nota-bene.org > 36 15 ma vie > Familiarité

Familiarité

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 25 juin 2012

URL courte : http://nota-bene.org/904

3 commentaires

Quand j’étais enfant je faisais montre d’une distraction sans borne, ce qui avait le don d’agacer prodigieusement mes parents, et je les comprends maintenant que j’élève des enfants aussi peu attentifs que j’ai dû l’être.

Ça a des bons côtés, rendu à l’âge adulte. Chaque moment loin du travail vous fait vous demander quand pour la dernière fois vous avez réellement travaillé tellement vous avez l’impression d’être en vacances au bout d’une heure ou deux. C’est très dépaysant : il suffit de changer d’environnement pour changer d’état mental.

Mais de temps en temps, ça peut aussi induire des réflexions bizarres. Par exemple j’étais dans le train, de retour de déplacement, j’ai vu une femme et je me suis demandé d’où je la connaissais.

Il m’a fallu un moment pour réaliser que j’arrivais à la gare près de chez nous, et que je voyais cette femme depuis des années, tous les jours, prendre le même train que moi.


Commentaires

    • 25 juin 2012

    Je me suis retrouvé dans la situation inverse il y a quelques années. Je tenais à l’époque un restaurant pas très loin de Beaubourg dans lequel j’avais une clientèle d’habitués que je croisais souvent dans le quartier. Un soir en rentrant chez moi je croise, comme souvent, un groupe de visages familiers qui discute sur le trottoir. Je traverse donc la petite assemblée en distribuant quelques sourires et quelques amabilités comme je le fais habituellement avec mes clients. Un type sorti de nulle part m’attrape soudain par le bras et me tire à l’écart du groupe. Je m’aperçois alors que je suis entouré de projecteurs, qu’une équipe se tient de l’autre côté de la rue derrière une énorme caméra et que les visages familiers que je prenais pour mes habitués étaient en fait des acteurs ! Le contexte... Je les aurais certainement reconnus immédiatement et il n’y aurait pas eu de méprise si je les avais croisés ailleurs que dans ma rue.

    Répondre à pascal weber

    • 6 juillet 2012

    pas de rapport direct avec le billet lui-même, mais une question d’ordre plus général (mais primordiale) me taraude l’esprit (comme on dit) : que comptes-tu faire du nom de cette rubrique ("36 15 ma vie") désormais, puisque le minitel n’existe plus ?

    Répondre à Yves T.

    • 6 juillet 2012
    • en réponse à Yves T.

    Yves T. : Question effectivement primordiale, mais est-ce que les enfants ont cessé de dire "tchou-tchou" quand les trains ont cessé d’être à vapeur ?

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile