nota-bene.org > Livres > Livres de chevet

Livres de chevet

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 5 mars 2007

URL courte : http://nota-bene.org/152

10 commentaires

C’est décidé, ce prochain trimestre je n’achèterai plus de livres. Une occasion inespérée de vider mon chevet.

C’est décidé, ce prochain trimestre je n’achèterai plus de livres.

Je viens juste, la semaine dernière, de passer commande de Superman : Secret Indentity, l’histoire incongrue d’un jeune homme qui s’appelle Clark Kent et à qui on dit —pardon (merci Julien) : et qui découvre qu’il est Superman — or tout le monde sait que Superman est un personnage de bande dessinée !

Et puis je regarde la pile des livres que j’ai achetés ces derniers mois, et repoussés aux calendes grecques, mis en attente par toujours plus de nouveautés, toujours plus de bandes dessinées, de lectures plus pressantes, de coups de coeur.

Alors voilà la résolution de l’année un peu plus tard que les autres : éplucher mon chevet et y trouver mes lectures jusqu’à disparition complète de la pile.

J’aime détourner l’expression « livres de chevet » pour l’occasion...

Une pile...

Une petite liste de lectures à venir, donc :

  • Lady Chatterley’s Lover de D.H. Lawrence qui, à en croire le dos de couverture, a moins à voir avec une histoire d’amour explicite qu’avec un questionnement de la place de la femme dans l’Angleterre du XIXème siècle.
  • L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafón, que me recommande chaudement un de mes anciens camarades de travail
  • The Lost World de Conan Doyle, que je rêvais de trouver depuis des années. Comme la plupart des classiques, il a trouvé à être réinventé dans l’unviers des super-héros (quelque part au Pôle Nord, le royaume de Kazaar).
  • Misery de Stephen King. J’ai toujours pensé, en bon snob que je suis, que si cet auteur avait autant de succès c’est qu’il devait être facile à lire —donc d’une certaine manière devait recourir à des facilités d’écriture. Et puis je suis tombé sur Running Man un jour de disette de lecture dans un train, et je l’ai dévoré. King met le doigt sur une foule de problèmes modernes qui vont en s’amplifiant dans notre société, le fossé grandissant entre les riches et les pauvres, les jeux télé qui sont de plus en plus sensationnalistes et abêtissants à la fois, la radicalisation de notre vie politique. Du coup j’ai acheté Misery et je me promets, après mon jeûne de librairie, d’aller trouver le roman qui est entièrement bâti autour du soliloque d’une femme qu’on croit coupable d’un meurtre (et dont j’ai déjà oublié le titre).
  • La photographie par Édouard Boubat. Un grand de la photographie explique comment ça marche. Bien sûr en feuilletant on se dit que le livre a vieilli (rares sont ceux qui discutent encore de la chimie des bains de tirage), mais on ne peut rester insensible aux images qui accompagnent le texte, et on sent qu’on est en présence d’un manifeste.
  • Ainsi meurent les hommes de Kresssman Taylor. Tout le monde s’est intéressé à elle depuis le succès inattendu d’Inconnu à cette adresse chez Autrement, où elle raconte l’évolution d’une correspondance entre un Américain et un Allemand et la façon dont la Seconde Guerre Mondiale va les changer. J’ai bien aimé même son style (oui, un roman épistolaire peut avoir du style, si tant est que la traduction sache s’y prêter), à suivre donc.
  • Never Let Me Go de Kazuo Ishiguro, à qui on doit entre autres un splendide Remains of the Day, magnifiquement adapté au cinéma par James Ivory. Ishiguro, malgré son origine Japonaise, est délicieusement Anglais, et parvient à capter toute la subtilité des amours qui ne se disent pas et des apparences qui trahissent malgré elles la vérité qu’on ne veut pas voir. Ai-je dit que son anglais est somptueux ?
  • Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Márquez. Le temps de publier cette photo et je l’ai déjà lu. Une fresque improbable, qui raconte cent ans d’un village et de ses fondateurs, et qui se permet d’y glisser la quintessence de la culture et de l’histoire sud-américaine : la tradition orale, les esprits qui vous visitent la nuit, l’influence (néfaste) des Américains, les noms qui se mélangent comme quand on évoque une grand-tante dont on ne sait plus si ce n’était pas finalement une petite-cousine par alliance... Plusieurs centaines de pages de surprises, où le merveilleux est banal (mourir en s’envolant suspendu à un drap pris dans le vent) et où la science devient magie (toucher un bloc de glace ou faire tourner une locomotive à vapeur deviennent exotiques). Une histoire fantastique, que je me promets déjà de relire.
  • Travels in the Scriptorium de Paul Auster. C’est un réflexe, quand Auster sort un livre, je l’achète. Pas par snobisme [1] ni par habitude indécrottable, mais parce que depuis que je l’ai découvert, je l’ai déjà dit mille fois, je le prends pour un des plus brillants des écrivains contemporains, à égalité avec David Lodge. Son anglais est intelligent, écrit avec une fausse simplicité en réalité toute littéraire, et j’aime trouver les influences du français dans son écriture. Et puis ses histoires, qui sont souvent des non-aventures mais racontent si bien, là encore, l’humain, le destin, le hasard.
  • Photo icons, petite histoire de la photo, par Hans-Michael Koetzle, un recueil de quelques dizaines (centaines ?) de photos historiques, qui racontent comment elles sont « venues à la vie ». Voilà le genre de livre qu’on achète en se promettant de l’ouvrir pour de bon un jour. J’ai commencé, c’est intéressant.
  • L’agenda critique des médias, collectif qui pointe du doigt tout ce que notre temps de cerveau disponible pourrait nous faire avaler.

Et vous, c’est quoi, vos livres de chevet ?


Notes

[1D’aucuns diront : ça nous change !


Commentaires

    • 5 mars 2007

    On voit bien que c’est pas toi qui fais la poussière.

    Signé : ta femme

    Répondre à Anonyme

    • 5 mars 2007

    Je lis beaucoup de BDs en ce moment je suis sur DOL de Squarzoni, Un homme est mort de Davodeau et plein d’autres.

    Je te conseille aussi le tome 2 de Superman identité secrète .

    Répondre à Frank Taillandier

  • L’intérêt de la version originale, c’est qu’elle fait la collection des deux tomes... pas bête hein ? sourire

    Un homme est mort, j’aime évidemment. Ça fait un an que je dois faire des scans pour un article sur Quelques jours avec un menteur.

    Je lis tout ce que fait Étienne Davodeau depuis longtemps, tu ne pouvais pas mieux tomber !

    Répondre à Stéphane

    • 5 mars 2007
    • en réponse à Anonyme

    Tu as raison, Stéphanie, les hommes ne voient pas les choses comme nous, pauvres ménagères que nous sommes clin d'œil)) Quant à toi, Vieux Frère, tu ne sors plus dans les librairies ou sur tous sites concernant les "bouquins" pour ne pas être tentés. Je veux un résumé de chaque ouvrage lus avant que tu en achètes de nouveaux clin d'œil))) meuh nan tu fais bien comme tu veux ... bises et à bientôt.
    Marie

    Répondre à Marie

    • 6 mars 2007

    C’est drôle, j’ai lu exactement ce que tu racontes de ton bouquin sur Clark Kent, mais en comic (bd américaine)... sourire

    Répondre à Juju

    • 6 mars 2007
    • en réponse à Juju

    On doit donc parler de la même chose, Julien, non ?

    J’ai une tendresse particulière pour Kurt Busiek, depuis les temps immémoriaux où j’ai traduit un Astro City. Sans compter son Marvels qui est un chef-d’oeuvre, évidemment : avec un dessinateur de cette trempe (Alex Ross), c’est le moins qu’on attendait.

    Répondre à Stéphane

    • 20 avril 2007

    Pierre Bayard - Comment parler des livres qu’e lon n’a pas lus

    Jonathan Littel - Les Bienveillantes

    Et en plus c’est vrai !

    Pour moi les livres de mon chevet sont ceux que je n’ai pas encore lus et que j’ai du mal à démarrer. Les autres naviguent (pendant que je les lis) et suivant leur format, entre la petite table dans l’entrée, la table basse du salon, mon sac à main, mon cabas a courses, mon sac de gym.

    Les derniers dans le circuit étaient des romans fort recommandables à mon humble avis :

    Ian McEwan - Samedi

    Françoise Chandernagor - La voyageuse de nuit

    Nicole Krauss - L’histoire de l’amour

    Répondre à tilly

    • 20 avril 2007
    • en réponse à tilly

    Tiens c’est amusant, je suis justement en train de lire Nicole Krauss !

    Bon évidemment, snobisme oblige je le lis en anglais.

    Au passage, elle a un petit air de Paul Auster dans l’ambiance de certaines situations —surtout juste après Travels in the Scriptorium qui parle aussi d’un vieux monsieur.

    Quant à Littell, l’extrait que j’avais lu dans Lire m’a franchement découragé. J’ai trouvé qu’on entendait trop les anglicismes. C’est peut-être dommage, à entendre les critiques dithyrambiques, mais bon. On ne me refera plus...

    Répondre à Stéphane

  • snobisme vs snobisme...

    Moi j’ai trouvé Nicole Krauss très influencée par Vladimir Nabokov (Ada) et par Salinger (L’attrape-coeur).

    Mes prochains futurs livres de non-chevet :
    * le dernier F. Fajardy dont j’ai oublié le titre
    * l’inévitable Elegance du Hérisson, parce que tout le monde en parle

    En fait je me donne plein de raisons de ne pas commencer Les Bienveillantes. Pourtant mon père (87 ans) à qui je l’avais offert l’a trouvé admirable.

    J’entame le bloc-notes de Pierre Bilger (Causeries à bâtons rompus) car j’ai promis de faire un billet "notes de lecture" sur mon blog.

    Répondre à tilly

  • Sim

    • 10 août 2009

    Merci pour ces courtes critiques, je partage completement ta/votre vision de Cent ans de solitude ( je me souviens aussi de toutes les images et couleurs que Garcia Marquez a le talent de decrire..) et vais piocher quelques idees pour ma ’to-read’ list )

    En general mon chevet se partage entre quelques livres ’essentiels’ que je relis souvent :
    _C.Bobin : ’l’Autre visage’ et ’une petite robe de fete’ ;sublime, poetique et juste..chaque lecture est un eblouissement des sens

    _R. Maria Rilke ’ lettres a un jeune poete’ ;to-read a tout age

    _puchkine ; eugene ovguenine

    _corneille ; le cid

    plus quelques livres ’en cours’ :
    en ce moment :

    _’war and peace’ de tolstoi

    _’ ainsi parlait zarathoustra’ de nietzsche
    deux classiques, donc pour replonger dans l’actu je commence

    _’ comment les riches detruisent la planete’ d’Herve Kempf

    Un update sur tes/vos lectures en cours Herve ?

    Répondre à Sim

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile