nota-bene.org > 36 15 ma vie > Hypoacousie bilatérale de perception – hein ?

Hypoacousie bilatérale de perception – hein ?

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 30 mars 2012

URL courte : http://nota-bene.org/890

14 commentaires

Mots-clés (tags)

En gros ça veut dire : on entend moins bien des deux côtés. Mais je préfère de loin « hypoacousie bilatérale de perception ».

Ce matin je suis allé à l’hôpital, au service Oto-rhino-laryngologie, voir un oto-spécialiste [1]. La dernière visite médicale du travail ayant relevé que mon acuité auditive a baissé dans les fréquences moyennes (c’est bête : c’est là que sont les voix humaines), il fallait confirmer par un diagnostic sérieux, m’avait-on dit.

J’avais bien remarqué que les ambiances bruyantes m’étaient pénibles, et les réunions téléphoniques difficiles (ça tombe bien, c’est ce que je fais souvent plusieurs heures par jour).

Et quand, le soir venu, à la veillée, dans notre manoir loin de l’agitation vaine et de la promiscuité urbaine, nous regardions la télévision, avec Pamela, ma concubine favorite, blottie nue contre mon torse d’athlète au coin du feu tandis que nos cinq lévriers s’allongeaient avec langueur sur notre moquette d’alpaga, souvent ma douce à mon oreille susurrait à 130 décibels : « La vache, comment t’as mis la télé trop fort, sa mère ! ».

Il était donc temps d’agir. Après tout, quand il entendait Wagner, Woody Allen lui-même n’avait-il pas dans sa jeunesse des velléités d’envahir l’Autriche ? Et Beethoven, qui toute sa vie a cru qu’il était peintre ? Que n’a-t-il consulté plus tôt un oto-rhino-laryngologiste !

Aujourd’hui j’ai appris :

  • qu’on s’endort n’importe où, jusques et y compris dans une salle d’attente où des gens vont et viennent bruyamment,
  • que j’ai « une courbe en U »,
  • que c’est sans doute génétique (« c’est typique de ce genre de courbe »),
  • qu’il faut s’appareiller sans attendre d’être vieux, sans quoi la plasticité du cerveau baissera et l’aide auditive sera moins efficace (appareillez des gens de 80 ans et ils finiront par ne pas les utiliser, ne percevant pas de différence). Un extrait choisi :

« Est-ce que vous avez des problèmes à (là il dit un truc que je ne comprends pas) ?

— Pardon ?

— Je disais : “Est-ce que vous avez des problèmes à suivre une conversation ?” »

Curieusement, le médecin et moi, nous avons bien ri.

Un peu plus tard :

« Je vous fais une ordonnance pour vous faire appareiller, si vous vous sentez prêt.

— Merci, mais au final j’ai quoi ?

— Une hypoacousiebilatéraledeperception.

— Une ?

— Une hypoacousie bilatérale de perception : ça veut dire que vous entendez moins bien, des deux côtés, symétriquement, et que ce n’est pas mécanique donc pas opérable. Vos tympans marchent, mais certaines petites cellules de votre oreille interne ont du mal à distinguer les sons de la conversation.

— Une « hypoacousie bilatérale de perception » ? Mais ce mot est magnifique !

— J’aime bien appeler les choses par leur nom : j’ai horreur de l’à-peu-près. »

Je vous passe les détails, on a continué en discutant du mérite d’une langue précise et d’un vocabulaire varié dans la formation d’un esprit critique sain et riche ; il m’a ensuite confié que lui-même était appareillé. Le monde est petit et plein de gens aimables et qui savent tenir une discussion, mais je le savais déjà.

Au final, c’est vous le patient qui décidez : si vous éprouvez une gêne dans le bruit [2] ou lors de discussions au téléphone [3], alors il est temps de vous appareiller, pas la peine d’attendre trop longtemps.

On a aussi eu une discussion assez intéressante avec le médecin qui a fait l’audiogramme sur le fait que le premier seuil à franchir est celui de la barrière psychologique. De mon côté j’ai répondu que, travaillant depuis des années dans un domaine qui gravite autour du handicap, ce ne serait pas trop difficile, d’autant que ne disposant que d’un œil valide je vois bien ce qu’il veut dire [4].

En réalité, ce qui gêne souvent les gens dans les prothèses et toutes les aides pour compenser les handicaps, c’est le fait que ces objets matérialisent le handicap : ils l’incarnent, d’une certaine manière. J’ai un copain aveugle qui, quand il était jeune, refusait de prendre sa canne blanche : à traits grossiers, tant qu’il n’avait pas de canne, il ne se sentait pas complètement aveugle [5].

Je n’ai pas réellement ce souci-là : je sais que j’entends de moins en moins bien, et on me propose de m’aider. Je serais bien bête de refuser son ordonnance.

Je pensais devenir aveugle avant de devenir sourd, pour être sincère ; cette baisse d’acuité est donc assez étonnante, elle n’est pas dans l’ordre que j’attendais (d’abord voir de moins en moins, comme tout le monde, puis entendre de moins en moins, comme tout le monde).

Mais on va faire avec.


Notes

[1Le vrai nom de sa spécialité m’échappe à l’instant.

[2J’opine et je pense aux rares sorties au pub.

[3J’opine à nouveau et je pense à mon travail

[4Mais si, on peut rire de tout !

[5« Tu sais ce que c’est, on est con quand on est jeune, » m’a-t-il un jour confié.


Commentaires

    • 30 mars 2012

    Finalement tu as trouvé en cet oto-rinho une oreille attentive, si l’on peut dire. (polololo grosse grosse forme aujourd’hui)

    Répondre à Julien

    • 30 mars 2012
    • en réponse à Julien

    Julien : Il aurait eu beau jeu à faire la sourde oreille !

    (pareil, l’esprit en roue libre)

    Répondre à Stéphane

    • 30 mars 2012

    Très intéressante cette analyse de l’incarnation/représentation visible du handicap dans la prothèse permettant justement de moins en souffrir.

    J’ai transmis à mon papa clin d'œil

    Répondre à Jacques

    • 30 mars 2012

    Le vrai problème c’est que tu parles trop, le reste c’est du détail ! clin d'œil

    Répondre à Vincent

    • 30 mars 2012

    =’)
    Écris des livres !

    Répondre à STPo

    • 30 mars 2012
    • en réponse à Jacques

    Jacques : tu pourras dire à ton papa que le mien a reculé pendant longtemps, et que depuis qu’il a ses appareils il revit.

    Répondre à Stéphane

    • 30 mars 2012
    • en réponse à STPo

    STPo : j’allais dire « avec toutes ces histoires, entre déplacements et consultations, évidemment je n’écris rien, » tu n’es pas loin du compte...

    Répondre à Stéphane

    • 30 mars 2012
    • en réponse à Vincent

    Vincent : ah zut, je ferais de l’auto-handicapationnage ? grand sourire

    Répondre à Stéphane

    • 30 mars 2012

    Juste en passant (encore, je m’attarde ce soir dirait-on) tu aurais pu faire l’effort de nommer ta douce Priscilla, eût égard à notre regretté Pierre dont la prose qui orne ce récit n’eût pas déméritée à ses yeux avisés…

    (bon, j’me casse au lieu de pourrir les commentaires des copains, et soit dit en passant, tu as bien fait de prendre avis médical…)

    Répondre à madsgraphics

    • 30 mars 2012

    « HEIN ?? »

    Répondre à Neovov

  • madsgraphics : Ah, enfin, un mec qui a des lettres sourire

    Répondre à Stéphane

    • 2 avril 2012

    Salut Stéphane, c’est pittbf tu te souviens cet article sur SPIP et bien comment vas tu as part ce probléme d’oreilles

    Répondre à pittbf

    • 11 mai 2012

    Problème d’audition, impossibilité d’écrire ; c’est donc ça être dur de la feuille ?

    Répondre à Jeanmarc

  • Jeanmarc : C’est l’angoisse de la feuille blanche. Écrivain, l’es-tu ? sourire

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile