nota-bene.org > 36 15 ma vie > Petits bonheurs du 16 janvier 2016

Petits bonheurs du 16 janvier 2016

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 16 janvier 2016

URL courte : http://nota-bene.org/1113

2 commentaires

Mots-clés (tags)

Des musées, des copains, du travail, de la philosophie et des enfants.

Le week-end dernier nous avons vu : la reine des Aliens, Abe Sapien, un Minotaure de Narnia,un Gremlin, les griffes de Wolverine, les mains du Fauve, la peau de Mystique, des miniatures sublimes.

Et puis sans grand enthousiasme j’ai suivi la tribu dans un musée gallo-romain, accompagnés d’un passionné qui nous a fait le plaisir d’être le guide rare qu’on n’a jamais habituellement. On en a oublié l’heure, nous avons failli ne pas manger !

Tout ce week-end, nous avons bien mangé, mais sans en faire une priorité ; avant tout nous avons pris le temps de rire et de nous promener. On s’est déjà promis de revenir.


Cette semaine j’ai produit des choses. Ça fait un moment, mine de rien, chômage aidant, que je n’avais pas produit. J’ai produit du vrai code, de celui qui va servir de base à un nouveau projet dont je vais être le co-porteur (et le colporteur).

Et puis j’ai fait une étude comparative, de la recherche, de la restitution. Là encore, ça faisait bien longtemps.

Ce sentiment de décrassage.


Jeudi soir j’ai vu Christophe André, Alexandre Jollien, Matthieu Ricard, Trois amis en quête de sagesse, à la Grande Librairie. Quel régal, ces discussions sur le bonheur, la joie, l’égo comme imposteur ou comme moteur, etc.

C’était joyeux, ce qui prouve que la philosophie n’est pas forcément aussi emmerdante que celle du lycée. Ou plutôt, elle ne devrait pas l’être.

Étymologiquement j’ai vu ce soir-là l’amour de la sagesse, dans la joie, l’envie de partager, d’échanger.

Un livre de plus à ajouter à mes lectures à venir.


Un peu de chocolat, c’est bien bon aussi.


À la dérobée, comme souvent, j’ai regardé mes enfants vivre. Entre les petits gestes maladroits, en partie inutiles, qui vient du bébé qui n’est pas encore si loin, et les remarques de grands qui ont oublié d’être bêtes.

Et puis ils sont beaux. Il faut regarder ses enfants, parce que demain il sera trop tard. Embrasser l’impermanence et savoir apprécier cette richesse.


Commentaires

    • 20 janvier 2016

    Je t’imagine parfaitement en train de couver du regard tes enfants. Demain je vais profiter de mon fils tout une journée entre garçons, merci à la maitresse malade et le chômage qui créé l’opportunité.

    Je pensais aussi parler de mes petits bonheurs du week end dernier, des livres lus, des moments de paix au milieu de l’angoisse qui précède un grand entretien. Ton billet m’y encourage.

    Merci

    Répondre à brice

    • 20 janvier 2016

    brice : Ah bin chouette, ça. J’ai beaucoup tiré parti du chômage pour prendre du temps avec les enfants.

    Et hâte de te lire, tu feras signe, hein ?

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile