nota-bene.org > 36 15 ma vie > TGV et humeur vagabonde

TGV et humeur vagabonde

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 25 mars 2015

URL courte : http://nota-bene.org/1030

9 commentaires

Où l’on trouve parfois que le chapô est inutile quand l’article lui-même est vide de sens.

Ça faisait plusieurs mois que je n’avais pas pris un TGV ; c’est un gros changement : quelques années en arrière c’était mon deuxième bureau.

Je retrouve ces ambiances bizarrement feutrées, si éloignées du RER avec les crieurs de téléphone [1], les poseurs de pieds sur les sièges, les mélomanes du rap [2]. Dans le TGV, ce sont plutôt les gens avec leur ordinateurs, les costards, les recherches désespérées de prises électriques pour le fil à la patte du téléphone portable qui se décharge si vite —pas pour moi ça, je suis très peu consommateur de connexions permanentes au réseau. Chaque chose à sa place.

Alors j’en profite. J’écoute enfin l’interview de Jean-No dans l’émission Place de la Toile que j’avais eu l’heureuse idée de sauvegarder en MP3 à l’époque. Je tente d’écouter celle de danah boyd mais la balance de l’enregistrement est très déséquilibrée, on n’entend que d’une oreille ; je retenterai sur une chaîne hi-fi avec mes appareils auditifs, ce sera moins pénible.

Je m’amuse d’entendre mentionner fr.rec.arts.bd (ce vieil endroit poussiéreux que peu de gens connaissent encore [3]), de voir que les gens de cette génération ont suivi peu ou prou le même parcours d’apprivoisement de l’informatique qui ne servait à rien, comme nous le rappelle Jean-No fort justement ! Un ordinateur domestique ne servait à rien qu’à programmer, qu’à apprendre à programmer. En boucle, donc.

Et puis nous nous arrêtons à Saint-Pierre des Corps, où j’étais pion il y a une éternité. Par sentimentalisme nostalgisant [4], je regarde autour de moi, j’écarquille les yeux dans l’idée de reconnaître quelque chose, puisque je fréquentais cette gare. Mais non, c’est le même paysage industriel, à moitié en friche, à moitié réhabilité à coups d’huisseries aluminium peintes en couleurs primaires, qu’on voit dans toutes les grandes gares. Petit pincement au cœur, l’envie de descendre et de marcher un peu là.

Me revient une anecdote assez rigolote sur cette ville, bastion communiste (l’est-elle toujours ?). En bus, quand on vient de Tours, on longe successivement l’Impasse de la Liberté, l’Impasse de l’Égalité, l’impasse de la Fraternité. Si si si, je te jure. Ça m’a longtemps amusé, et ça m’amuse encore, tiens !

L’esprit vagabonde.

Préparer une blague obligatoire du premier avril ? On s’en moque un peu, finalement.

Finir la refonte du site ? Mais qui ça intéresse, franchement ?

Faire un article pour expliquer mon idée de l’exergue dans la publication en ligne, qui est un blockquote sur Typographisme alors qu’il me semble plus « naturel » d’en faire un intertitre, et pourquoi c’est fait en Javascript sur le site que vous lisez et pas en PHP ?

Dépiler pendant le temps de chômage qui reste les idées d’articles amoncelées depuis des années ?

La réponse est dans la question : ça n’intéresse que moi, l’écriture et la maintenance d’un blog sont des exercices égocentriques, on peut s’en passer ou pas, selon les moments (la preuve avec mon silence actuel [5]).

J’ai repris un carnet papier, tiens, à la suite de Cameron Moll, pour décoincer mes mains ankylosées par la frappe.Mon écriture manuscrite est devenue illisible, même pour moi à l’occasion. Mais évidemment, assis dans un train, c’est peine perdue que de vouloir manuscrire. Alors, comme toujours, comme avant, j’ouvre mon PC et je prends ces quelques notes.

La pensée musarde et vagabonde, se nourrit de ce qui passe et se restitue sans ordre, sans autre but que de la poser là et de voir ce qui en germe.


Notes

[1Oui, je te le concède, ami de la francophonie, « crieurs de téléphone » est vaguement un néologisme, mais une langue qui ne vit plus est une langue qui meurt, alors tu permets ?

[2Une pensée pour un type vu la semaine dernière, qui avait mis un petit ampli dans sa capuche ! Je n’avais encore jamais vu ça.

[3Les newsgroups, c’est un peu comme quand tu dis « Gopher » aux gens : ça évoque un passé héroïque et inaccessible à la plupart de tes interlocuteurs, qui t’imaginent courant tuer le mammouth à mains nues puis te goberger de baies.

[4Attention, ça arrive de plus en plus souvent à mesure qu’on vieillit —je préfère prévenir tout de suite que d’ici quelques années je vais radoter sec.

[5Certains silences font plus grandement ressentir le manque, celui de Kozlika notamment.


Commentaires

    • 25 mars 2015

    Et c’est bien agréable que de lire ces vagabondages. Reposant. En fait, ça donne envie de se poser. Pour faire quoi ? Les trucs qu’on oublie de faire, pris⋅e par le jour, probablement. (oué, je crois que ça veut rien dire...)

    (tiens, pourquoi le titre du commentaire est-il obligatoire chez toi ?)

    Répondre à Chaopale Lamecarlate

    • 25 mars 2015

    Chaopale Lamecarlate :

    (tiens, pourquoi le titre du commentaire est-il obligatoire chez toi ?)

    C’est un truc historique de Spip, je vais finir par cacher le titre dans ma CSS sourire

    Répondre à Stéphane

    • 25 mars 2015

    Stéphane : oh, et puis j’aimerais bien savoir pourquoi la "pull-quote" est un titre pour toi. Je n’ai pas d’avis sur ça, j’en comprends l’intérêt mais pas le sens typographique.

    Répondre à Chaopale Lamecarlate

    • 25 mars 2015

    Chaopale : Bon, je vais donc écrire mon article pour toi sourire

    Répondre à Stéphane

    • 25 mars 2015

    Stéphane : Ouéééé ! (c’était même pas prémédité)

    Répondre à Chaopale Lamecarlate

    • 25 mars 2015

    Pause au bureau. Je consulte ton site, voir si d’aventure un nouveau billet est sorti, et oui ! Ça fait du bien de te relire ! Décidément, chouette journée.

    Pour l’écriture manuscrite, moi aussi au début de la reprise j’avais du mal, et puis j’ai remarqué qu’il fallait que j’écrive plus lentement, plus amplement aussi, pour que le trait sorte de sa léthargie et retrouve sa souplesse.

    « Finir la refonte du site ? Mais qui ça intéresse, franchement ? »
    Moi ! Mais à choisir je préfère te lire qu’apprécier une nouvelle coquille vide.
    (Mon propre site bancal par-ci par-là, mais j’améliore de temps à autres. Récemment le formulaire de saisie de commentaires par exemple).

    Répondre à Emmanuel

    • 25 mars 2015

    Emmanuel : Pour l’instant je m’amuse et je pousse sur Github. Je me donne encore une semaine, et soit j’aurai fini, soit je mettrai en ligne tel quel, quoi qu’il en soit.

    En tout cas je ne me laisse pas « polluer » et ça ne m’interdit pas d’écrire, la preuve sourire

    Répondre à Stéphane

    • 26 mars 2015

    «  Les newsgroups, c’est un peu comme quand tu dis “Gopher” aux gens : ça évoque un passé héroïque et inaccessible  » je crois surtout que ça ne leur évoque rien…

    Répondre à Olivier G. ☃

    • 26 mars 2015

    Olivier : C’est pas faux.

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile