nota-bene.org > Sur le web > Paris Web 2008 c’est fini, vivement 2009

Paris Web 2008 c’est fini, vivement 2009

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 18 novembre 2008

URL courte : http://nota-bene.org/296

15 commentaires

Mots-clés (tags)

C’était simplement bien. (voilà, ça vous suffira comme accroche ?)

C’était très bien. C’étaiiiiiiiiiiiiiiit... très bien !

Si vous n’êtes pas venu, vous avez raté quelque chose. Vraiment.

Trois journées très denses, des soirées bien remplies aussi, qu’est-ce qu’on peut demander de plus ? Je n’ai pas pu suivre tout ce que je voulais voir, mais tout de même, un des intérêts de ne plus faire partie de l’organisation c’est de pouvoir se poser sans scrupules pour écouter les conférences.

Amélie Boucher : Ergonomie des interfaces riches

C’est terrible à dire mais je n’étais pas assez réveillé pour en profiter. Tout au plaisir de retrouver mes copains du staff, j’ai préféré aller boire un café avec eux et nous réjouir ensemble d’y être enfin à nouveau. Mais bon, on regardera les vidéos.

J’ai eu la chance de siéger à côté d’Amélie à la table ronde du premier jour, ça compense un peu. Amélie est chouette et son nouveau design aussi.

Élie Sloïm : Qualité et accessibilité Web : vers l’amélioration continue

J’adore Élie. Vous ne le saviez pas ? J’adore ce mec [1]. Il a une vision, et il nous la fait généreusement partager depuis plusieurs années. On le croit un peu décroché du monde réel quand on aborde ses théories, la première fois. Alors que pas du tout, pas du tout du tout. J’ai réécouté peu avant la conférence les pistes audio de 2006, et j’ai « entendu » maintenant ce qu’Élie disait déjà avec la même clarté il y a deux ans, mais qui me dépassait à l’époque.

Notamment, je suis maintenant complètement persuadé de l’importance de ne pas tant viser une certification (ou un simple niveau de qualité) que de chercher sans cesse à s’améliorer, et à communiquer tant sur ses défauts que sur ses efforts d’amélioration. Je vous en reparle un peu plus bas.

Juste un écueil difficile à éviter, tant sa passion se confond avec la raison sociale de sa société : Élie a passé un peu trop de temps en introduction sur Témésis, ce qui a un peu déséquilibré sa présentation, qui aurait pu respirer un peu plus. Mais je chipote alors que c’était tout de même très bien. Toujours agréable à écouter, limpide et amical. J’aime l’énergie qu’il fait passer, qui fait penser à tout l’amphi qu’il est là spécialement pour vous.

Chris Heilmann : Travailler dans le présent

J’adore Chris aussi, mais ça vous deviez le savoir. On se connaît depuis les beaux jours de la communauté evolt, où nous étions tous les deux membres du comité éditorial (ça doit bien finir par faire six ou sept ans). J’ai beaucoup de respect pour lui pour diverses raisons, notamment son recul par rapport à « l’effet pipol » lié à sa notoriété et son talent. Chris est pour moi une inspiration depuis longtemps, et j’ai découvert l’année dernière qu’en plus c’est un excellent orateur.

Cette année était du même acabit. Chris a un talent rare : celui de vous faire croire que c’est évident au fur et à mesure qu’il explique les choses, de vous faire réaliser que vous le saviez mais que vous n’aviez pas réussi à l’exprimer comme il faut. Danke für Alles, Chris !

Stéphane Deschamps et Aurélien Levy : Accessibilité : des volontaires ?

Ces deux mecs n’ont pas du tout fait ce qu’ils prévoyaient. Un vent de folie les a emportés loin, très loin de ce qu’ils prévoyaient. On verra bien ce qu’il en reste sur les vidéos !

Une remarque en passant : plusieurs personnes ont été étonnées de mon franc-parler quand je cite des anecdotes liées à des mauvaises pratiques notamment. En réalité, comme je le disais ci-dessus, je crois à l’amélioration continue, et la première phase de ce processus est à mon avis l’autocritique « éclairée ». Le fait même de vous avoir montré une page de notre société n’est pas anodin. Il est bien évident qu’après avoir identifié les problèmes nous allons travailler à les faire corriger.

Je suis content, certains spectateurs ont compris la démarche, dont Julien Dassonval qui dit :

Outre un réel plaisir à suivre cette présentation, on apprécie aussi le ton libre que garde Stéphane Deschamps par rapport à son employeur Orange. Lui aussi fustige le walledgarden (système de frames utilisé sur les sites Orange) mais à priori, on devrait le voir disparaitre dans quelques temps. Bref, on ne peut [que saluer] sa démarche de recherche qualité au sein d’un groupe aussi grand (et donc tous les blocages de DSI etc) pour améliorer l’ensemble des sites Orange.

Et puis après on a fait une grosse pause... parce qu’on était quand même bien lessivés !

En passant : un grand, grand merci à Aurélien, qui a fait un gros travail sur cette présentation. Et puis pour occuper vos longues soirées d’hiver, devinez combien de répétitions nous avons faites ?

Christophe Cotin-Valois et Alix Lassaigne : Internautes et robots des moteurs de recherche

Je ne sais pas ce qui s’est passé, peut-être juste un problème d’adéquation avec le public. Toujours est-il que cette conférence avait l’air intéressante, qu’elle comportait (à la vue des slides) un certain nombre de points importants et intéressants, mais le ressenti de la salle était très froid.

C’est vraiment dommage, je proposerais presque un match retour pour l’an prochain si j’étais organisateur.

Table ronde

Je ne sais plus très bien ce qui s’y est dit (j’étais à côté d’Amélie Boucher, je vous le rappelle), mais je me souviens surtout d’avoir passé un bon moment. Chris Heilmann disait l’année dernière qu’il avait apprécié la table ronde parce que contrairement à ce qui se fait dans les autres conférences, la parole n’était pas ici séparée entre celle de « ceux qui savent » (les gens sur la scène) et la plèbe qui vient soutirer un peu de sagesse (le public). La discussion allait dans les deux sens avec bonheur. Cette année c’était un tout petit peu moins vrai, mais espérons que l’échange a eu lieu quand même. Qu’en pensez-vous ?

Vendredi en zigzag

Privilège d’orateur, j’ai pu me promener de la journée décideurs à la journée technique. Voilà donc un mix des deux.

François Nonnenmacher : Au secours, on m’a confié le projet web !

François est brillant, comme il l’a encore prouvé malgré son impression du contraire. Il a bien su prendre du recul sur l’assistance à Maîtrise d’Ouvrage, et montrer un certain nombre d’écueils pour prendre les bonnes décisions efficacement [2].

Une confidence recueillie dans la salle au sortir de sa prestation : Ce que je viens d’entendre m’a fait gagner trois mois de travail. Alors François, rassuré ?

Jean-Marc Bassin : Accessibilité : persuader tous les maillons

Jean-Marc est un mec passionné, depuis longtemps, par le sujet du handicap et de l’accessibilité. D’une humanité rare, en plus.

Il a souffert ici de la fascination du lapin pour les phares de voitures... Autrement dit, la panique de débutant lui a fait recourir énormément à des notes qu’il n’aurait pas dû lire, et, partant, le corps de son exposé a été concentré sur les quelques dernières minutes de sa présentation.

C’est vraiment dommage, parce qu’il avait beaucoup de choses intéressantes à dire. Il faudra vraiment que vous alliez lire ses slides, il y a réellement de quoi tirer de bons arguments pour persuader tous les acteurs de la chaîne, en parlant leur langage.

Aaron Leventhal : Making Chaos Accessible

Ce monsieur est un pape de l’accessibilité, il chapeaute celle de Mozilla depuis sept ans. Autrement dit, vous et moi sommes tout petits à côté de lui. Malgré un décalage horaire conséquent qui l’a fait s’effondrer dans une tasse de café juste après sa présentation, il a su montrer de façon pédagogique ce qu’est ARIA, comment on s’en sert et surtout à quoi ça sert et comment ça va changer le paysage de l’accessibilité web à l’horizon des cinq prochaines années.

Il aurait vraiment eu sa place dans la journée technique plutôt que côté décideurs. C’est le seul couac notable, pour moi.

Gautier Barrère : ReNo, le référentiel de qualité Web du gouvernement luxembourgeois

Encore une bonne conférence : Gautier a expliqué comment s’est constitué le référentiel normatif de bonnes pratiques Web du Luxembourg, et nous buvions notre petit lait avec mes camarades de France Télécom qui étaient présents. Nous constatons avec plaisir que nous allons dans le bon sens, que le Luxembourg (qui a la taille d’une grosse entreprise, si vous voulez) met en place des référentiels, des bonnes pratiques, des méthodes, des usages et des démarches dans lesquels nous nous retrouvons.

C’est très rassurant de sentir que la tendance va dans cette direction, et que nous ne nous trompons pas en y allant nous aussi.

Chris Wilson : IE 8 et les standards du Web

Retour dans la salle technique pour faire ma groupie : c’est un orateur plus qu’habitué aux volées de bois vert qui s’est présenté à nous, et ça se voit. Chris Wilson est à l’aise, répond poliment et posément aux questions, toujours prêt à se prendre un troll dans la figure, mais toujours courtois. Je n’ai pas été très attentif à la conférence (honte sur moi), trop technique pour mon propre domaine ; le cross-domain AJAX, pour l’instant, ne me passionne pas, contrairement à Christophe « président » Porteneuve.

J’ai eu l’occasion de parler un (tout petit) peu avec lui après la fin de sa conférence, et j’ai constaté en l’écoutant que nous sommes dans une disposition légèrement similaire, à devoir sans cesse défendre les efforts que font nos équipes tandis que la perception extérieure (dans notre sphère de geeks) est que nous avons deux trains de retard. La différence, évidemment, c’est que quand quelque chose ne marche pas, chez nous, ce n’est pas tout le CAC 40 qui réclame notre tête... Chapeau à lui, il se bat depuis des années pour faire avancer le web, avec des contraintes d’entreprise que peu de gens dans l’auditorium peuvent comprendre.

Jérémie Patonnier : Les standards du Web en entreprise : l’exemple de BNP Paribas Personal Finance

Et zou, je repars dans la salle décideurs [3].

Depuis un moment je tannais Jérémie pour l’entendre parler en conférence, et je n’ai pas été déçu. Il a une façon assez personnelle d’aborder l’auditoire, comme s’il était en train de papoter avec lui à la terrasse d’un café. C’est décontracté, tranquille, et tout à la fois plein de contenu, de retours d’anecdotes, d’écueils à éviter. Très bon, j’en veux encore !

La table ronde des navigateurs

J’ai vraiment aimé cette table ronde. On n’a pas appris de scoops, mais l’assistance a pu se rendre compte du respect énorme que se vouent les différents orateurs. La guerre des navigateurs n’aura pas lieu sourire

C’est très appréciable, j’avais peur des jets de tomates provenant de l’assistance. (je regrette juste les quelques huées contre Chris Wilson — s’il fallait huer quelqu’un chez Microsoft, ce ne serait justement pas lui, comme je viens de le dire).

Une mention spéciale pour Charles McCathieNevile, qui a la vraie grande classe. J’étais enchanté de le retrouver. Si vous l’avez approché, vous avez pu constater son sourire débonnaire et sa jovialité. C’est vraiment très chouette de rencontrer des gens comme lui.

Tout ce que j’ai raté des conférences

J’aurais aimé écouter Daniel, et Joël Ronez aussi, et Éric et Nicole, faire moins le zouave devant tout le monde pour véhiculer plus consciencieusement le message de la qualité et de l’accessibilité, voir pour de vrai la conférence d’Amélie, et encore quelques autres regrets. On verra les vidéos !

Au bout de ces deux jours, tout le monde avait l’air ravi, tant du côté orateurs que du côté public(c’est ce dernier qui est important, surtout). Une vraie grosse bouffée d’oxygène, une ivresse sans pareille dans le monde francophone, que je ressens encore alors que j’écris ces lignes (mardi soir).

Les ateliers du samedi

J’ai toujours eu une certaine défiance vis-à-vis des ateliers en multi-pistes, même quand je faisais partie de l’organisation. Je sais quel potentiel de frustration ce genre de montage génère, mais je me fais une raison : dix euros pour voir quatre ateliers, c’est tout à fait raisonnable et ça peut justifier de rater les autres. N’était la proximité géographique de ces événements, on ne se rendrait même pas compte de ce qu’on rate.

Je n’ai assisté à rien, j’ai juste baladé l’appareil photo de Cédric dans les salles [4] et savouré l’atmosphère studieuse et bon enfant de tout ça. Beaucoup rigolé et pris le temps de parler avec les gens de l’organisation, rigolé, servi d’assistant photographe à Mathieu, rigolé, discuté, rigolé, mangé, rigolé...

Et puis alors que je n’avais plus d’énergie, Pascale m’a pris sous le bras pour aller co-animer avec elle et Vincent l’atelier « Optimiser ses CSS ». Bien lui en a pris, c’était très agréable à faire : nos trois expériences se répondaient, on aurait cru qu’on s’était réparti des rôles. Si des gens étaient dans la salle, nous sommes preneurs de leurs retours, sincèrement. Un très bon atelier, de mon point de vue, avec deux très bons experts de CSS, ça ne se refuse pas et ça finit la journée en beauté.

Des choses bien

  • L’accueil du staff de Paris Web, leur sourire (un peu fatigué mais bon, rien que de très normal), et toujours ce plaisir de se sentir en famille quand on arrive.
  • Ça fait toujours du bien de le redire : les organisateurs sont des bénévoles, les orateurs font tout ça gratuitement. Une grande part de l’énergie positive qui se dégage de l’événement tient à cette volonté très forte de rester du côté de la passion. On ne peut pas être blasé.
  • Le forum IBM est une merveille, tant sur le plan de la technique que du confort. Encore et toujours un grand merci à Jean-Louis Carvès, mais aussi aux responsables de l’auditorium ainsi qu’aux équipes techniques, qui ont été (vous l’avez constaté) impeccables à la seconde près.
  • L’EFREI (l’école où nous avons passé les ateliers du samedi) est très accueillante et très pratique. Seul point noir (vous me voyez venir ?) : son site web où j’ai passé dix minutes à chercher un plan. Pas bien.

Des choses moins bien

  • Aaron Leventhal du côté des décideurs, alors que sa prestation intéresse au plus haut point les techniciens. On a senti un flou dans la salle.
  • Et puis en fait euh... c’est tout.

En conclusion

Cédric résume très bien ce qu’est Paris Web :

Paris-Web est une association qui n’appartient à personne, c’est un outil à la disposition des professionnels du Web francophone pour partager leur savoir sur l’accessibilité, la qualité, et le webdesign.

Vous avez raté les accolades émues que le staff s’est fait, à six heures passées, quand tout le monde était parti. Et ce très particulier pincement au coeur, comme quand la fête est finie et qu’on voudrait faire durer encore quelques petites minutes.

Je me rends compte en relisant ce compte-rendu que ça fait très people et name-dropping, mais vous me pardonnerez si je vous dis que j’essaie juste de vous faire partager ce que j’ai ressenti de l’intérieur.

Depuis samedi soir, je lis des billets, je regarde des photos : on y est encore. Je rougis de bonheur à lire les avis de droite et de gauche, c’est magique ; très content pour l’équipe de cette année. Très, très content d’avoir passé la main. C’était très bien, bravo les copains et vivement l’année prochaine.


Notes

[1Et en plus il est plus beau en vrai que sur le web, vous ne trouvez pas ?

[2Ami lecteur, as-tu remarqué que moi aussi je sais parler comme un VIP à présent ?

[3Privilège des orateurs et de la presse, nous pouvions passer de l’une à l’autre. Ceux d’entre vous qui sont frustrés de ne pas avoir pu faire la navette, vous savez ce qu’il vous reste à faire : une proposition de sujet pour Paris Web 2009 !

[4Je confirme que mon bridge est un minable à côté du reflex des copains...


Commentaires

    • 18 novembre 2008

    Ouais, pas mal non plus... mais mieux quand même. sourire

    Répondre à 20cent

    • 19 novembre 2008

    Bonjour,

    Hum, finalement il n’est pas inutile du tout, ton commentaire clin d'œil

    Alors le mien ne le sera pas non plus : je t’adore sourire

    Amicalement,
    Monique

    Paris-web 2008, le bonheur

    Répondre à Monique

    • 19 novembre 2008
    • en réponse à 20cent

    Pour la conf d’Aaron Leventhal, il faut juste préciser que le créneau était prévu pour Jean-Louis Carvès d’IBM à la base, et c’est lui qui a tenu à ce que Aaron Leventhal fasse une présentation pendant ce créneau.

    C’était une très bonne idée, sauf qu’on a effectivement pas compris que la conf serait technique...

    Merci pour ce retour, poulette sourire

    Répondre à JulienW

    • 19 novembre 2008

    Paris Web est destiné à devenir LE rendez-vous incontournables des travailleurs du web. Comme l’a dit le nouveau président, chaque année c’est toujours plus fort !

    J’ai beaucoup apprécié la diversité des sujets abordés cette année, mais comme tu le dis si bien, ce qui distingue cet événement, c’est cette convivialité omniprésente qui fait que tu te retrouves à discuter avec des personnes toutes autant passionnées les unes que les autres par leur métier et ça c’est plus que magique.

    Cette agitation, ce bouillonnement et cette richesse des échanges ne peut que laisser un grand vide après trois journées de rêve.

    Et encore bravo pour vos tours de magie, aborder l’accessibilité sous cet angle c’est bien plus didactique que les spécifications du W3C.

    Les places pour l’année prochaine vont s’arracher !

    Répondre à Frank Taillandier

    • 19 novembre 2008

    Ouais, c’était pas mal. sourire

    (tiens, ça me fait penser que je dois t’envoyer les photos que tu as prises avec mon appareil)
    (appareil qui est une fiote à côté des bazookas d’IZO, Raphaël, ou Thanh)
    (des bisous)

    Répondre à Cedric

  • mat

    • 19 novembre 2008

    Bon, ca commence à faire beaucoup d’avis disséminés sur le web, vous comptez faire une revue de presse des blogs sur le site après pour éviter de tous les chercher ? sourire

    Répondre à mat

    • 19 novembre 2008

    Beau résumé ! Content de t’avoir revu (même brièvement) et vivement 2009 sourire

    Répondre à Benjamin D.C.

    • 19 novembre 2008
    • en réponse à mat

    c’est déjà fait, mat sourire

    Répondre à JulienW

    • 19 novembre 2008

    Un beau résumé de ce qui fut une chouette expérience pour tous les vrais... Travailleurs Du Web !
    (hu hu)

    Répondre à STPo

    • 19 novembre 2008

    <mode troll>Tout ces gens qui s’aiment, et qui aiment travailler ensemble, quel dégoût...
    </mode troll>

    clin d'œil

    Répondre à Pascale

    • 19 novembre 2008

    lol pour "Il a souffert ici de la fascination du lapin pour les phares de voitures". Je ne parle de la présentation, je ne l’ai pas vue.

    Encore un Paris Web terminé, snif. Un très bon cru, des intervenants de qualité, et globalement le message est très bien passé.

    Vivement la prochaine édition.

    Répondre à Laurent ROY

    • 21 novembre 2008

    J’ai vraiment adoré votre présentation, c’était énorme, et vraiment bien vu !

    Je bosse sur l’accessibilité des sites qu’on produit, et je me rend compte qu’on a déjà une bonne démarche, mais comme tu le dis si bien, c’est une démarche qui n’est pas figée et qu’il faut faire constamment évoluer.

    Bref, au retour de ces trois jours, je suis rentré pleins d’idées dans la tête et motivé à 300%.

    Merci à toi !

    Répondre à Jean-Sébastien Mansart

    • 22 novembre 2008

    1. C’était très bien

    2. Elie est aussi beau en vrai que toi en barbu. Il a juste du mal à se débarrasser de ses slides introductifs sur Temesis. Il n’est jamais aisé de se séparer de son bébé sourire

    3. Aucune répétition ? (en réponse à la question posée/noyée dans ton billet)

    4. Aucune ambiguïté sur ta prise de position vis-à-vis de Violet : l’assemblée a compris ton franc-parler professionnel, ton partage d’expérience, sans de ressenti dédaigneux. C’est grâce à cela, notamment, que tu fais évoluer les mentalités et les process.

    5. Encore merci à Chris Wilson pour son courage devant notre assemblée. Il fait chez Microsoft ce que tu appliques chez Violet (cf point 4.)

    6. C’était très bien

    7. Vivement 2009

    8. Et oui, au fait : c’était très bien !

    Répondre à Christophe C

  • @Christophe : ta remarque est rigolote, parce que justement, c’est l’une des premières fois que je ne mettais pas de diapos sur Temesis... Maintenant, je n’ai même plus besoin de les mettre, tu les vois sans que je les passe. C’est génial. Mon plan diabolique a fonctionné..yark, yark.

    Des slides plus beaux sur le net qu’en vrai

    Répondre à Elie

    • 8 septembre 2009

    Ça fait du bien de relire ça sourire

    Répondre à Romy

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile