nota-bene.org > Sur le web > Trois questions et puis c’est tout

Trois questions et puis c’est tout

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 21 mars 2011

URL courte : http://nota-bene.org/422

4 commentaires

Mots-clés (tags)

Le web, ce hobby chronophage... pardon, ce métier passionnant.

Il y a très longtemps (en 2005), je pensais qu’il suffisait de jeter des idées à la cantonade pour les voir germer dans des cerveaux aussi malades que le mien mais avec un peu plus de temps disponible.

Funeste erreur : je ne savais pas, alors, que tout ça finirait par me rattraper.

Je ne sais plus comment c’est arrivé : Vincent ou Christophe, l’un des deux, m’envoie en 2009 un mail censément anodin et me propose de partager le travail sur un projet, en me collant le texte ci-dessous :

La presse spécialisée nous sert régulièrement des interviews de personnes influentes. Malheureusement en français ces personnes influentes sont toujours des décideurs... ce qui se conçoit : la presse spécialisée vise l’efficacité (montrer des tendances du marché, des choix techniques de grosses sociétés, etc) et elle n’a pas forcément de temps à perdre avec des interviews « de société », de gens normaux qui font leur métier et pas forcément de vagues.

Pourtant ce serait sans doute intéressant d’apprendre ce qu’est la réalité de tant de métiers qui n’existaient pas il y a dix ans, des intégrateurs aux développeurs côté serveur, des évangélistes aux spécialistes de l’accessibilité (j’en omets exprès des dizaines, ce sera l’objet de ce site de nous les présenter).

C’est d’autant plus intéressant à mon avis que les dénominations de ces métiers ne sont pas encore stabilisées : quand dans une société on est intégrateur , dans la suivante on devient développeur web, alors que dans une troisième un développeur web est un développeur de langages côté serveur, ce qui n’a rien à voir.

Je réponds que je trouve ça drôlement bien écrit, tout confus ensuite quand je découvre que c’est de moi et que je vais encore passer pour un vil immodeste. En tout cas ça veut dire que je suis cohérent avec moi-même, c’est déjà ça.

Bref, un Paris Web plus tard on a fini par boucler ce projet insensé. Pas « insensé » au sens d’impossible, « insensé » comme dans « sommes-nous sûrs d’avoir assez de temps libre pour tout ça ? »

J’ai donc eu l’honneur de regarder Christophe pondre un bien joli design (j’aime l’idée d’une palette pas courante) et Vincent faire une intégration de chef (Vincent c’est un très bon, mais ne lui dites pas, il rougit facilement). Je n’ai plus eu qu’à faire les squelettes Spip qui vont bien, et ensuite à les saloper sans vergogne avec du PHP pour répondre à un design qui aurait demandé des triples boucles imbriquées avec saut périlleux arrière.

Ne marchez pas pieds nus, il reste des échardes, mais on est en train de mettre des coups de ponceuse dans les coins. En tout cas le gros est fait et la peinture est sèche : Trois questions est en ligne !


Commentaires

  • pm

    • 21 mars 2011

    Stéphane,
    Un premier mot me vient : t’es un gros malade clin d'œil))
    Paris web, pompage et maintenant 3 questions en sus de nota-bene...
    Bon, en même temps t’as jamais que quarante ans...

    Amitiés,
    PM

    Répondre à pm

    • 21 mars 2011
    • en réponse à pm

    Ah mais j’ai arrêté Pompage et Paris Web. Mais j’ai adhéré à Openweb, aussi. Match nul sourire

    Répondre à Stéphane

    • 21 mars 2011

    mais on aime les grands malades quand ils font du bon boulot.

    Répondre à karl

    • 22 mars 2011

    Très bonne initiative

    Répondre à CUT HERE

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile