nota-bene.org > Réflexions > Nouvelle star : le chemin des drames

Nouvelle star : le chemin des drames

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 18 février 2005

URL courte : http://nota-bene.org/60

7 commentaires

Chercher le talent ou regarder les ratages ? Où est la mélodie ? Qui, des quatre membres du jury, sera le premier à sortir une vacherie ? Qui de nous deux va se lever pour aller prendre le fromage et rater cinq minutes ? Toutes ces questions et tant d’autres, pour résumer la seule qui vaille d’être posée : Pourquoi regardons-nous cette émission ?

Nous sommes, Stéphanie et moi, très hostiles à la télé-réalité. C’est sans intérêt, d’une platitude sans borne. Ça ne permet, la plupart du temps, que de se rendre compte de la médiocrité des gens qui y participent, de leurs qualités d’élocution inexistantes, de la mesquinerie, peut-être même de la bassesse.

Bref, nous n’aimons pas.

Alors, me demanderez-vous, comment pouvez-vous passer votre jeudi soir devant la Nouvelle Star, vous qui vous faites un devoir de ne pas vous abrutir devant ce genre de programmes ?

Je réfléchissais à cet épineux problème dont dépend sans aucun doute le sort de l’humanité pas plus tard que ce matin. On est peu de choses, quand même.

C’est incroyable, le nombre de gens qui viennent là pour se faire descendre en flammes, comme s’ils découvraient qu’ils ne sont pas faits pour ce métier ! (enfin, vous je ne sais pas, mais moi je sais très bien que je chante mal, comme peuvent en témoigner mes collègues de bureau).

Alors quoi ? Ils n’ont pas d’amis assez sincères pour leur conseiller de changer de hobby ? Ils n’ont pas allumé de radio depuis vingt ans ? Ils viennent juste de se faire décongeler après cinquante ans au pôle Nord ? Ils ont attrapé une extinction de voix dans la queue devant le studio ?

Par moments, on rigole, on se sent complices de pseudo-candidats, qui manifestement ne viennent là que pour gagner un pari sans conséquence, ou pour faire les ânes et se faire connaître. Quelque part ils bousculent le système et tant mieux, merci à eux.

Évidemment, aussi, que de temps en temps on reste sans voix, le poil se dresse sur les bras : nous voilà en présence d’un vrai chanteur (d’une vraie chanteuse), une gemme à l’état brut qui ne demande qu’à être dégrossie, entourée des bons professionnels qui lui permettront d’affiner et de révéler son talent.

Mais revenons à nos moutons, au sujet de ce billet : pourquoi est-ce que nous nous entêtons à regarder cette émission ? Sans doute parce que finalement c’est assez risible, de voir ces gens monter au créneau pour se faire éreinter en quelques secondes, venir chercher l’humiliation publique et télévisuelle... ça me fait penser à ces émissions japonaises effarantes où les candidats viennent chercher l’opprobe en direct. Je trouve ça incompréhensible.

J’ai l’impression étrange, en regardant ces chanteurs de salle de bains, de voir des lapins figés devant les phares d’une voiture déboulant à vive allure. Ils sont là, ils se redressent, ils prennent la lumière dans la figure (« mettez-vous sur la croix blanche, sinon vous ne prenez pas la lumière, on ne vous voit pas à la caméra ») et boum, un bon coup de pare-chocs (« vous prenez des cours ? hé bien arrêtez tout de suite, vous gaspillez votre argent ! »), et au suivant !

Et autour de cette mascarade, le pseudo-pathos en voix off, pas crédible pour un sou : on n’a même pas encore eu le temps de s’attacher à un candidat qu’il se fait déjà sortir, comment voulez-vous que je sois vraiment triste pour lui ?

Devant cet abattage méthodique de victimes volontaires (et c’est là la principale différence avec les lapins) on est aspirés par l’écran, en répétant candidat après candidat que ce n’est pas possible d’oser se présenter. On pouffe devant le plaisir manifeste que prend parfois le jury à étaler les non-compliments, à chercher le mot juste dans la vacherie. C’est incroyable. On n’y peut rien : nous, on reste fascinés et on attend jeudi prochain !


Commentaires

    • 25 février 2005

    ... c’est vrai que tu chantes mal ...

    Répondre à bony

    • 2 mars 2005

    Lol, c’est terriblement vrai ce que tu dit, mais c’est aussi terriblement incomplet. En effet, tu dévoiles une partie de la scène qui est le ridicule innocent des candidats mais tu oublie l’autre qui est l’amour pour la musique, pour la voix.

    Le problème avec ses émitions, c’est que ça formate complètement les gens devant leur télé, ils voient des personnes, des personnalités différentes mais qui toutes reflètent la societé actuelle. Certains sont bons d’autre mauvais, d’autres encore ont un don mais doivent le travailler, plus encore et toujours s’il veulent réussir. En tout cas ce que ce genre d’émission nous montre est en train ( et beaucoup ne s’en rendent pas compte !! ) de détruire ce qu’on appelait de l’Art avec un grand A.

    Ce qui relevait au départ d’une maîtrise de l’instrment vocal associé un un talent incontesté, ce qui était en somme un privilége est devenu accessible à tout le monde. N’importe qui peut dorénavent se présenter, faire son truc et repartir, bredouille ou non.
    L’image du chant et de la musique s’est modifié, les jury prennent des candidats qu’ils trouvent à leur goût musicaux, ont a ainsi vu plusieur candidats être recalés car monsieur Manu cache ou bien mister Dove atia n’appreciait pas un style de music en particulier. Les candidiats sont triés sur le volets, le but final étant de créer du full-commerciale, de la musique en boîte, le contenu ne servant qu’à ammasser un maximum de fric.

    Il y a un décallage évident entre ce que recherche M6 et ce que recherche un candidat motivé et voulant vivre de sa passion. Après c’est sur quil y a des candidats qui ont pigé le truc et font ce qu’il faut faire pour être sur les couverture des magazines et empocher un max. ( Je ne leur en veut pa le moins du monde, car on court tous après l’argent )

    Mais si on se projète maintenant dans quelques années, mettons 30-40 ans, je pense que l’art de la chanson, de la musique et tout ce qui va avec ira forcement dans le même sens que ces émissions télé-réalité qui se multiplient et qui envoie des jeunes au sommet, et une fois qu’ils y sont, ils entament la descente à la manière d’un avion qui se crache. La télé réalité fourni du rêve, pas des parachutes.

    Le problème c’est que l’art dans la musique n’existe plus. Je suis atteré quand je vois ces emissions pleins de jeunes en furie devant des candidats pris dans le tourbillon de ce qu’il leur arrive, avec un présentateur dechainé, le tout attendant Billy Crawford. Trop cool ! Et au programme : des reprises des musics ayant fait le succès des années 90. Yeaahhh !

    Mais où est-ce qu’il est le véritable rêve que procure la musique lorsquon l’écoute ? Où est-elle la magie qu’offrait les artistes ? Etre star est devenu tellement faux.

    On l’aura compris : la télé-réalité porte mal son nom. Tout ce qu’on n’y voit relève de la pure fiction, ajustée au goût des producteurs. Mais les responsables des chaînes n’allait pas se géner en nous fesant croire que ce qu’ils nous montre est de la réalité. Certains d’eux confirment même, le plus simplement du monde que ce qu’ils nous présente est pour les ânes.

    Mais après tout, c’est sans doute ce que les gens souhaitent ; du mensonge. Ils préférent s’enfermer dans le faux plutôt que d’avencer dans le vrai.
    Est-ce que la télé abrutit les gens ? Je crois que les gens contribue eux-même à ces programmes télé, non ? Alors la télé n’abrutit pas les gens, ce sont les gens qui l’abrutissent.

    Mala

    Répondre à Mala

    • 2 mars 2005
    • en réponse à bony

    ... c’est vrai que tu chantes mal ...

    LOL ! Le retour en fanfare de la grande bonybunz !

    Répondre à Stéphane

    • 2 mars 2005
    • en réponse à Mala

    Mala, fais attention, malgré ton jeune âge tu parles comme un vieux con (et mes copains de pompage.net te diront que je sais de quoi je cause clin d'œil)

    Ne dis pas « les chanteurs d’avant avaient du talent » ou « la musique d’avant est morte ».

    Pense que ce terme d’“avant

    Répondre à Stéphane

  • >Mala, fais attention, malgré ton jeune âge tu parles comme un vieux con

    Tu sais, j’ai longtemps crû à l’époque que mon grand père était un vieu con, avant de me rendre compte que c’était moi le petit con. Il n’y a pas une façon de penser approprié à chaque âge, tu vois, moi je trouve que la variété française (dont je me contrefou au passage) a laissée place à la musique des télé réalité. Peut-être que je me trompe, mais en tout cas c’est ce que je ressens.
    De toute manière, 18 ans, même s’il est un jeune âge, ne justifie pas que l’on ai pas le droit de penser comme qq1 d’un vieil âge. (même si ce n’est pas le cas ici)

    >Ne dis pas « les chanteurs d’avant avaient du talent » ou « la musique d’avant est morte ».

    En fait, quand je dis les chanteurs d’avant - même si je ne connais pas beaucoup la variété française en générale - je parles plus pour des personnes comme Aznavour. Des artistes comme lui avaient du talent, car il ne chantait pas avec la voix, il passait directement par le coeur.
    Je ne dis pas que la musique d’avant est morte, du moment qu’une oeuvre musicale est ecoutée, elle vit, Mais je dis juste que l’industrie musicale est en train de passer à autre chose, comme elle a pu le faire plus tôt.

    >Pense que ce terme d’“avant

    Répondre à Mala

    • 10 juin 2010

    Petite réponse d’un autre jeune dans ce débat passionné sur la qualité musicale.

    Artiste dans l’âme (en pratique je n’ai que quelques qualités de griffonneur même si certains me diront que je suis trop modeste), je pense que l’artiste n’est pas forcement celui exposé en tant que tel.

    La nouvelle star c’est un niveau assez bah du monde artistique musicales. Ces gens sont très encadrés par les médias ce qui détruit leur coté artistique d’origine (qu’il n’avaient pas tous). Julien Doré et son ukulélé a quand même une vision personnel et artistique de la musique et son adaptation de Lolita avait le mérite de démontrer cet esprit décalé de l’artiste.

    Tu parle de l’industrie musicale, je pense que l’erreur est là. On ne trouve pas l’art dans l’industrie. Mais il est courant de voir l’industrie se servir de l’art. Le vrai artiste, celui dont tu parle des temps passé, il n’est pas mort. Simplement il n’est plus mis en avant.

    C’est très souvent que le public est soumis à la musique qu’on lui propose. Connais tu beaucoup de gens (comme moi) qui quand ils veulent de la musique vont une recherche sur les son, la voix, les instrument utilisé ?

    La télé et la radio diffuse moins de 5% de la musique mondiale. Alors peut-être que les artistes d’aujourd’hui, ceux de qualité, tu ne les connais pas. Et surement qu’il ne souhaite pas devenir une star. Mais aiment simplement la musique ou les paroles.

    Donc pour résumé, à la télé il y a des artiste caché au milieux des marionnettes. Et les vrai artiste c’est en cherchant qu’on les trouve.

    Répondre à ryuran

    • 10 juin 2010
    • en réponse à ryuran

    Tu parle de l’industrie musicale, je pense que l’erreur est là. On ne trouve pas l’art dans l’industrie. Mais il est courant de voir l’industrie se servir de l’art.

    Je travaille dans une industrie et j’essaie tous les jours de faire du beau, parce que c’est bon pour mon karma. Donc si, on trouve l’art aussi dans l’industrie. sourire

    Cela dit je veux pas être déprimant mais la notion d’art pour l’art est assez récente tout de même. Avant l’art a servi à comprendre le monde en le représentant, puis à faire de la pub (parce que grosso-modo le mécénat médiéval, je ne vois pas ce que c’était d’autre). Et, quelque part, qu’on veuille vivre de son art ne me semble pas une si mauvaise motivation.

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile