Multimodalité des communications, dans un sens seulement

Je viens de voir une vidéo de promotion d’Elioz, qui montre une solution de relais en langue des signes pour participer à des réunions et à des conférences téléphoniques, mais aussi pour (je suppose d’après ce que je comprends) téléphoner plus facilement.

Je cite un des salariés sourds montrés dans ce reportage :

Je n’ai plus besoin de demander à mes collègues de passer des coups de fil, ce qui pouvait être lourd à gérer pour eux

Ça m’a fait penser à un point qui m’agace depuis longtemps, c’est donc l’occasion d’en parler.

Autant pour des réunions tous les systèmes d’interprétariat sont nécessaires et je ne dirai jamais assez tout le bien que j’en pense, autant le fait de devoir à tout prix passer par le téléphone pour de simples coups de fil m’insupporte.

Avant même d’avoir été appareillé, j’ai eu depuis longtemps une préférence nette pour l’écrit. À l’époque où j’ai commencé à parler aux gens de mail, de chat, d’IRC, d’ICQ quand ça existait encore, on me disait souvent que bon, tu sais, taper ce n’est pas si facile, c’est lent, etc.

OK, soit.

Je préfère l’écrit, parce que le téléphone est fatigant pour moi, parce que je ne comprends pas les noms des personnes que je ne connais pas trois fois sur quatre, parce que si votre voix ne m’est pas très familière je fais énormément d’efforts de reconstruction de votre message. Mais, comme ce n’est pas parce qu’on est handicapé qu’on doit faire chier les gens avec son handicap, j’ai toujours tenté de m’adapter.

Dans l’autre sens, j’ai aussi essayé de motiver un certain nombre de mes interlocuteurs à écrire plutôt que parler : c’est fréquemment un échec.

Je vous passe la collègue qui tente quatre fois de me téléphoner en dix minutes (je n’étais pas disponible), qui ne laisse pas de message, mais qui n’envoie ni SMS ni mail pour m’expliquer en quoi elle avait besoin de moi. Pour elle, il faut que ce soit oral.

Je vous passe le fait que dans ma signature je mets explicitement « SMS de préférence, merci », pour recevoir envers et contre tout des appels téléphoniques pour des points qui auraient aussi bien été traités par écrit, voire plus efficacement (souvent le téléphone bloque les deux interlocuteurs un certain temps, pas forcément compatible avec leur emploi du temps, alors qu’un mail est asynchrone et permet de structurer sa pensée).

L’effort est toujours dans le même sens, sous prétexte que ce monde appartient aux valides. Dans ma situation, il ne s’agit pas de reconstruire tous les trottoirs d’une ville ou d’équiper tous les feux tricolores de signaux sonores. Il s’agit juste, de temps en temps, de se mettre à ma place et de comprendre que je préfère lire et écrire plutôt qu’écouter.

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut point entendre, et c’est fort dommage.

Commentaires

  • loubet (7 septembre 2017)

    Je rajoute une couche sur ma préférence aux Tchats :)
    Mais peut être aussi que ceux qui ne jurent que par l’oral, finalement souffrent de troubles DYS où ne tapent que d’un doigt ;)
    Ben mince que de situations de handicap !!

    Répondre à loubet

  • Stéphane (7 septembre 2017)

    loubet : Ah oui tiens, j’oubliais de préciser que je suis à peu près sûr que 95% du temps mes correspondants ne sont handicapés ni moteurs ni cognitifs. Merci sourire

    Répondre à Stéphane

  • Emmanuel (7 septembre 2017)

    Moi aussi l’écrit a souvent ma préférence, finalement. Parce qu’à l’écrit il est impossible de parler « par-dessus » l’autre, de lui couper la parole. Ce sont des points qui me sont difficiles à vivre à vrai dire et auxquels j’accorde beaucoup d’importance. Il s’agit de la qualité d’écoute tout bêtement, davantage « forcée » à l’écrit.
    Et puis le plaisir de choisir les mots aussi, qui, à l’oral, plus rapide, n’est pas toujours évident.

    Répondre à Emmanuel

  • sophie (7 septembre 2017)

    "Il s’agit juste, de temps en temps, de se mettre à ma place" > je plussoie tout ce que tu as écrit et je crois que trop peu se mettent à notre place… Cela dit, parfois il faut savoir lâcher prise et accepter le fait qu’on puisse pas entendre et accepter le fait que certains restent butés sur l’oral. Ceux-là perso, je les ai zappés à force.
    des bisous

    ps : dis donc ton site l’es bien vert ! tu l’as bien arrosé pendant les vacances.

    Répondre à sophie

  • Laurent (7 septembre 2017)

    J’ai pu constater par le passé dans le cadre professionnel que le choix de l’oral reposait parfois avant tout sur une volonté de ne pas laisser de trace…

    Répondre à Laurent

  • soph (7 septembre 2017)

    Moi aussi je préfère l’écrit, les SMS, etc… Surtout parce que c’est asynchrone et que ça interrompt moins les activités en cours. Mais j’ai appris à taper efficacement sur un clavier, ça aide.

    Cet après-midi on m’a donné le choix et j’ai choisi l’oral, parce qu’un de mes collègues est dyslexique et que pour lui, l’écrit ça fait mal à la tête… Il faut savoir s’adapter, et c’est toujours plus facile pour ceux qui n’ont pas de handicap de s’adapter.

    Répondre à soph

  • Sylvie (8 septembre 2017)

    D’accord avec Soph. Il y a des personnes, avec ou sans handicap, qui sont plus à l’aise à l’écrit, donc il faut respecter leur choix. Par contre, certaines personnes ont du mal à s’exprimer par écrit, car elles ont peur qu’on les juge sur leur orthographe, la façon dont elles s’expriment. Et parfois, par écrit, certains propos peuvent être mal pris, mal interprétés, et conduire à des mal-entendus. Même si on peut rajouter des smileys et autres signes, il peut y avoir des incompréhensions. Donc, il faut pouvoir s’adapter aux préférences de chacun et à chaque situation.

    Répondre à Sylvie

  • Stéphane (8 septembre 2017)

    Sylvie : Tout à fait d’accord avec toi Sylvie sur la capacité à s’adapter, ce qui m’attriste c’est de voir justement ce manque de capacité chez plein de gens.

    Et je me rappelle toujours ton intervention avec Anne à Accessiweb il y a plus de dix ans (j’ai oublié quand) où vous montriez qu’en chattant vous vous affranchissiez des handicaps (elle sourde et toi aveugle). C’était magnifique !

    Répondre à Stéphane

  • Stéphane (12 septembre 2017)

    sophie :

    Cela dit, parfois il faut savoir lâcher prise et accepter le fait qu’on puisse pas entendre et accepter le fait que certains restent butés sur l’oral. Ceux-là perso, je les ai zappés à force.

    Je ne vais pas me faire que des amis sourire

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.