nota-bene.org > 36 15 ma vie > Incommunicabilité

Incommunicabilité

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 14 février 2007

URL courte : http://nota-bene.org/733

0 commentaire

Elle me reproche de trop vouloir lui dire « je t’aime », « tu es belle », et toutes ces phrases un peu creuses et rebattues qui sont pourtant si vraies et chaque jour nouvelles quand on les prononce avec sincérité, je lui reproche de téléphoner trop souvent pour rien. On n’a simplement pas la même façon de nous exprimer. Elle, c’est dans l’assurance tranquille d’un fil tendu en permanence, moi c’est dans le lyrisme.

Je repense à un truc lu chez Karl, encore et toujours source d’inspiration.


Les odeurs ! Premier témoignage de notre fusion au monde. Ces souvenirs des
odeurs d’autrefois, on les retrouve en fermant les yeux. On a fermé les yeux
jadis pour en savourer la profondeur. On a fermé les yeux, donc tout de
suite, on a rêvé un peu. En rêvant bien, en rêvant simplement dans une
rêverie tranquille, on va les retrouver. Dans le passé comme dans le
présent, une odeur aimée est le centre d’une intimité.

La poétique de la rêverie, p.128, Gaston Bachelard

(spécial Saint-Valentin presque accidentel !)


Commentaires

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile