nota-bene.org > Livres > Le sommeil du monstre

Le sommeil du monstre

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 2 octobre 1998

URL courte : http://nota-bene.org/5

0 commentaire

Après n’avoir entendu que du bien de cet album, c’est mon tour d’hurler avec les loups. J’avais pourtant prévu de dénoncer la frénésie sans surprise pour un auteur déjà mille fois trop encensé. Mais non, je me trompais. Autant Froid Equateur ne m’avait pas transporté, autant, effectivement, il y a ici de quoi se réjouir.

Après n’avoir entendu que du bien de cet album, c’est mon tour d’hurler avec les loups.

© Enki BilalJ’avais pourtant prévu de jouer le blasé, dans le genre frabien [1] pur souche, dénoncer la frénésie sans surprise pour un auteur déjà mille fois trop encensé, protester, défendre les jeunes auteurs à qui ce succès vole des pages dans les revues qui daignent parler de bande dessinée. Mais non, je me trompais. Bilal a retrouvé une seconde jeunesse, pour ainsi dire. Autant Froid Equateur ne m’avait pas transporté, autant, effectivement, il y a ici de quoi se réjouir.

© Enki BilalÇa rebondit comme dans un film d’espionnage, sans arrêt, ça cherche des échos du côté historico-politique, et ça les trouve. On "entre en résonance" avec notre époque, pour une histoire censée se passer dans le futur qui cristallise un certain nombre d’inquiétudes ou de points d’ombres de l’Histoire de cette fin de siècle en Europe Centrale, comme quelques années auparavant Partie de chasse.

© Enki BilalLe dessin n’a jamais été aussi plein de matière, chez Bilal. Il a perdu en froideur, tant au niveau des couleurs, de plus en plus franches, que du trait lui-même. Bilal donne l’impression qu’il n’utilise plus du tout l’encre, et que, comme pour ses produits dérivés, il trace tout au crayon gras. C’est dense, c’est épais, c’est convaincant.

On s’agace encore pour la raideur des personnages, engoncés dans la rigor mortis de leur auteur, on s’étonne encore et toujours des visages qui se ressemblent (j’ai toujours trouvé qu’Alcide Nikopol ressemblait à Bilal, et Nike encore plus qu’Alcide —Nike n’est-il pas, d’ailleurs, un anagramme d’Enki ?), et on s’amuse encore et encore à tâter de l’oeil la fermeté des rondeurs féminines.

...et tout cela est finalement très beau.

Post-Scriptum

Depuis que j’ai écrit cet article, gregg m’a soufflé que j’avais franchement omis de parler du lettrage informatique, et des bulles générées par ordinateur. Effectivement, dans mon envolée lyrique, j’oublie un point important : Bilal aurait au moins pu, comme Lewis Trondheim, scanner sa propre écriture plutôt que d’utiliser une police passe-partout...


Notes

[1frab : fr.rec.arts.bd, newsgroup consacré à la bande dessinée


Commentaires

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile