nota-bene.org > Sur le web > Sexisme chez les geeks

Sexisme chez les geeks

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 19 mars 2013

URL courte : http://nota-bene.org/953

13 commentaires

Une fille que je ne connais pas, Mar_lard, fait un article très long, très affligeant, qui malheureusement n’invente rien.

Hé, amis geeks masculins. Ça ne vous dérange pas que ce soient des mecs comme ça qui vous représentent ? Ça ne vous dérange pas qu’ils se sentent parfaitement à l’aise pour décrire vos communautés ainsi ? Ça ne vous dérange pas que les connards se sentent chez eux tandis que leurs victimes sont dégoûtées et exclues ?

Si, j’ai envie de vomir. Heureusement les geeks que je fréquente ne sont pas comme ça. Enfin j’espère.

À lire là : Sexisme chez les geeks : Pourquoi notre communauté est malade, et comment y remédier si vous arrivez à tenir jusqu’au bout. Tant de haine.

Pendant ce temps, de rares papas hackent des jeux pour transformer des héros en héroïnes et c’est chouette et marrant, et chez nous tout le monde a souri.


Commentaires

    • 19 mars 2013

    Je suis Geek, et les nombreux geeks que je fréquente ne sont absolument pas comme décrit dans l’article, et nous sommes même à des années lumières de cela.

    L’article généralise trop, comme toutes les communautés, il y a des crétins, et qui se sont pas forcement la majorité, mais malheureusement, que l’on remarque le plus.

    C’est un peu comme pour les jeux de rôles qui sont décrits comme rendant violent, et hors réalité à cause de quelques faits divers.

    Répondre à David

    • 19 mars 2013

    À mon avis, l’article rate sa cible avec quelques petites choses en plus qui me dérangent tout au long de la lecture. Il y a un mélange entre

    * respect de la femme
    * violence
    * le corps en produit

    L’article dénonce la crasserie de certains joueurs et journalistes vis à vis des femmes, mais ne dénonce pas la violence. Une sœur, rendue objet sexuel, qui se fait sauvagement tuée par une brute est-il moins acceptable qu’un curé-sexuellement objectivé se faisant tuer par une brutasse. Dans les deux cas, c’est la violence qui me dérange. Il en va de même pour les films d’horreurs.

    La sexualisation des personnages est un autre sujet. Elle ne me dérange pas. Ce qui me dérange fondamentalement, c’est la violence attachée à la sexualisation. Tout comme à l’école, on enseigne la technique sexuelle (cycle, biologie, etc) mais pas l’érotisation, dans les jeux, on enseigne la consommation sexuelle mais toujours sans érotisation. Ce qui fait qu’au final, les gens confondent justement érotisation avec un mode réduit de l’approche sexuelle (consommation et violence).

    Pour ce qui est booth babes, même chose. Ce qui m’ennuie, ce n’est pas tant les booth babes, que l’absence de booth boys et la pertinence dans certaines circonstances de leur présence. Qu’une personne fasse du cosplay (copie de son héroine) est une chose, qu’elle soit presque à poil sur un stand alors que cela n’a rien à voir avec la déclinaison du produit ou de sa mythologie me dérange beaucoup. Par exemple, les shows de voiture avec des filles presques nues. WTF ? Le lap dancing du Hacker Show de Yahoo en Asie était une idiotie totale.

    Répondre à karl

    • 19 mars 2013

    David : Je ne pense pas qu’elle généralise, mais plutôt qu’elle fait part de son constat et de son vécu (et du vécu de personnes qu’elle a rencontrées à travers cette expérience).

    Ce n’est pas parce que N% sont intolérables qu’on doit regarder les autres (100-N)% et dire que bon, non, finalement, c’est tolérable.

    Enfin je crois.

    Répondre à Stéphane

    • 19 mars 2013

    karl : Il y a malgré tout une banalisation de la violence sexuelle, symbolique ou réelle, envers les femmes. Là encore, quand bien même les hommes subiraient la même, ça ne la rend pas moins intolérable.

    Après, sur les questions de sexualisation, d’érotisation et de ludicité, je pense que c’est un autre sujet (passionnant au demeurant) qui mériterait une réflexion de fond, mais à part.

    Répondre à Stéphane

    • 19 mars 2013

    « Il y a malgré tout une banalisation de la violence sexuelle »

    Stéphane, oui. Tu le dis toi-même : violence.

    Banalisation de la violence sexuelle… Et non pas symbolique, bien réelle.

    « Là encore, quand bien même les hommes subiraient la même, ça ne la rend pas moins intolérable. »

    Et c’exactement ce que je dis à propos des sœurs au début. Le problème n’est pas le fait que ce soit dirigé vers les femmes, mais que ce soit de la violence.

    Répondre à karl

    • 19 mars 2013

    karl : (Sept fois relire les commentaires de Karl avant d’y répondre) clin d'œil

    Répondre à Stéphane

    • 19 mars 2013

    Mmmh. J’ai lu le billet en question, en diagonale sur la fin je dois l’avouer et j’en ai un avis mitigé.
    Je ne nierai pas le fond, le sexisme est bel et pas bien présent, du plus débile au plus violent, chez les gamers mais ce qui me dérange ce sont certains amalgames.
    J’ai notamment eu du mal à avaler cette phrase :
    « Hé, amis geeks masculins. Ça ne vous dérange pas que ce soient des mecs comme ça qui vous représentent ? »
    Non, ils ne me représentent pas. Qui a dit qu’ils me représentaient ? Certainement pas moi. De part le fait même qu’ils sont sexistes, ils ne peuvent me représenter.

    Il y a énormément d’autres amalgames, de contre vérités et autres stigmatisations faciles dans son texte.
    Je comprends bien sa colère, loin de moi l’idée de désavouer ses propos et son expérience personnelle, mais je n’ai jamais été client du combat de l’intolérance par l’intolérance.
    Je ne pense pas que ce soit une bonne manière de changer les esprits.

    Bref, je n’ai pas perçu son billet comme une étude sociologique objective et représentative mais plus comme un billet d’humeur, ce qu’il est peut-être et je refuse donc d’être pris pour cible sous prétexte que je suis un mâle blanc qui se considère "geek". Je ne suis pas comme ça, beaucoup de mes connaissances "gamers" ne sont pas comme ça, et encore moins dans toutes mes connaissances "geek" et pourtant malgré tout, je dois me sentir fautif d’un mal dont je suis étranger.

    Je pense que le problème n’est pas chez les gamers, il est partout.
    Peut-être que la communauté gamer est un des derniers bastions pour machos et misogynes parce qu’elle a longtemps été l’apanage du mâle socialement maladroit et inadapté, et que c’est pour cette raison que c’est plus important dans cette communauté, je n’en sais rien. Ça mériterait une véritable étude sociologique plus qu’un pamphlet accablant une majorité pour le comportement d’un minorité.

    Ça fait plus de 10 ans que je suis un geek/gamer. En toute honnêteté, je n’ai jamais été témoin de telles agressions sexuelles verbales, crois moi bien que si ça avait été le cas je ne serais pas resté sans rien dire. Je ne dis pas là que ça n’arrive pas, je sais que ça arrive, mais je ne pense pas que ça puisse représenter la majorité de la communauté gamer.
    Encore une fois, je peux me tromper, qui suis-je avec ma petite expérience personnelle pour oser dire que "Je sais".

    Voilà perplexe

    Répondre à GoOz

    • 21 mars 2013

    Ça me parait assez révélateur que je ne vois ici que des mecs répondre, qui plus est pour dire mais non on est pas comme ça. Aka ne changeons rien, on est si bien entre mecs.

    Désolé. Individuellement nous ne nous sentons sans doute pas comme ça, mais force est de constater que collectivement, en tant que communauté geek, on est comme ça. Il faut commencer par accepter de le voir pour pouvoir y changer quelque chose.

    Les exemples pointés par Mar_lard sont violents et nous dérangent. Oui ce sont des exemples extrêmes. Non ils ne sont pas si rares. Et surtout ce n’est que la partie émergée de l’iceberg du sexisme ordinaire quotidien qui sévit dans la communauté geek.

    Peut-être nous arrangeons nous pour choisir (plus ou moins consciemment) les cercles dans lesquels nous trainons le plus souvent pour éviter d’être (trop) confronté à cela ?

    Mais je ne peux que constater que le sexisme ambiant de la communauté geek me frappe dès que je me trouve dans un groupe de geeks (non sélectionné par mes affinités). Oh c’est certes moins violent que ce que décrit Mar_lard, mais pas moins abrasif sur le long terme par la constance et la répétition.

    Couper la parole aux filles, faire comme si elles n’avaient rien dit, présumer de leur incompétence, faire des commentaires un peu gras sur leur physique en aparté "entre mecs"... : autant de comportements que l’on peut repérer quotidiennement dans les réunions geek pour peu qu’on y prête attention.

    @Karl : tu dis ça ne me dérange pas à propos de plusieurs points. C’est bien le problème : la question n’est pas de savoir si ça te dérange ou pas, mais de savoir si ça dérange les femmes qui essayent de participer. A partir du moment où des femmes pointent des comportements collectifs et répétés qui les dérangent, elles, et qu’on répond moi ça ne me dérange pas, le seul message qu’on envoie c’est venez pas nous faire chier on est bien entre mecs. CQFD.

    Commençons donc par admettre que c’est une réalité qui existe, qui est violente et agressive pour d’autres que nous, et à y faire attention au quotidien. Les choses ne changeront sans doute pas d’un coup, mais progressivement si chacun sort du déniement.

    Répondre à Cédric

    • 21 mars 2013

    D’ailleurs tout ça est très bien dit dans cet article : Ça suffit les conneries. Rien à ajouter.

    Répondre à Cédric

    • 21 mars 2013

    Maintenant messieurs, réfléchissons un instant. Nous sommes les dominants. […] Il semble logique que la perception des femmes soit plus légitime que celle des hommes, ce sont les plus concernées par les questions de sexisme, ne commencez pas à vous lancer dans des interprétations fantaisistes, vous ne saurez jamais mieux qu’elles ce qu’elles vivent. L’empathie impose ses limites par nos conditions sociales, notre perception se différencie selon ce que nous sommes. Alors bon, bouclez-la et écoutez un peu pour une fois. Acceptez l’idée qu’on sache mieux que vous, et par-dessus tout n’imposez pas votre vision. Vous ne pouvez pas tout savoir. Ne cherchez pas de place au sein du mouvement féministe, servez-vous plutôt de la place prédominante que vous avez dans la société pour lutter pour l’égalité et contre le sexisme. N’essayez pas de dire aux femmes ce qu’elles doivent faire, elles se débrouillent très bien toutes seules. […] Vous avez beaucoup à gagner du féminisme. Réfléchissez-y. Quand nous aurons compris cela, on aura sans doute un peu avancé.

    Lire la suite : Ça suffit les conneries, par Jirimi, 20 mars 2013.

    Répondre à tetue

    • 21 mars 2013

    Cédric : « force est de constater que collectivement, en tant que communauté geek, on est comme ça »

    Non, comme l’ont bien dit David et GoOZ ceux qui sont décrits ne représentent pas tous les geeks. Et puis d’abord elle est où cette « communauté geek » exactement, existe-t-elle seulement (ça me fait autant rire que le pseudo « lobby gay » dont certains nous rebattent les oreilles) ? Si je me réfère à la mienne, composée de gens comme j’en vois ici et dont je connais la plupart, elle n’a rigoureusement rien à voir avec ça.

    Ce genre de généralisation nuit à l’article, alors que tout le monde ici semble d’accord avec le fond. Ceci dit, un coup de gueule c’est salutaire et utile, mais il faut nuancer un peu l’analyse si on veut en tirer quelque chose de concret.

    Répondre à padawan

    • 22 mars 2013

    Cédric : Ah j’avais raté la suite des commentaires.

    Donc, je recommence,

    « C’est bien le problème : la question n’est pas de savoir si ça te dérange ou pas, mais de savoir si ça dérange les femmes qui essayent de participer. »

    Tu fais le même amalgamme et exactement le même danger de généralisation. Ce qui est décrit par Mar_Lard dans son billet à propos des femmes est en effet innaceptable.

    L’absence totale de respect, la domination et l’ignorance par ceux qui ont ces actions de la domination.

    Ce paragraphe juste au-dessus est volontairement asexué, sans identification de groupes, etc. Ils s’appliquent aux femmes, aux hommes androgynes, aux personnes de communautés différentes, etc. Nous vivons dans une société où la mysoginie est fréquente.

    Je ne peux pas croire que la société changera pour les femmes si on maintient la notion de pouvoir et de violence qui l’accompagne. Ce qui me met très très mal à l’aise dans les images et le discours, c’est la notion de pouvoir qu’un groupe s’arroge sur l’autre et la violence qui accompagne ce pouvoir.

    Proner la violence comme culture (soit exercé son pouvoir sur un autre) est lamentable, ne concerne pas que les femmes. Nulle part dans mon commentaire, j’ai dit « Venez pas nous faire chier. » Je ne suis pas gamer. Les mysogines me mettent en colère, en rage, mais autant que les racistes ou ceux qui vont de la discrimination anti-gay, car à chaque fois j’y vois une personne ou un groupe de personnes penser qu’il/elle/ils/elles ont le droit du recours à la violence.

    Éliminer la culture de la violence et beaucoup de choses changeront.

    Répondre à karl

    • 22 mars 2013

    Cédric : « ça suffit les conneries » est un excellent billet.

    Sa conclusion. Alleluiah.

    « Parce que bon, quand même, l’égalité c’est un truc plutôt cool. »

    Répondre à karl

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile