar en kayak. Qu’il n’ira plus fouler le bitume de Lisbonne.
Tristesse infinie.
Saudade.

18 septembre 15:06
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.