nota-bene.org > 36 15 ma vie > De la difficulté de choisir un pseudonyme

De la difficulté de choisir un pseudonyme

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 20 octobre 2003

URL courte : http://nota-bene.org/40

23 commentaires

Pour des raisons diverses, on peut décider de ne pas toujours signer de son vrai nom. Et c’est là que les ennuis commencent.

Pourquoi un pseudonyme ?

Considérons ça comme un nom de plume.

Au début du siècle, les acteurs choisissaient souvent de ne pas faire figurer leur vrai nom au générique. Une réminiscence de l’opprobe traditionnelle que subissaient les baladins, j’imagine. Le monde de la bande dessinée a pendant assez longtemps obéi aux mêmes traditions, et nombreux sont encore les auteurs qui ont un pseudonyme court.

Une toute jeune tradition sur internet aussi fait qu’on a souvent utilisé des pseudonymes dans l’informatique. C’est sans doute une façon, dans certains cas, de commettre des méfaits légers ou graves en toute impunité [1].

Pour ma part j’ai commencé par me connecter sur internet comme n’importe qui de "normal", signé de mon vrai nom (pas si dur à trouver, en cliquant de droite et de gauche sur le web). Et puis j’ai commencé à rencontrer des gens en ligne, dont la signature était... différente.

  • certains criaient leur PSEUDO
  • certains minimisaient leur pseudo
  • certains jouaient avec la typographie de leur pSeUdO, quitte à le rendre un peu illisible
  • certains ajoutaient des caratères exotiques à leur *pseudo*
  • certains jouaient les hackers avec leur ps3ud0, //pseudo ou autres .ps{eu}do

Alors, en résumé, j’ai trouvé amusant de changer de nom. Sans compter que l’utilisation de l’IRC vous force par ses contraintes techniques [2] à trouver un nom court, si possible pas utilisé, et tant qu’à faire reconnaissable. Enfin, je porte un nom d’une telle banalité qu’on pourrait aussi bien me prendre pour un rédacteur aux Inrockuptibles que pour un cousin de footballeur connu.

Choisir un pseudonyme était, pensais-je, une façon de se distinguer et donc, de faire d’une pierre deux coups : avoir une "identité en ligne" et faire le lien entre toutes mes pratiques (mail, web, IRC). Mais je ne devinais pas tout ce qui en découlerait.

Le choix d’une identité

Nous voilà maintenant confrontés à l’image que va véhiculer ce pseudonyme, avant même de changer quoi que ce soit de sa typographie (si tant est qu’on veuille la modifier)...

Tenez, par exemple : dans une vie antérieure j’animais un fanzine consacré à la bande dessinée, appelé Géranium [3]. En y repensant, j’ai tout naturellement opté pour le pseudonyme geranium quand je me suis mis à utiliser l’IRC.

Jusqu’au jour où j’ai trouvé le nom pris... par une demoiselle d’Europe de l’Est qui aimait les fleurs ! On est bien peu de choses, allez. Et puis, comme j’utilisais cette même signature sur l’IRC interne de mon entreprise, j’ai fini par croire que le côté "poil à gratter" de ce pseudonyme pourrait nuire à l’image de sérieux qu’on peut vouloir véhiculer dans son travail. On a beau être rescapé de startup, on n’en est pas moins homme.

Sur l’IRC j’ai donc résolu de me nommer notabene, parce que c’est un raccourci simple pour que les autres usagers sachent rapidement qui je suis, si je puis dire. [4] Et sur le web, je n’allais quand même pas signer notabene sur nota-bene.org, j’aurais trouvé ça incongru, allez savoir pourquoi. Shauna Wright signait ses mails s h a u n a, j’ai eu envie de signer (après quelques essais infructueux du genre stef | nota-bene) d’un simple s t e f.

Par ailleurs, choisir un pseudonyme, c’est en même temps tenter de faire preuve d’inventivité, créer un nom qu’on a choisi et pas qu’on hérite du choix de ses parents [5].

A ce propos, lire l’excellent article de Tiresias, Appelez-moi Georges, qui explique bien que choisir un pseudonyme n’est pas se cacher, mais se présenter différemment. En tout état de cause, les noms de plume ne dispensent pas l’auteur de pouvoir faire respecter son droit, ce qui prouve bien qu’un pseudonyme, quand il est utilisé de façon cohérente, devient d’une certaine façon incessible et inaliénable.

Leçons sans importance

J’ai appris à mes dépens que même un pseudonyme pose problème.

Tout d’abord il ne faut pas jouer avec la typographie, on s’en mord vite les doigts. Tenez, voici une petite liste relevée ces dernières semaines :

  • Philippe dit Stef
  • Pascale avait écrit Steph avant que je lui fasse remarquer que vu d’ici Steph c’est Steph alors que moi c’est s t e f, et ensuite elle a corrigé en S t e f (ce qui s’est encore compliqué quand Stephanie Booth a posté un commentaire sur le même article en signant Steph... [6])
  • Denis écrit stef, comme dans : Et comment tu l’écris toi ? Il me semble que c’est stef... oh à moins que ce ne soit s t e f... sourire (je cite avec l’accord de Denis)
  • Douglas Bowman, abusé par la similitude Stéphane/Stéphanie et par des remarques de ses lecteurs, a fait une jolie bascule Stephane puis Stephanie puis à nouveau Stephane sur le même article en deux jours !

Donc si vous vouliez un pseudonyme tout en minuscules, ou avec des espacements "différents", oubliez-le [7]...

Et surtout, la grande leçon à tirer : toujours signer de la même manière. C’est notre cohérence à assumer tout le long de notre "vie en ligne" la même identité qui redonne à ce pseudonyme une "charge" permettant de juger la personne qui écrit.

Dernière conclusion : en fait, tout le monde s’en fout de ce que je viens de dire, non ? (tiens, et si je me faisais appeler geranium à nouveau, pour rire ?)


Notes

[1Une impunité toute relative, si l’on voulait croire que tout n’est pas traçable, ce qui se révèle de moins en moins vrai...

[2Sur les serveurs IRC, le pseudo est souvent limité à une petite dizaine de caractères.

[3Pour l’histoire, il a péniblement fait deux numéros de suite avant de retomber dans l’oubli d’où il n’aurait sans doute jamais dû sortir. C’était avant le web, de toute façon : même s’il avait été intéressant je n’avais ni le temps ni l’énergie nécessaire à le diffuser sérieusement.

[4Et sur l’IRC interne j’ai résolu de signer simplement de mon nom... Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple...

[5D’autant qu’on hérite aussi son nom des choix de la société dans laquelle on vit : au Japon on met le nom avant le prénom, en France c’est le contraire...

[6Au passage, Stephanie Booth s’est posé avec justesse la question de l’usage du vrai nom sur internet. Même si, je cite l’anonymat est permis (mais pas encouragé), c’est le pseudonymat qui dérange, alors que c’est le contraire qui moi me dérange, chacun voit midi à sa porte...

[7Note technique pour la défense de mes petits camarades : ils peuvent très bien avoir imaginé que j’ai utilisé sur tout mon site une directive de style du genre letter-spacing:2em et ne pas vouloir s’en faire l’écho... clin d'œil)


Commentaires

    • 27 octobre 2003

    En fait... en fait. "C’est le pseudonymat qui dérange" signifie pour moi deux choses :

    a) comme tu le dis, à coups de pseudonymes, ça devient vite confusionnant. J’ai plusieurs pseudonymes que j’utilise à droite et à gauche. Un vrai nom au moins, c’est stable. Un avantage non négligeable dans le monde déjà confusionnant du wiki. (Imagine pour quelqu’un qui débarque, si sur certaines pages du wiki j’ai signé Steph, sur d’autres Tara, et sur encore d’autres bunny... au secours !)

    lunettes de soleil le pseudonymat qui me dérange vraiment, c’est celui qui vise à cacher de façon totale l’identité réelle. Quand tu signes avec ton pseudonyme s t e f, on peut finir par retrouver qu’il s’agit de /toi/ — et on a accès à ton identité civile. Quelqu’un qui refuse de dévoiler son identité civile dans une communauté où c’est la norme de le faire, mais qui exige en même temps d’avoir une identité aussi forte que les autres (à l’opposé de l’anonyme total qui n’a pas véritablement d’identité — il produit simplement des énoncés), c’est ça qui me dérange. Ne serait-ce que parce qu’il me semble pouvoir y avoir des raisons malsaines au fond.

    Voilà... sans vouloir refaire toute la discussion de a à z !

    SpiroLattic : VraiNom (pour ce que ça vaut...)

    Répondre à Steph

    • 27 octobre 2003
    • en réponse à Steph

    Merci de tes précisions, c’est plus clair et ça fait du bien... clin d'œil

    Répondre à Stéphane

    • 2 décembre 2003

    Vaste question que celle-ci ! En effet tenter d’avoir une identité sur le web n’est pas chose facile. Je me suis posé la question aussi. Et puis après réflexion je me suis dit que mon prénom allait bien mais surtout qu’il était accompagné de mon adresse électronique (je communique pratiquement qu’avec le courriel). Les gens peuvent ainsi repérer qui je peux être. De plus, et je trouve que c’est une chose importante, il est primordial d’avoir un site internet s’il on veut définir avec plus de finesse qui l’on est comme tu peux le faire avec ce site qui par ailleurs est très chouette je trouve. sourire.
    Pour finir, si je peux comprendre l’utilité d’avoir un pseudo, n’oublions pas que cela n’a aucune importance après tout. Pas vraie s t e f !

    Répondre à Nicolas

    • 2 décembre 2003
    • en réponse à Nicolas

    Figure-toi que depuis cet article je me suis mis à signer stef*notabene sur evolt (parce que là-bas mon login est notabene, et que sur l’irc les gens d’evolt ne comprenaient pas geranium...). Ça se complique...

    Merci pour ton compliment sur le site, c’est gentil, ça fait toujours du bien à entendre !

    Je ne sais pas si ça n’a pas d’importance, j’avais en réalité juste envie de faire partager ça... Après tout quelques-uns de mes douze lecteurs et demie ne sont pas forcément ’tech-savvy’, et ça peut leur montrer un peu aussi comment une personnalité se construit dans un espace social différent du monde réel au sens strict (amusant, ça sonne comme un sujet de thèse).

    Répondre à Stéphane

  • Disons que je n’épprouve pas l’envie, pour l’instant, de me cacher derrière un pseudo. J’ai déjà des difficultés à me rappeler les mots de passe et autres codes carte bleu sourire... Remarques si je décide de participer aux forums de rencontres :-)) !

    Cependant, tout à fait d’accord avec toi sur la construction de la personnalité sur Internet. En fait, comme je l’ai dis dans mon message, j’utilise mon prénom et mon courriel, et l’on peut me reconnaitre car j’ajoute à Nico un petit quelque chose : "le farfelu". Bon à quand la thèse sourire.

    J’ajouterais enfin que chaque personnalité à un style d’écriture surtout si elle détaille, avec un grand sens de l’humour, le billet qu’elle écrit. Je te renvoie sur la réaction qui a été la mienne, lorsque hier soir j’ai lu ton fabuleux billet, qui date de 1999, où tu expliquais tes déboires avec les "grognasses" de la préfecture (désolé je n’ai pas pu m’empêcher :-)). J’espère simplement qu’en 2003 ta situation s’est normalisé avec les servicespubliquettes...

    Répondre à Nicolas

    • 3 décembre 2003
    • en réponse à Nicolas

    Ah, c’est loin d’être évident, cette normalisation.

    Je suis en règle, ça oui, pour un grand nombre de choses. Mais depuis j’ai eu droit à des déboires avec les impôts, aussi. (si un jour je trouve le temps de le raconter)

    Je payais trop peu, je m’en plaignais parce que je voulais être en règle, et j’ai dérangé des gens, on croit rêver !

    Depuis que j’ai quitté l’administration je me demande si les choses ne se sont pas aggravées. Un genre d’allergie post-séparation, je suppose.

    Répondre à Stéphane

  • Et moi ya pas quelqu’un qui veut m’expliquer comment on se fait un pseudo ?

    Répondre à Thomas

    • 6 avril 2004
    • en réponse à Thomas

    Et moi ya pas quelqu’un qui veut m’expliquer comment on se fait un pseudo ?

    C’est une très bonne question, à laquelle personne ne pourra te donner de réponse satisfaisante : un pseudonyme est le résultat de plusieurs facteurs, notamment ’historiques’, techniques, etc.

    Je ne peux que te conseiller de choisir un pseudonyme qui te ressemble, et après, tu verras bien.

    Cet article ne voulait même pas faire l’apologie du pseudonyme, mais simplement montrer le côté anecdotique qu’on n’imagine pas forcément quand on décide de s’appeler “géranium

    Répondre à Stéphane

  • Eh ! Oh ! J’ai que 12 ans ! Tu pourrais pas traduire en français ?

    Répondre à Thomas

    • 6 avril 2004
    • en réponse à Thomas

    Eh ! Oh ! J’ai que 12 ans ! Tu pourrais pas traduire en français ?

    Cher Thomas,

    Si tu as tout bien lu l’article, tu auras noté qu’un pseudo ne vient pas comme ça, tout d’un coup, et qu’on ne peut pas te conseiller.

    Donc ce que je voulais te dire, c’est que ton pseudonyme sera le résultat de ton choix, au début. Ensuite il risque de se transformer, ou de changer, en fonction de critères que tu ne maîtriseras pas forcément.

    Par exemple si tu vas sur l’IRC ton pseudo ne doit pas contenir d’espaces (sinon ça ne marche pas), ni être déjà utilisé par quelqu’un (sinon le serveur te le refusera).

    Autre exemple : si tu veux que les gens mémorisent ton adresse mail et si tu l’utilises comme pseudo, tu dois alors penser qu’une adresse mail se fait sans accent et sans cédille.

    Et ainsi de suite.

    C’est ce que je t’expliquais en disant qu’un pseudo est le résultat de plusieurs facteurs.

    Enfin, pour traduire de français à français clin d'œil je disais :

    Cet article ne voulait même pas faire l’apologie du pseudonyme, mais simplement montrer le côté anecdotique

    Ce qui veut dire que je n’ai pas écrit cet article pour dire qu’un pseudo c’est bien ou mal (“faire l’apologie

    Répondre à Stéphane

  • Merci. C’est plus clair que l’autre fois.

    Répondre à Thomas

    • 19 juillet 2005

    Croyez-en mon expérience personnelle, un pseudonyme de type "humoristique" est dangereux, dabord parce que les gens n’ont pas tous le même humour et donc mal-interprètent, ensuite parce que beaucoup de gens prennent au sérieux des pseudos qui ne devraient pas l’être tout simplement parce qu’ils sont persuadés que la personne qui a créé le pseudo l’avait fait dans un état d’esprit "sérieux"...puisque créér un pseudo semble une chose tout-à-fait sérieuse aux yeux de certaines personnes.
    Ils identifient alors le message qu’ils croient que le pseudo véhicule au caractère de son créateur et ca peut créer des distortions...par exemple un pseudo qui véhiculerait une blague "pas très drole" pourrait vous faire passer pour un imbécile.

    Répondre à Frédéric

  • C’est pour toutes ces raisons que je n’en utilise plus... sauf nécessité absolue (serveurs IRC qui ne prennent pas plus de quelques caractères par exemple)

    Répondre à Stéphane

    • 26 août 2005

    moi j’ai choisi. Pseudo car mon prénom est trop long, parce que les initiales seules ne me conviennent pas.
    Mon pseudo est neutre, il ne veut rien dire et est unique sur le web (si l’on exclut une compagnie danoise de négoce en poissons qui a disparu du web depuis un moment maintenant)...
    cela me convient comme ça.

    effisk

    Répondre à effisk

    • 7 février 2008
    • en réponse à effisk

    Vos échanges sont riches en enseignement et cela n’arrange pas l’idée que je me fais du pseudonyme Celui-ci est la plume que l’on désire se donner. Le pseudo tout comme le prénom ont un point commun : l’origine ! Faut-il s’enrichir ou rester anonyme ?

    Ami-eL

    Répondre à Anonyme

    • 1er août 2009

    Je suis tombée tout à fait par hazard sur ce site en faisant une fausse m’anip’ sur internet.

    Laissez-moi vous dire que je me suis littéralement délectée de votre article.

    Pour je ne sais quelle raison il m’a divertie et même fait sourire !

    Merci Stéphane

    Zoé ( il s’agit de mon véritable prénom XD )

    Répondre à Zoé

    • 3 septembre 2009

    Quelques années après le choix de mon pseudo j’ai découvert qu’un nouvel internaute se mettait à l’utiliser. Exactement le même il avait donc réservé le skyblog à ce pseudo ainsi que l’adresse hotmail.fr (la .com m’appartenant).

    Je lui signal sur son skyblog que j’aimerai avoir l’exclusivité d’utilisation. Et je découvre par la même occasion qu’il a 15ans et habite la même ville que moi. C’est étonnant car apparemment il ne me connaissait pas du tout.

    Je persiste à être "le vrai". Malheureusement certains nouveaux contacts tombent sur cet inconnu (fichu hotmail.fr).

    ryuran.info

    Répondre à ryuran (ryuran78)

  • C’est pourquoi j’ai fini par ne plus en utiliser... ou alors il faut viser un obscur personnage de roman, et même ça n’est pas sûr...

    Répondre à Stéphane

    • 11 décembre 2009

    Hello,

    Sujet sympa, je suis tombé dessus en cherchant des techniques pour trouver un pseudo.

    Mais un pseudonyme à utiliser dans les arts et lettres, un nom de plume comme on dit. Pas un pseudo méga-over-leet pour irc grand sourire

    Connais tu des "techniques" ? Des trucs et astuces pour trouver un nom, mis à part les anagrammes, etc... sourire

    Merci à toi ! clin d'œil

    Répondre à Gimx

    • 11 décembre 2009
    • en réponse à Gimx

    Non je n’en connais pas, et justement, c’est un sujet qui se prête mal à la « technique » à mon avis.

    Un nom de plume se choisit et peut même véhicule un message subliminal (Blaise Cendrars, au pif), ou simplement être associé à un contexte (Frédéric Dard signant San-Antonio les romans qui racontent les aventures de San-Antonio).

    Répondre à Stéphane

    • 14 décembre 2009

    Ok merci pour la réponse sourire

    Remarques, ça ne me traumatise pas plus que ça. Ca sortira bien du cerveau un jour clin d'œil

    Répondre à Gimx

    • 21 mars 2011

    bonjour,
    je suis tombé sur cette réfléxion que j’ai trouvé très intéressante, de plus j’ai pris un malin plaisir a lire les commentaires.
    Le seul point sur lequel je ne suis pas d’accord avec toi et la conclusion.
    Pour ma part je pense qu’un bon pseudonyme est un speudonyme court, simple et que seul les personnes nous connaissant personnellement peuvent identifier la personne qui utilise se pseudonyme.
    Voila une petit idées que je me fais de cette réflexion.
    Mais il serait encore une fois intéressant d’avoir la définition du speudonyme par d’autre lecteur car comme le dit un ou une lectrice tout lecteurs ne lit pas notre pseudonyme avec le même état d’espris que nous l’avons écrit.

    Répondre à Mari-jo

  • Sam

    • 19 février 2012

    Bonjour,
    Vos échanges m’intéressent et je me pose la question suivante : Figurant et acteur amateur depuis peu, je viens de décider de prendre un pseudo, aussi, je me demande si j’ai le droit de remplir le document de droit à l’image avec mon pseudo ou s’il faut que je mette mon vrai nom, et pareil pour la signature ?
    Quelqu’un peut-il m’éclairer à ce sujet ?
    En effet, quand c’est bénévole, ça va encore,, mais dès qu’il va s’agir d’avoir un cachet, si je mets mon pseudo avec mon vrai numéro de sécu, est-ce que ça va passer ?
    Merci de vos conseils.
    Sam

    Répondre à Sam

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile