nota-bene.org > Livres > 32 décembre

32 décembre

À propos de cet article

Un article de Stéphane

Publié le 7 août 2003

URL courte : http://nota-bene.org/35

0 commentaire

Un album séduisant, tant par son ton que par son intelligence... Bilal vieillit bien...

Warhole - © Bilal - HumanosJ’avais déjà dit à propos du Sommeil du monstre tout le bien que j’en pensais.

J’entendais par exemple dans ActuaBD que 32 décembre était le "livre le plus médiatisé de l’année (mais aussi le plus difficile à lire)" (dixit Patrick Albray). Fort de ma résolution de ne pas me cantonner au facile, je relis Le sommeil du monstre avant d’attaquer ce nouvel opus, effectivement médiatisé comme une sortie de disque d’un chanteur à l’échelle planétaire...

Encore une bonne surprise ! Dans le premier album j’étais heureux de constater que Bilal s’était enfin décidé à faire un scénario très intelligent [1], et ce deuxième tome est encore plus surprenant, dans le bon sens du terme. L’histoire est effectivement difficile [2], mais elle reste toujours claire. L’ensemble est touffu, dense, sans temps mort mais sans précipitation.

Ce n’est pas de la BD d’action, c’est de la BD de réflexion, si l’on peut dire. L’omniprésence du souvenir, qui ancrait le premier tome dans l’histoire politique récente et me faisait penser que Bilal se rapprochait du Christin de Partie de chasse, est un peu atténuée (même si le nom de Sarajevo se répète comme un mantra), et c’est maintenant sur un autre aspect de l’esprit que porte 32 décembre : le sens de la réalité. Vous me direz que c’est à la mode, confer les Matrix et consorts qui revisitent les thèmes favoris de Philip K. Dick. Certes oui, mais ce n’est là encore qu’une partie seulement de ce qui intéresse Bilal ici.

Après le bleu de Klein, le blanc et le rouge : happening sanglant - © Bilal - HumanosEn substance on sent surtout une extrapolation de notre présent, qui montre tant l’obscénité de l’extrémisme politico-religieux que la vacuité outrancière des happenings artistiques qui veulent se substituer à l’art lui-même.

Comme dans le premier tome, un peu de toponymie ne fait pas de mal. Warhole (le savant) se confrontait au trou fait par la guerre dans le toit de l’hôpital [3] ; il devient ici l’artiste, référence évidente à Warhol, qui en son temps s’amusait à critiquer l’art consumériste tout en y participant [4]. Mais un artiste à l’échelle globale, qui veut mettre en évidence les tares de son monde en le rendant encore plus horrible (toujours une extrapolation de l’existant, si l’on me suit toujours).

Quand je vois ses dessins, je serais bien tenté de dire que Bilal est un poseur. Mais ce serait de la pure jalousie envers un grand talent qui se fait plaisir. Il va même parfois jusqu’au presque-abstrait. Les portes interdimensionnelles sont représentées dans une manière qui dématérialise tant les portes que les gens qui y accèdent.

Même les personnages perdent de leur ’réalisme’ - © Bilal - Humanos

On ne peut pas blâmer Bilal de se faire plaisir. On ne peut que rester devant cet album, à vouloir déjà savoir comment tout cela va finir.


Notes

[1ce qui à mon avis manquait cruellement à la trilogie Nikopol, même si certaines scènes hallucinées sont bien inspirées

[2Oui, bon, on ne va pas s’en glorifier par snobisme mal placé non plus...

[3Littéralement en anglais : war, la guerre, hole, le trou

[4Bilal lui-même n’est pas ennemi des tirages limités, des affiches de luxe, etc etc.


Commentaires

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Tous les liens sortants comporteront un attribut rel="nofollow". Merci de ne pas spammer.

Ceci est la version Bureau Afficher la version Mobile