nota-bene.org > 36 15 ma vie > Ce que ne dit pas le malvoyant…

Ce que ne dit pas le malvoyant…

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 15 mars 2016

URL courte : http://nota-bene.org/1140

4 commentaires

C’est un jour sans grâce.

Ce que ne dit pas le malvoyant, c’est qu’il déteste le sport. Il a mis des années à comprendre pourquoi, il n’a même réalisé que récemment que toute son enfance et son adolescence, comme personne n’avait l’idée de dire qu’il était malvoyant (pour les filles, c’est une coquetterie, pour les parents c’est « un défaut à un œil »), il n’était pas capable de marcher sur une poutre, pas capable de renvoyer un ballon, pas capable de dribbler, paniqué à l’idée de faire du saut en hauteur parce que tout flotte quand on ne voit que d’un œil, effrayé à l’idée de lancer un javelot de peur de blesser quelqu’un. Tout le monde, prof compris, se foutait de sa capacité à rater systématiquement une passe au football, à rater la plupart de ses paniers au baskets, à rater toutes —toutes !— ses balles au tennis.

Ce que ne dit pas le malvoyant, c’est qu’il fatigue souvent de devoir, sur le ton de l’humour, réexpliquer l’éblouissement solaire quand toute la lumière vient dans un seul œil, et donc justifier d’avoir toujours une casquette à portée de main pour travailler, même en plein hiver, et des lunettes de soleil qu’aujourd’hui encore je n’avais pas rangées. Même en plein hiver. C’est toujours cocasse pour les gens autour. Soit je suis pris pour un frimeur (un touriste), soit pour un mec qui veut se faire plaindre. Or souvent je ne parle de moi que parce que, d’une certaine manière, j’ai l’impression de « documenter » ma vie, pour moi-même avant tout ; pour expliquer pourquoi, aussi. Peut-être que je suis chiant et que je devrais arrêter, d’ailleurs. On y reviendra.

Ce que ne dit pas le malvoyant, ce que ne disent pas les handicapés, souvent, c’est l’effort qu’il faut pour être gracieux.

J’y arrive plus ou moins bien. Aujourd’hui, sans raison particulière, c’est plutôt moins.

(PS : Entre l’article de la semaine dernière et celui-ci, en tout cas, le lecteur malin aura au moins saisi la notion de polyhandicap.)


Commentaires

    • 16 mars 2016

    Je comprends que trop bien ta fatigue visuelle, que tu sois fatigué d’essayer de faire passer les choses avec humour.
    Que tu aies cette impression de documenter ta vie, mais ce que tu fais à expliquer ton quotidien comme je le fais aussi, permet aux gens qui n’ont pas de soucis, d’appréhender les choses, Ou du moins d’essayer de les comprendre quand ils veulent bien.

    Je t’aime avec ta casquette, ton air frimeur avec tes lunettes, et ta barbe qui parfois te donne un air baroudeur.

    A très vite Stéphane, si, si...

    Répondre à cyberbaloo

    • 17 mars 2016

    C’est marrant, c’est seulement l’année dernière, à 27 ans que j’ai réalisé pourquoi je détestais les sports d’eau : les lunettes sont souvent non recommandées, et sans elles, je ne vois pas net à 30cm alors forcément je ne me sens pas du tout en sécurité !

    Répondre à annso

    • 18 mars 2016

    Répondre à Stéphane

    • 18 mars 2016

    annso : Merci pour ton témoignage, Anne-Sophie !

    Répondre à Stéphane

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile