nota-bene.org > 36 15 ma vie > Qu’importe le garçon, pourvu qu’on ait l’ivresse

Qu’importe le garçon, pourvu qu’on ait l’ivresse

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 9 mai 2008

URL courte : http://nota-bene.org/837

4 commentaires

J’aime bien Maïa Mazaurette, qui a une plume souvent rigolote et acidulée (« acidulé » est mon adjectif du mois, tiens je te l’offre).

Et là elle nous fait une petite liste des raisons qui lui font constater qu’elle est vraiment amoureuse, c’est très vrai et très bien vu.

Moi qui suis un peu gonzesse dans l’âme, quand je lis ça je m’y retrouve (mais à l’envers) :

Je ramasse patiemment ses chaussettes tous les jours. Il ramasse patiemment mes fringues dans la salle de bain.

Je suis limite de m’ouvrir un compte sur Ladies room.


Commentaires

    • 9 mai 2008

    Moi aussi je l’aime bien, elle pétille d’intelligence et son blog vaut largement le détour.

    Répondre à Anonyme

    • 10 mai 2008

    Je mettrais sans doute pas les mêmes affirmations, mais je partage tout à fait le sentiment général.

    C’est une suite de petites choses plutôt qu’une seule grande...

    Répondre à Juju

  • izo

    • 10 mai 2008

    ben fonce clin d'œil mon petit acidulé ^^

    Répondre à izo

    • 23 mai 2008

    Ah que je suis ravie de découvrir Maïa Mazaurette et son texte plein de petites choses tendres.

    Et puis tiens, je redécouvre Ladies Room avec moins de déplaisir que la première fois.

    Répondre à tetue

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile