nota-bene.org > 36 15 ma vie > Des gens dans le train

Des gens dans le train

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 17 novembre 2014

URL courte : http://nota-bene.org/1009

3 commentaires

Des gens dans le train, comme l’indique le titre, qui occasionnent des digressions mentales.

Un accordéoniste scande une mélopée indéfinissable, entre La java bleue, Le petit vin blanc et des airs de fête foraine.

Il porte un costume aux épaules trop larges, de la couleur des lourds rideaux de Twin Peaks.

Sensation étrange d’un monde au bord du nôtre.


Deux filles discutent dans le RER, l’une raconte et l’autre ponctue le récit d’éclats de rire inattendus, lâchés comme les râles involontaires qui précèdent le moment intense et intime où l’on oublie jusqu’à son nom.

Décalage de sons qui n’ont rien à voir.


Une dame lit Anges et démons dans le train. Elle a une bouche particulière, un genre de bec pincé et légèrement méprisant (j’ai envie de dire : malgré lui). C’est la deuxième fois en moins d’une semaine que je la vois.

Elle ressemble beaucoup à une fille que je voyais souvent à la fac ; c’est comme si en vingt ans elle en avait pris quarante.

Il y a quelques jours j’ai discuté au téléphone avec une personne que je n’avais plus entendue depuis quinze ans. L’âge, à ma grande surprise, s’insinue partout, jusque dans le timbre de la voix.


Une femme aux cheveux courts, sans aucun apprêt. Ils frisent légèrement, « ondulent » comme on dit quand on veut faire croire que c’est fait exprès.

On sent plutôt un manque d’argent, où l’on se recentre sur les essentiels, le nécessaire.

Elle ne regarde rien, dans le flou à un mètre d’elle. Elle a les yeux un peu grands pour son visage : on l’imagine enfant, ses yeux bouffant le monde.

Ainsi donc les enfants pleins de joie deviennent souvent des adultes tristes et soucieux.


Commentaires

    • 19 novembre 2014

    NOn mais on ne dit pas onduler pour faire croire que c’est fait exprès mais quand ça fait des vagues et pas des boucles, euh !!! Mais ho !!! (Oui, je me sens concernée, enfin moi, non, mais mes cheveux, oui !)

    J’aime bien tes chroniques de train.

    Répondre à Sacrip’Anne

    • 19 novembre 2014

    Sacrip’Anne : Ah mais non c’est pas du tout comme touaaaaah. Toi c’est chatoyant !

    Merci pour ton « j’aime bien » sourire

    Répondre à Stéphane

    • 27 novembre 2014

    Aujourd’hui, je vis loin de ces trains. Tes petites chroniques me rappellent les choses que j’aimais voir en les empruntant quand je travaillais « sur Paris ».

    Merci !

    Répondre à Pierre

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile