nota-bene.org > Sur le web > Liens, 8 septembre 2009

Liens, 8 septembre 2009

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 8 septembre 2009

URL courte : http://nota-bene.org/353

2 commentaires

Des jolies choses, un voyage, un peu de techniques du web parce que bon, et une très belle chose pour finir.

Des jolies choses

Il y a une personne dont on entend parler souvent autour de dotclear, c’est Mitternacht.

Donc, voilà, quelqu’un qui écrit « Ecce la chanson. » ne peut pas être complètement mauvais. Mauvaise. Mais on ne conjugue pas les adjectifs au féminin derrière quelqu’un. Enfin on s’est compris.

Et en partant de chez elle je farfouille. Elle évoque Bon pour ton poil, que tout amoureux du non-sens et de la phrase bondissante connaît déjà, et si ce n’est pas le cas va tout de suite te poiler et faire perdre de l’argent à ton employeur, gentil lecteur [1].

À travers un petit pavé je rebondis vers Patch of orange, qui a le bon goût de faire sa têtière en Helvetica orange sur fond noir, presque comme chez un fournisseur de téléphonie mobile, pardon d’internet, euh, enfin on y fait des sites web près de chez moi. Et Patch of orange c’est drôlement, mais alors drôlement beau. Un peu comme des croquis de Tim Burton, mais finis.

Du voyage

Hé, Joachim a commencé à voyager ! Va vite lui donner quelques petites pièces, ami lecteur, ou des grosses pièces si tu as envie.

C’est une jolie expérience que celle entreprise par Joachim, je l’ai déjà dit, je radote mais pour une fois c’est pour la bonne cause.

De la bonne idée, et de ses implications dans l’accessible

Peter-Paul Koch est un type passionnant, un spécialiste de Javascript qui ne fait presque que ça depuis des années, que je respecte beaucoup, ne serait-ce que pour sa pédagogie sur le DOM ou son tableau de compatibilité DOM qui représentent tous les deux un travail considérable.

Yves T. me demandait pas plus tard que ce matin ce que je pense de son article sur le stylage d’un élément input type="file".

Comme d’habitude c’est intéressant, mais :

  1. Peter-Paul prend bien en compte les gens qui désactivent Javascript, mais quid des gens qui désactivent les feuilles de style ? J’en suis, et je ne dois pas être le seul malvoyant dans ce cas (en guise de malvoyance, c’est dans le cas présent un handicap technique lié au contexte vu que je les désactive ponctuellement soit dans les sites sous-contrastés, soit quand j’ai besoin de lisibilité et que je suis dans le train).
  2. Avec une revue d’écran, le site va me présenter deux champs, un champ texte plus ou moins inutile, et un champ fichier utilisable. (c’était le souci premier d’Yves)

Bref, bonne idée, mais sans moi : les restrictions de design imposées au input type="file" sont certainement liées à la sécurité nécessaire à ce genre de contrôle. Je peux vivre avec.

De l’ARIA

Le Google Reader Blog qui a implémenté ARIA il y a quelques mois, et une question de Noëlie me fait penser que ça vaut le coup d’en reparler :

When you first open Google Reader using a screenreader, you will hear an invisible link labeled click here for ARIA enhanced Google Reader. Follow this link to activate ARIA support. You can bookmark the resulting page for future use.

Autrement dit : ils proposent un lien caché pour activer ARIA. Ce qui est plutôt sympathique comme idée : seules les personnes qui en ont potentiellement besoin le verront, et ça ne ralentira donc pas les processus des navigateurs des gens qui n’en ont pas besoin (car, pour rappel, ajouter de l’ARIA dans un truc en javascript force à gérer encore plus de variables, de méthodes, de propriétés d’objets etc.)

Je ne sais pas encore trop quoi faire de cette observation, alors je laisse votre sagacité mijoter... Des expérimentations à faire, peut-être même prototyper un contenu contextuel en fonction aussi de la qualité du navigateur qui y accède (va fournir de l’ARIA à IE 6, tiens).

Réflexion formelle

Il faut tout lire chez Jason Santa Maria, ne serait-ce que parce que son blog est d’une beauté folle.

Mais ces jours-ci, en rattrapant mon retard de veille, j’ai lu Ce qui est d’or, qui veut montrer que les règles héritées du papier ne sont pas transposables directement sur un écran (on le savait, me diriez-vous), mais il donne aussi des pistes pour suivre les règles émergeantes dans notre milieu.

De là, je ne sais plus trop comment, j’ai rebondi sur un article assez bien fait qui explique les relations entre définition d’écran, taille d’affichage, objets affichés, etc., qui vaut aussi le détour. (ah, il y a aussi des modèles de design patterns intéressants mentionnés par Jason Santa Maria)

Attention, pas pour le bureau

En anglais dans le texte : NSFW [2]. Bref.

J’ai vu sur Flickr il y a peu une photo splendide, et je ne vous parle presque jamais ici des photos splendides que je découvre deci-delà.

Louise Imagine nous offre une photo intime, et c’est (comme je lui ai dit en commentaire) une respiration, une véritable sensualité presque non sexuelle (encore que), véritablement fascinante. L’oeil se perd vraiment à contempler le grain de la photo et celui de la peau, et à aller et revenir de l’un à l’autre.

Je prévenais quelques lignes au-dessus, attention, ce n’est pas forcément destiné à être vu au bureau, surtout si vous n’êtes pas tout seul ou si votre entourage a une approche assez étriquée de l’esthétisme.

Vous voilà prévenus.

(j’en ai quelques-unes du même acabit, je vous les réserve pour une occasion ultérieure ?)

J’allais oublier

Paris Web 2009 est dans pile un mois.


Notes

[1Moi je ne peux pas, j’ai un PALC. Mais toi peut-être.

[2J’aime bien « nsfw », ça sonne comme un éternuement. En ces temps de grippe...


Commentaires

    • 21 septembre 2009

    Très belle photo de Louise Imagine effectivement, ajoutée à mes favorites !

    Et bravo pour avoir osé en parler. Certains te traiteront sans doute de pornographe, malheureusement... clin d'œil

    Répondre à Nicolas Hoizey

  • Il y en a une ou deux autres qui m’ont définitivement conquis, celle-ci par exemple. Au passage, j’aime aussi beaucoup le titre du set : « Début de matinée. » D’une certaine manière ça désinvestit un tout petit peu en sexualité et ça enrichit en douceur.

    Mais je préfère éviter de mettre du NSFW dans mes listes de liens, j’ai toujours peur qu’on pense que la cerise sur le gâteau du dernier lien de la liste soit une manœuvre sournoisement racoleuse sourire

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile