nota-bene.org > Réflexions > Hadopi : liste de lecture

Hadopi : liste de lecture

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 16 mars 2009

URL courte : http://nota-bene.org/313

4 commentaires

Mots-clés (tags)

,

C’est compliqué, ces histoires de lois, de droit, de citoyenneté. Qu’il me soit permis de partager ici ce que je lis sur le net, et ce que je pense (attention, il y a un risque que vous me trouviez grossier).

Résumons-nous :

Enfin, toute argumentation que je pourrais tenter serait moins pertinente et moins profonde que ces deux-là :

  • Daniel Glazman, dans HADOPI, mon analyse complète :
    • Du point de vue sociétal, HADOPI tombe à un bien mauvais moment.
    • Economiquement, ce projet est inepte. [...] Protéger deux industries qui ont oublié une loi fondamentale du commerce qui veut que beaucoup de clients à pas cher vaut mieux que peu de clients à très cher est une erreur stratégique grave pour un gouvernement d’essence libérale.
    • Politiquement, HADOPI est malheureusement un exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Car enfin, comment une Nation qui se targue d’être l’exemple mondial en matière de Droits de l’Homme ose-t-elle légiférer sur une écoute systématique des communications privées de ses citoyens en temps de paix ?
    • Techniquement enfin et surtout, le projet HADOPI démontre l’affreuse incompétence des auteurs du projet, et de leurs conseillers techniques. Il est enfantin - j’ai à titre de test expliqué hier soir comment faire à un enfant de dix ans qui a trouvé cela, je cite, "super fastoche" - de contourner les mesures proposées par HADOPI.
  • Élie Sloïm, dans Hadopi : une balle dans le pied :
    • Cette observation donnerait les équations suivantes : un CD piraté = une vente de CD en moins. Un film piraté = une personne en moins au cinéma. C’est facile à comprendre, c’est facile à dire, oui, mais voilà, c’est complètement faux, et cela dénote d’une incompréhension totale du renversement de paradigme qu’a provoqué Internet.
    • Cette loi s’appelle Hadopi, je n’en veux pas, mes collègues de Temesis n’en veulent pas non plus. Si cette loi était utile et pertinente pour lutter contre le piratage, elle ne me poserait aucun problème. Oui, mais voilà, elle sera inefficace, elle va ridiculiser notre pays, elle va nuire à l’industrie du Logiciel en France, elle va favoriser l’échange de données illégales.

Donc résumons : une loi bordélique, inapplicable, coûteuse pour le citoyen, aisément contournable par tout un chacun, dangereuse pour les lampistes (autrement dit la majorité des français non technophiles).

J’ai trois anecdotes à ajouter, trois parallèles, appelez ça comme vous voudrez.

Le CD « Copy Control »

J’ai acheté par le passé, avant de décider de les boycotter définitivement, des CD portant la mention « Copy Control ». En clair, le fabriquant de ce CD partait du principe que je risquais de le copier, et donc m’en empêchait par un système connu de lui seul.

Or ce système a un souci majeur, que je n’avais pas décelé au moment de l’achat : un CD « Copy Control » ne marche pas sur mon autoradio.

J’ai donc tout naturellement, comme la loi m’y autorise [1], repiqué l’album en MP3, sans effort en quelques minutes, tout simplement pour pouvoir l’écouter dans les conditions qui m’agréent.

Autrement dit, il est plus facile pour un citoyen respectueux des lois [2] de repiquer un CD que d’écouter l’original, alors même que l’original est acheté en tout bonne foi.

Ce manque de respect envers les clients a forcé la disparition progresive du « Copy Control ». J’ai même vu certains CD que je me suis refusé à acheter ne plus avoir de protection lors d’une réédition. Trop tard, je n’ai plus envie [3].

Les introductions interminables de DVD

Gentil citoyen que je suis, je préfère acheter des DVD plutôt que de regarder des DivX. La vidéo est de meilleure qualité, et j’affectionne la version originale. Je vais donc comme un bon petit soldat écumer les rayonnages des vendeurs du monde réel et en ligne, et nous achetons très très régulièrement des DVD dans mon foyer.

Oui mais voilà : soit on subit un écran bleu avec une espèce de tête vaguement warholienne mal faite et une musique toute moche pour nous dire que le piratage de DVD c’est mal [4] ; soit on subit l’infâme vidéo pleine d’effets After Effect mal digérés pour bien nous faire comprendre qu’un clic sur un ordinateur c’est aussi mal que de crocheter une voiture, puisque lors de la discussion sur la loi DADVSI tout le monde s’est acharné à nous montrer qu’un morceau de musique ou un film c’est comme un pain, si tu me le voles tu es un voleur et tu me mets sur la paille.

Dans le premier cas je ne peux rien faire que de subir cette vidéo qui ne fait pas le bonheur de mes enfants, et je ne sais pas quel est le connard [5] qui a trouvé que c’est une bonne chose d’interrompre à ce point mon plaisir de client, mais il n’a pas d’enfants impatients [6]. Dans le deuxième cas je ne peux pas passer à la plage suivante du DVD. Pire, si je l’arrête pour une raison ou pour une autre (par exemple si mon lecteur DVD se met en veille le temps de la pause) alors je subis à nouveau les effets spéciaux à deux balles.

Bref, dans un cas comme dans l’autre, je me prends à penser que les pirates ne subissent pas ces emmerdements, alors que le gentil et honnête citoyen se les prend en pleine poire. On se prend à s’imaginer en pirate plutôt qu’en honnête citoyen, non ? Ou il n’y a que moi pour penser qu’on marche sur la tête ?

La vidéo à la demande, pour le moment, reste une vaste blague pour nombre de clients

Mon fournisseur d’accès à internet me permet de regarder des vidéos à la demande, merci à lui.

Pour tester le système, j’ai opté pour la rediffusion gratuite d’une émission de la Cinquième.

Je clique, et dans la seconde une facture est émise (de zéro Euros, certes) et aussitôt envoyée à la boîte mail associée à mon compte client ADSL. Alors je suis renvoyé vers la page de visionnage qui m’informe que je ne peux pas voir la vidéo, faute des logiciels suffisants [7].

Vous avez bien lu : je reçois une facture avant même d’avoir profité de la prestation ; prestation dont au final je ne peux pas profiter.

Une chance que j’aie testé avec une émission gratuite, non ?

En conclusion, faisons simple

Les trois exemples que je viens de mentionner montrent bien, je le répète que les limitations techniques pour éviter le piratage n’emmerdent que les gens honnêtes.

Cette loi va elle aussi emmerder le simple citoyen, et ne gênera pas la copie. Elle emmerdera les fournisseurs d’accès, elle coûtera cher, elle sera contre-productive et plus ou moins liberticide. Je vote non au projet de loi internet et création.

(J’avais prévenu que je risquais d’être grossier, mais au bout d’un moment ça devient... énorme)


Notes

[1Un extrait du Code de la Propriété Intellectuelle : Lorsque l’oeuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire : [...] Les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective. Autrement dit, faire un repiquage pour soi est autorisé. Ça tombe bien, ça m’évite de balader mes CD alors que j’ai un lecteur de musique de poche, comme tout le monde.

[2Je me balade un lourd passif de fils de flic, demandez à mes copains si ce n’est pas mon cas.

[3Les achats impulsifs, c’est comme le cul : il faut le prendre comme ça vient sous peine de passer à côté.

[4En omettant une remarque de fond du client courroucé : mais dis, on vient justement de l’acheter, le DVD, alors tu vas arrêter de nous faire chier, oui ?

[5Excusez mon français, mais franchement, hein, franchement ?

[6Le son de cet interstitiel est chouette, aussi : bien plus élevé que le niveau du reste du DVD. Encore une fois, ils n’ont pas d’enfants qui dorment quand ils regardent des films, les gens qui inventent ce genre de saletés.

[7Ou alors il faudrait que j’accepte la politique autoritatiste et profondément obscure des DRM de Microsoft et de son Media Player.


Commentaires

    • 16 mars 2009

    Deux choses :

    1 - La loi DADVSI t’interdit de contourner un moyen technique de protection. Et l’exception de copie privée, n’étant justement qu’une exception, je te permet pas non plus de le contourner.

    Cependant, si je ne me trompe pas, elle t’interdit de contourner un moyen efficace de protection. Par exemple, la protection CSS des DVD a été jugée comme non efficace par un tribunal quelque part en Europe (peut-être en France, je sais plus), et ainsi l’utilisateur d’un logiciel de décryptage CSS pour pouvoir lire un DVD sous Linux n’était pas inquiété. Je pense que le procédé de Copy-Control de ton CD doit pouvoir tomber dans la même catégorie.

    Tout ça pour dire que, voilà, c’est pas si simple, la copie privée...

    Deuxième chose, sur les images impassables du DVD... Ben en fait, sous Linux, avec mplayer, on ne les voit même pas. Et je suppose que c’est la même chose pour les mediabox basées sur ces technos. Comme quoi, ce sont bien les logiciels propriétaires qui nous emm... sourire

    Répondre à Juju

    • 16 mars 2009

    Ha bin chouette, moi qui n’ai rien suivi des débats, j’ai 3 avis en un. Compris et digéré !

    Répondre à STPo

    • 18 mars 2009

    Ca sent quand même le réchauffé cette histoire... On nous avait déjà fait le coup de la DADVSI. A croire qu’ils n’ont que ça à faire ?!? Et dire qu’on les paie pour ça !!! Signé une acheteuse de CD et DVD qui ne sait plus où les mettre et qui va finir par les télécharger, histoire d’optimiser son espace sourire

    Répondre à Mimi

    • 3 septembre 2009

    je me prends à penser que les pirates ne subissent pas ces emmerdements

    C’est un peu comme si on mettait “Fumer tue” sur les patchs anti-tabac ou “l’abus d’alcool est dangereux pour la santé” sur les cannettes de coca. Des messages destiné a des personnes qui ne les veront pas.

    Répondre à ryuran (ryuran78)

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile