nota-bene.org > 36 15 ma vie > Séminaire à Paris

Séminaire à Paris

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 13 mars 2007

URL courte : http://nota-bene.org/154

2 commentaires

Une balade dans Paris, à l’aube. Les séminaires ont du bon.

Ah, sortir du RER à Musée d’Orsay, traverser la Seine sur la passerelle piétonne à huit heures du matin ! Personne ou presque sur les lattes de bois, à part quelques personnes qui promènent leurs chiens et qui reviennent des Jardins des Tuileries.

Une allée des Tuileries

Traverser à la vitesse du contemplatif les Tuileries, savourer d’avoir prévu trop large pour pouvoir maintenant s’arrêter, se demander ce que fait un canard au milieu d’une allée, admirer deux vieilles Chinoises dans leur Tai Chi matinal, regarder le soleil se refléter sur la pointe dorée de l’Obélisque de la Concorde, se retourner et entrevoir le Palais du Louvre et son Arche de Triomphe au milieu de la brume pas encore dissipée, cachés par le soleil qui se lève derrière eux.

Tai Chi matinal

Se retourner encore, s’étonner d’une chaise restée là, seule dans une allée terreuse, si loin des bassins qui sont leur point d’attache attitré, prendre une photo ratée et penser à Doisneau et Cartier-Bresson et au talent qu’on n’aura jamais.

Chaise toute perdue

Entrer dans l’hôtel où se tient le séminaire, admirer les dépenses somptuaires d’une société de services qui fait de la communication classieuse. Résister à la timidité qui vous surprend quand derrière les énormes portes à tambour automatiques un gardien dans costume plus habillé que le seul que vous ayez (et que vous ne mettez jamais) vous demande où vous allez, avec un ton ferme mais poli, histoire de bien vous montrer que votre barbe de trois jours et vos cheveux farfelus ne sont pas du goût de la maison. Assurer sa voix et préciser sa destination, en se rappelant que vous êtes le client et pas lui. Se dire que si l’habit fait le moine, vous avez au moins l’air encore vivant.

S’amuser encore de toutes ces glaces, comme si tous ces messieurs-dames devaient en permanence s’assurer de leur mise irréprochable.

Rester soi-même, et jouer à être royal au milieu des apparences dans la plus belle ville du monde.


Commentaires

    • 14 mars 2007

    Paris est la plus belle ville du monde, c’est sûr...

    Le matin, quand l’air est frais et transparent.

    Le soir, quand les majestueux bâtiments sont éclairés.

    Mes deux moments préférés...

    Et pour l’hôtel... à Las Vegas, mon bon monsieur, ça s’passait pas comme ça !

    Répondre à Juju

    • 28 mars 2007

    tient j’ai fait exactement la même expérience récemment en me rendant à un cours de cuisine au ritz. Je me suis fait les mêmes reflexions Paris est sans doute une des plus belles villes du monde.

    fairytells

    Répondre à goetsu

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile