nota-bene.org > 36 15 ma vie > Un superbe grafitti

Un superbe grafitti

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 26 mai 2005

URL courte : http://nota-bene.org/620

12 commentaires

J’ai vu ce joli gribouillage dans le RER il y a quelques jours, que j’ai copié le plus fidèlement possible :


PV = Procès Verbal
N. 2004-11-01
un keuf ces fait enculer par un chien à gare de l’est et il a AIMeR car un poulet Rôti c’est meilleur garnie

Va niquer ta mère le poulet qui liRa celà. coN De ta race de Keuf.

Tout est beau, tant la poésie de la langue que la capitalisation. C’est de l’art brut. Sans commentaire.


Commentaires

    • 28 mai 2005

    Même si j’imagine que tu appel ça de l’art par ironie, je crois que tu te trompes et que malheuresement comme bcp qui ne connaissent pas qqchose en particulier mais ki en parle, tu mélanges tout.

    Je crois qu’en lisant cet écrit tu t’es sûrement dit : "Alalah...Encore de la racaille en survet’ croco qui passe leurs journées à faire chier d’honnêtes travailleurs de l’état...’Valent vraiment rien ces bougnoules (ou ces nègres, suivant les préférences)." En tout cas, quelque chose du genre. Mais il faut en vérité aller plus loin que les clichés, faire preuve d’un peu de jugeotte et pousser la reflection et la critique un peu au delà du bout de l’ecran de sa télévision.

    Je m’explique.Il est évident que tout ce qu’on raconte à la télé n’est pas de l’invention. Bien sûr que des voitures brûles, des personnes sont tabassées etc. Mais croyez-vous vraiment (je m’adresses à tous ceux qui le croit) que les personnes qui commetent ces actes se reveillent un beau matin en se disant : "tiens, j’ai bien envie de cramer une voiture aujourd’hui, le temps y est tout à fait propice". Mais bien évidement que non... Il faut revenir bcp plus loin en arrière, et ne pas tjrs se cacher uniquement derrière les conséquences, et savoir aussi reconnaître les causes qui en sont responsables.

    Car en effet, s’il y a une chose que j’ai appris en viellissant, c’est de ne jamais penser que l’on croît connaître une situation si on ne l’a pas vécu. Ainsi, une personne exterieur à une situation pourrait avoir un avis totalement différent que si elle se trouvait confrontée à cette même situation.

    Je suis Français d’origine Marocaine, c’est pour ça aussi que ta remarque, cher Stephane, m’a directement percutée.
    J’aimerais parler de ce qui m’est arrivé il y a moins d’une semaine maintenant. Je me trouvais sur les escalier du porche d’un bâtiment avec un ami, nous attendions un autre pote qui n’allait pa tarder. Nous discutions calmement de sujets et d’autres lorsque j’apercu a travers les grandes vitres des portes d’entrées une femme, d’âge très mûr, s’avençant vers nous à la manière de quelqu’un qui s’apprète à disputer un match de boxe. Elle ouvrit la porte d’entrée violement à coté de laquelle nous nous trouvions et sans savoir pour quelle raison commença à nous cracher des paroles insensées comme quoi nous serions responsable des mégots et des crachats sur les escaliers - ce qui n’était pas le cas - en ponctuant ses fin de phrases par des "dégagez !" vexants. j’ai bien sûr tout de suite compris que nous avions à faire à une raciste convaincu, alors je décidais simplement d’écouter avec un imperceptible sourire en coin. Mon ami présent avec moi essaya de parler le plus calmement du monde avec elle, ce qui ma d’ailleurs fors ettonné, mais en vain. Plus il s’adressait poliment, plus elle l’envoyait chier à coup de "dégagez, on en a marre de vous". Après deux ou trois autres minutes d’humiliation, nous avons bien vu que le dialogue était impossible. Elle finit par lencer un "J’vais appeler la police !" pathétique. Après tout, à quoi bon se créer des problèmes avec une femme au crepuscule de sa vie, alors on décida de s’en aller en essayant de ravaler tant bien que mal notre fierté. Arrivé en bas des escalier elle lança lâchement : "de toute façon c’est pas des français ça, c’est des maghrébin" puis claqua la porte derrière elle. On apelle ça du raçisme, je crois, non ?

    Enfin... Tout ça pour dire que ces quelques mots que tu a pu lire dans le RER il y a quelques jours ne doivent pas être perçu comme un jeu tu comprends ? Dérrière, c’est toute unerage qu’il y a. Bien sûr que vû de l’exterieur, ce message paraît débile, petit voir burlesque. Mais lorsque tu vis la situation, lorsque tu subis ce que j’ai pu subir il y a quelques jours, et cela par des flics ! Je tiens tout de même à préciser qu’il n’y a pas plus grande racaille. des situations mettant en scènes des jeunes et des flics, j’en ai vu, j’en ai vécu et j’en ai subi, toujours à tort pour ma part.
    Mais bon, comme je l’ai dit, il faut vivre une situation pour la comprendre, alors je ne te demandes pas de comprendre.

    On voit un joli gribouillage, un jour, dans le RER, et on en pense pas grand chose. C’est choquant, vulgaire et guettoilleux. Mais ce qu’on ne se dit pas, c’est que derrière chaque message, chaque mot, chaque phrase, il y a une signification.

    Répondre à >Un superbe grafitti

  • Mala, où tu m’as entendu affirmer quoi que ce soit qui puisse te faire penser que je suis raciste ?

    J’ai travaillé en ZEP il y a quelques années (Zone d’Éducation Prioritaire). Je sais ce que c’est que la misère, et je sais que l’origine ’ethnique’ joue pour beaucoup dans la perception que les gens peuvent avoir.

    Tu préjuges beaucoup, toi aussi. Je te cite :

    Je crois qu’en lisant cet écrit tu t’es sûrement dit : "Alalah...Encore de la racaille en survet’ croco qui passe leurs journées à faire chier d’honnêtes travailleurs de l’état...’Valent vraiment rien ces bougnoules (ou ces nègres, suivant les préférences)." En tout cas, quelque chose du genre.

    Franchement, tu m’as assez lu ici pour imaginer que je puisse un seul instant penser ça ? Tu m’imagines refuser de répondre à un mail sous prétexte que son auteur s’appelle Aziz, par exemple ?

    En lisant ce gribouillis je n’ai même pas pensé à la personne qui l’a écrit. J’ai juste pensé, hors de tout contexte réel, au message et à sa graphie excentrique. Je suis peut-être maladroit dans mon commentaire, à cause de trop d’ironie. Si je dois vraiment m’expliquer, je ne peux que dire que je l’ai vu d’un point de vue de linguiste, parce que c’est mon naturel de repérer ce genre de choses.

    Mais je sais le malheur, je sais la tristesse, je sais le désespoir. Je sais le regard de l’autre (je le subis quotidiennement aussi, bien que pour des raisons différentes).

    Je ne me priverai pas pour autant de faire de l’ironie.

    Répondre à Stéphane

  • >Franchment, tu m’as assez lu ici pour que je puisse un seul instant penser ça ?

    A vrai dire, j’ai utilisé le pronom personel "tu" mais ce n’est bien sûr pas toi que je visais, mais toutes les personnes qui auraient lû ou qui liront un message du genre de celui que tu nous rapportes. J’ai bien vu que les personnes, même si c’est inconscient, associe ce genre de message à des arabes ou des noirs, c’est ça que j’ai voulu remettre en cause. J’ai en fait, par ton intermediaire, écrit ça à tous ceux qui aurait cette idée reçu.
    Et si ce que tu as pris pour une remarque personnelle t’as dérangée, alors je m’en excuse.

    >Tu m’imagines refuser de répondre à un mail sous pretexte que son auteur s’appel Aziz, par exemple ?

    J’ai aussi remarqué que le nom qui m’associ à mes mails est effectivement "Aziz Remy". C’est ce que j’ai du marqué lors de la création de ma boîte e-mail. Mais je ne m’appel pas Aziz, et encore moins Remy sourire.
    (Et encore une fois, lorsque j’ai écris ce message, je ne parlais pas pour toi)

    >En lisant ce gribouillis je n’ai même pas pensé à la personne qui l’a écrit. J’ai juste pensé, hors de tout contexte réel, au message et à sa graphie excentrique.

    D’accord, j’ai bien compris Stephane, mais j’aimerais que tu me répondes honnêtement, lorsque tu dis "je n’ai même pas pensé à la personne qui l’a écrit", est-ce que au fond de toi (tout au fond peut-être) tu n’as pas pensé en l’espace même d’une fraction de seconde à qques clichés ou autre (je tiens à dire que cette question n’est en rien une question piège, et que d’une certaine manière, ce serait normal de s’être laissé penser certaine chose car c’est ce qu’on associ à ce que montre la télé), et par cette question, j’aimerais et je serais très curieux de savoir si cette pensée, à savoir associer ce genre de message à ce que j’ai pu preciser dans mon message plus haut,relève d’un certain mecanisme que la télé (le stéréhotype du gars des cités) aurait d’une certaine manière enseigné, ou bien esc-ce simplement et crûement une pensée raciste. (Et je tient encore une fois à préciser que je sais bien que tu n’est en rien raciste - même si je suis persuadé qu’on est tous raciste de quelque chose [ Tiens, ça ferait un bon sujet de developement ça] - et que ce qui t’as pu semblé exprimé de manière douteuse ne t’était bien evidement pas destiné).

    Pour revenir à la deuxième partie de ta remarque, quand tu dis que tu as seulement pensé au message et à sa graphie excentrique, je suis bien sûr d’accord avec toi pour exprimer un certain dégoût d’un tel gachis de la langue et de comparer ce message à de la poésie (chose que j’ai apprécier et qui m’a ammusé), mais lorsque l’on prend un message, quel qu’il soit, et qu’on le place hors contexte il n’a plus aucune valeur en tant que tel, et toute la symbolique qui ait pu se trouver à l’intérieur n’a plus de sens. Je sais, ce n’était pas ton sujet de reflexion à ce moment là, mais moi je trouve que prendre de façon hironique ce qui se trouve être un message née de la haine et du ras-le-bol est quelque peu déplacé. Mais peut-être est-ce parce que je vois la chose sous un angle qui n’est pas objectif.

    >Je suis peut-être maladroit à cause de trop d’ironie dans mon commentaire. Si je dois vraiment m’expliquer, je ne peux que dire que je l’ai vu d’un point de vue de linguiste,parce que c’est mon naturelde repérer ce genre de choses.

    Et donc gloire à ton point de vue de linguiste, qui est tout de même la base de ton site, ainsi que la base de ce qui nous fait sourire, réfléchir, faire la moue. Et j’apprecie les personnes qui savent travailler avec leur naturel. Quand à l’ironie, je suis preneur de n’importe quel degré. Mais j’avoue que ce sujet m’avait un peu pincé, peut-être parce que trop de fois il a fallu se justifier, faire ses preuves plus que d’autres, et lorsque j’ai vu ce message affiché, il est vrai que ce sentiment a refait surface car il est vrai, même si on n’y pense pas tout le temps, que c’est un combat quotidien.

    >Mai je sais la malheur, je sais la tristesse, je sais le desespoir.

    Oh ne t’inquiète même pas pour ça, on a bien trop de fierté. Le malheur, mes frères du tier-monde et du Proche-Orient en font les frais. La tristesse, les mères qui voient leurs enfants sortir fous des prisons, ou bien lorsqu’elles reçoivent un coup de fil de la maison d’arrêt leur affirmant que leur fils s’est suicidé à 1 jour de sa sortie, c’est dans leur yeux meurtris que se lie la tristesse. Quand au desespoir...J’ai bien envi de dire que tu as pris des mots un peut trop lourd sourire . En tout cas, le desespoir est à ceux qui se rendent compte qu’il doivent compter sur les autres pour vivre, je crois que c’est la vision que j’en ai.

    >Je sais le regard de l’autre (je le subis quotidiennement aussi, bien que pour des raisons différentes).

    "L’enfer, c’est les autres".

    Répondre à Mala

    • 30 mai 2005
    • en réponse à Mala

    A vrai dire, j’ai utilisé le pronom personel "tu" mais ce n’est bien sûr pas toi que je visais, mais toutes les personnes qui auraient lu ou qui liront un message du genre de celui que tu nous rapportes.

    Tu me rassures...

    Mais je ne m’appelle pas Aziz, et encore moins Remy

    Bon, un jour tu signeras de ton vrai nom ici, alors ? clin d'œil

    j’aimerais que tu me répondes honnêtement, lorsque tu dis "je n’ai même pas pensé à la personne qui l’a écrit", est-ce que au fond de toi (tout au fond peut-être) tu n’as pas pensé en l’espace même d’une fraction de seconde à qques clichés ou autre

    Sincèrement ? J’ai pensé à un mec déguisé en rappeur, oui... Évidemment qu’on a tous des clichés. Mais ç’a été plutôt une après-pensée, à vrai dire. Sur le moment seul le message m’a amusé (même si d’aucuns trouveront que j’ai un drôle de sens de l’humour, et ils auront raison).

    même si je suis persuadé qu’on est tous raciste de quelque chose [Tiens, ça ferait un bon sujet de developement ça]

    Je te le confirme. Je suis sûr que ça a à voir avec notre sens d’appartenance à un groupe. On se définit toujours soi-même par rapport à des critères liés à l’altérité ("je ne suis pas lui").

    je trouve que prendre de façon ironique ce qui se trouve être un message né de la haine et du ras-le-bol est quelque peu déplacé

    C’est un réflexe de survie. Imagine : nous sommes assis sur un escalier, une vieille raciste sort et nous injurie jusqu’à ce que nous décampions. Nous la regardons et sourions ironiquement. Puis nous nous levons, conscients de la vanité du combat.

    j’avoue que ce sujet m’avait un peu pincé, peut-être parce que trop de fois il a fallu se justifier

    Sans doute oui.

    Quant au desespoir...J’ai bien envie de dire que tu as pris des mots un peut trop lourds

    J’ai vu des gamins de douze ans qui n’espéraient plus rien, dont le regard était déjà plus ou moins celui des morts... C’était bien du désespoir...

    Bien sûr que je ne parlais pas du mien : je suis loin d’être désespéré. Désabusé, sans doute, mais comme personnellement j’ai une très bonne vie, j’aurais mauvaise grâce à me plaindre.

    Répondre à Stéphane

    • 6 juin 2005
    • en réponse à Mala

    pompompom... je passe juste pour réagir vite fait (et je l’espère bien fait mais bon point trop n’en faut)

    Je souhaitais juste rebondir sur quelques petits points qui me font un peu tiquer dans votre conversation :

    * tous racistes ? en mon sens, oui et non.
    je me souviens avoir écrit ici-même qu’on était tous le con d’un autre et dans la même idée on est tous raciste envers un critère x ou y. mais dans ce cas il ne s’agit plus de racisme et on s’approche plus de la discrimination. Ou plutôt de l’évocation de la discrimination car avoir des idées propres à l’inconscient (découlant bien souvent de notre éducation, de notre milieu de vie, etc.) c’est un fait mais combattre celles-ci au quotidien non pas parce qu’elles sont interdites par la loi ("le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit", m’a dit un vieux sage lors d’un lointain pique-nique à bièvres) mais parce qu’elles ne sont aucunement justifiées et de fait n’ont aucune valeur et aucune portée sinon celle de blesser.

    * "l’enfer c’est les autres" petite parenthèse sartre se retourne dans sa tombe chaque fois que cette douce maxime est employée à tort (il ne voulait pas incriminer les autres mais le rapport de dépendance qu’on entretient avec ceux qu’on aime et pire encore avec ceux qu’on aime pas ou qui nous indiffèrent)

    * chaque message a une origine, une signification ? oui mais il a aussi ses destinataires ? qui est visé ? les flics ? je ne pense pas ? les "honnêtes" contribuables ? je ne pense pas non plus. un gamin de 12 ans qui avait déjà les nerfs après la police et qui cherchait un "argument de plus" ou ses potes à ce grand garçon (ou à cette grande fille d’ailleurs qui sait...) ? ça me semble plus probable. je blâme ce type de message car sa portée est néfaste et aucunement constructive, pire encore elle ne fait qu’entretenir le cercle vicieux mauvais flic - mauvais jeune. pour ma part je "surblame" ce message car je trouve prétentieux de penser que cet espace lui était destiné pour écrire quelquechose d’aussi futile (autant que les "clara je t’aime" à la différence qu’à part être sordides, ils ne nuisent à personne) perso j’aime écrire et dessiner sur les murs, les tables, tout ce qui traine mais j’ai arrêté depuis le jour où je me suis rendue compte que finalement la seule chose que j’apprenais aux gens en faisant ça c’est que le JT de TF1 ne leur avait pas menti...

    finalement, tout se résume aussi simplement que la motivation de ton écrit : la méconnaissance des autres (tu sembles plus proches de "tes frères du tierS-monde et du proche orient" que d’un type que tu croises peut-être en allant acheter ton pain. chez beaucoup de gens cette méconnaissance se manifeste par la peur de l’inconnu et donc par le rejet pur et dur (oui la connerie quoi...). qui le premier de cet oeuf et de cette poule dira stop ? stop ?

    Répondre à bony

    • 12 juin 2005
    • en réponse à bony

    >tous racistes ? en mon sens, oui et non. je me souviens avoir écrit ici-même qu’on était tous le con d’un autre et dans la même idée on est tous raciste envers un critère x ou y. mais dans ce cas il ne s’agit plus de racisme et on s’approche plus de la discrimination

    La discrimination n’est-elle pas une forme de racisme ?

    >"l’enfer c’est les autres" petite parenthèse sartre se retourne dans sa tombe chaque fois que cette douce maxime est employée à tort (il ne voulait pas incriminer les autres mais le rapport de dépendance qu’on entretient avec ceux qu’on aime et pire encore avec ceux qu’on aime pas ou qui nous indiffèrent)

    Sartre était une matérialiste, il ne croyait ni à l’enfer ni au paradis. Lorsqu’il à dit "l’enfer c’est les autres", il s’agissait en fait de toute les souffrences que l’on peut avoir à cause d’autrui, que ce soit qq1 qu’on aime ou pas. Dans ce cas précis, cette douce maxime est en aucun cas utiliser à tort, et je te rassure, même ds le cas contraire sartre ne s’en serait pas retourné dans sa tombe ; il y pourrit depuis un petit bout de temps déjà.

    >chaque message a une origine, une signification ? oui mais il a aussi ses destinataires ? qui est visé ? les flics ? je ne pense pas ? les "honnêtes" contribuables ? je ne pense pas non plus. un gamin de 12 ans qui avait déjà les nerfs après la police et qui cherchait un "argument de plus" ou ses potes à ce grand garçon (ou à cette grande fille d’ailleurs qui sait...) ? ça me semble plus probable. je blâme ce type de message car sa portée est néfaste et aucunement constructive, pire encore elle ne fait qu’entretenir le cercle vicieux mauvais flic - mauvais jeune. pour ma part je "surblame" ce message car je trouve prétentieux de penser que cet espace lui était destiné pour écrire quelquechose d’aussi futile (autant que les "clara je t’aime" à la différence qu’à part être sordides, ils ne nuisent à personne) perso j’aime écrire et dessiner sur les murs, les tables, tout ce qui traine mais j’ai arrêté depuis le jour où je me suis rendue compte que finalement la seule chose que j’apprenais aux gens en faisant ça c’est que le JT de TF1 ne leur avait pas menti...

    Je ne veux pas me relancer ds ce débat là et je me rend compte à mon grand déséspoir que tu ne comprend rien à rien. Tu est de toute évidence en dehors de tout "ça" mais tu crois pouvoir en parler comme si tu avais vecu "ça" toute ta vie. Et quand tu dis que tu blames ce genre de message, je respecte ton avis et je les blâme tout comme toi, mais je blâme d’autant plus ce qui fait qu’il se trouventsur ces mûrs, car ce n’est certainement pas le fruit du hasard, ou bien d’un simple coup de tête.
    Je vois également que monsieur aime dessiner et écrire sur les mûrs ou les tables, je tiens à te préciser pour ta gouverne que les JT de tf1 s’en branlent de ce que tu écris ou dessine sur les mûrs et les tables, jusqu’à preuve du contraire, on n’a jamais vu jean-pierre pernault faire l’ouverture du journal en disant que des personnes ont pris 10 mois de prisons pour avoir dessiner ce qui ressemble à un appareil genital masculin sur un mûr ou une table. Tu vois c’est ça le problème, certaines personnes comme toi s’accorde l’honneur et le droit de parler de sujets qu’ils ne connaissent pas et qu’ils ne maîtrisent pas, eux-mêmes vivant souvent à 15 années lumière de ce dont ils parlent.

    Répondre à Anonyme

    • 12 juin 2005
    • en réponse à Anonyme

    Tu vois c’est ça le problème, certaines personnes comme toi s’accorde l’honneur et le droit de parler de sujets qu’ils ne connaissent pas et qu’ils ne maîtrisent pas, eux-mêmes vivant souvent à 15 années lumière de ce dont ils parlent

    Crois-tu connaître assez bony pour savoir ce qu’elle a vécu ?

    En passant, merci de signer vos messages, les discussions sont plus faciles à suivre.

    Répondre à Stéphane

  • >Crois-tu connaître assez bony pour savoir ce qu’elle a vécu ?

    Je ne dit pas que je sais ce qu’elle a vecu, je dis juste que son point de vue m’horripile, m’exsaspére, me dégoûte, m’enerve, me fait royalement chier parce que je me rend compte finalement que des gens se croient au dessus d’autres, et pensent qu’ils peuvent critiquer par exemple des messages malsains écrit sur des mûrs alors qu’eux-même ne valent pas forcement mieux.
    Quand à savoir ce qu’elle a vécu, on a tous nos problème merde ! Je ne l’ai pas jugée par rapport à ce qu’elle a vecu parce que je ne sais rien d’elle, autant qu’elle ne sait vraisemblablement rien de ce dont elle parlait un peu plus haut.

    Oohh, je vois que bony est une femme ? J’aurais sû je m’y serait pris différemet, élégance oblige...

    Répondre à Anonyme

    • 12 juin 2005
    • en réponse à Anonyme

    Quand à savoir ce qu’elle a vécu, on a tous nos problème merde ! Je ne l’ai pas jugée par rapport à ce qu’elle a vecu parce que je ne sais rien d’elle, autant qu’elle ne sait vraisemblablement rien de ce dont elle parlait un peu plus haut.

    C’est exactement ce que je voulais dire, mais comme il faut tout expliquer, pour certains, je vais repréciser ma pensée : ce que je voulais dire en te demandant si tu sais ce qu’elle a vécu, c’est que j’ai du mal à comprendre comment tu peux te permettre d’imaginer qu’elle ne sait rien de ce dont elle parle. Tu sais où elle habite ? Tu connais son quartier ? Ses fréquentations ? Son origine ethnique ?

    Qu’est-ce qui fait de l’un le chantre des victimes, et de l’autre une inconséquente râleuse qui ne sait rien ? (pour être précis et parce que les figures de style ont l’air de faire long feu dans ce débat stérile : qui a fait de toi le chevalier blanc et de bony la vilaine gargouille ?)

    Respire avant de répondre ; puisqu’il faut toujours être explicite, je précise que le paragraphe précédent n’est pas une vraie question mais une figure de style : une question réthorique, qui n’appelle pas de réponse, surtout si c’est pour entendre des considérations oiseuses.

    Pour conclure, le prochain qui pousse des râleries en disant des gros mots... je le mets dehors (surtout si c’est pour incendier bony qui est une bonne copine, ce n’est certainement pas sur ce site que tu pourras le faire).

    Oohh, je vois que bony est une femme ? J’aurais sû je m’y serait pris différemet, élégance oblige...

    Je ne sais pas, pour ma part j’essaie d’être galant autant avec les hommes qu’avec les femmes. L’élégance française, que veux-tu. Bon sang ne saurait mentir sourire

    Répondre à Stéphane

  • >C’est exactement ce que je voulais dire, mais comme il faut tout expliquer, pour certains, je vais repréciser ma pensée : ce que je voulais dire en te demandant si tu sais ce qu’elle a vécu, c’est que j’ai du mal à comprendre comment tu peux te permettre d’imaginer qu’elle ne sait rien de ce dont elle parle. Tu sais où elle habite ? Tu connais son quartier ? Ses fréquentations ? Son origine ethnique ?

    Tu crois vraiment que j’ai pas saisi lorsque tu m’as demandé si je savais ce qu’elle avait vécu ? Mais ça ne change rien à ma réponse un peu plus haut, tout simplement car tu as oublié une chose, c’est que ce que j’ai pu voir ou vivre, je serais étonné si bony me disais qu’elle l’a vécu, tout simplement car bony est une fille, et c’est totalement un autre combat, une autre histoire, un autre problème, et ce n’est pas bony qui va me contredire, à moins qu’elle traînait avec des garçons, tard, très tard le soir, et qu’elle ait menée pendant longtemp des "activités" masculine. Ne me prend pas pour un macho surtout, ça n’a rien à voir.
    C’est pour ça que je te disais que bony ne pigeait rien à rien, c’est une fille, elle est exterieur à tout ça. Le fait qu’elle ait vécu dans ce genre d’endroit ne fait pas de son constat, plus haut, une preuve en soi.

    >Qu’est-ce qui fait de l’un le chantre des victimes, et de l’autre une inconséquente râleuse qui ne sait rien ? (pour être précis et parce que les figures de style ont l’air de faire long feu dans ce débat stérile : qui a fait de toi le chevalier blanc et de bony la vilaine gargouille ?)

    Encore une fois, dit comme ça ca peut paraître deplacé mais, c’est une fille, voila pourquoi. Mais je tient à préciser qu’en aucun cas j’ai voulu me faire passer pour le gentil cavalier blanc et faire passer bony pour une vilaine gargouille, mais je pense simplement que c’est un problème, un combat qui concerne les garçons plus que les filles. Mais je sais pas moi, tu vois souvent des conflits entre flics et jeunes filles ??

    >je précise que le paragraphe précédent n’est pas une vraie question mais une figure de style : une question réthorique, qui n’appelle pas de réponse...

    Au contraire, mais bon...

    >surtout si c’est pour entendre des considérations oiseuses...

    Oiseux ? Alors tu crois que tout ce que j’ai inscrit dans les messages précédant relève du futile et de l’incohérent ? Je crois simplement qu’à force de trop vouloir écrire pour écrire, tu a oublié l’essentiel : l’àme de ce que tu écris, peu importe la façon dont tu l’écris. J’ai fais l’erreur de me laisser emporter, on m’a souvent reprocher mon honnêteté.

    >Pour conclure, le prochain qui pousse des râleries en disant des gros mots... je le mets dehors (surtout si c’est pour incendier bony qui est une bonne copine, ce n’est certainement pas sur ce site que tu pourras le faire).

    Pardon ? Laisse moi te contredire : je n’ais en rien incendié ta bony (entre nous, elle doit être assez grande pour se défendre seule), mais je trouves nul que tu te mettes entre nos deux messages. Ce qui m’a été adressé de sa part et ce qui lui a été adresser de ma part peu t’appeler à composer un éventuel message, et non pas remettre à l’ordre l’un des deux messager sous pretexte que soit disant il se serait mal comporté avec l’autre, ce qui est faut. Tu crois qu’elle est faible car c’est une femme ? ma réponse pour elle n’était en rien une menace ou bien un moyen de rabaisser bony, je trouve juste désolant la façon dont s’est conclu ce débat.

    >pour ma part j’essaie d’être galant autant avec les hommes qu’avec les femmes.

    Eh bien pas moi. J’essais d’être galant avec les femmes, mais je préfère utiliser le terme sympathie ou même bon comportement en ce qui me concerne avec les hommes. sourire

    Répondre à Anonyme

    • 16 juin 2005
    • en réponse à Anonyme

    Une petite réponse assez rapide, parce que j’ai autre chose à faire en ce moment.

    Je te cite :

    je n’ai en rien incendié ta bony

    Et je cite le message qui me le faisait penser :

    Je ne dis pas que je sais ce qu’elle a vécu, je dis juste que son point de vue m’horripile, m’exaspère, me dégoûte, m’énerve, me fait royalement chier parce que je me rends compte finalement que des gens se croient au dessus d’autres, et pensent qu’ils peuvent critiquer par exemple des messages malsains écrit sur des murs alors qu’eux-même ne valent pas forcement mieux.

    Et je n’ai rien à ajouter.

    Par ailleurs, pour te citer encore :

    je trouve nul que tu te mettes entre nos deux messages

    Il ne faut pas oublier qu’on est ici chez moi, en quelque sorte. Nous serions dans mon salon à l’apéro, je t’aurais fait le même reproche... et pour être sincère, je sais que bony n’a pas besoin de ma protection, et que c’est loin d’être une faible femme... je trouve juste qu’un peu de mesure dans les propos, c’est bon pour tout le monde...

    Un point qui me trouble :

    Je crois simplement qu’à force de trop vouloir écrire pour écrire, tu a oublié l’essentiel : l’âme de ce que tu écris, peu importe la façon dont tu l’écris.

    Peut-être. Ça demande réflexion.

    Répondre à Stéphane

    • 22 juin 2005

    Je remercie les deux derniers commentaires, que je viens de supprimer.

    On ne peut pas les laisser cinq minutes.

    À compter de maintenant la modération des commentaires sera faite a priori, ça évitera les noms d’oiseaux, les points Godwin, et la désagréable impression d’être sur fr.soc.politique.

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile